Notre sélection de Peintures d'Animaux

PEINTURE ANIMAUX

Apprivoisé ou bien sauvage, l'animal ne cesse de croiser le chemin de l'Homme qui craint sa nature inconstante tout en glorifiant sa beauté naturelle. A plumes, à poils, de petite ou de grande taille, retrouvez l'animal dans tous ses états dans notre spéciale sélection. Rugissez de plaisir devant l'originalité des artistes de KAZoART, qui en grands amoureux des bêtes, révolutionnent le genre animalier.

Tableaux célèbres d'animaux

Il faut distinguer le peintre qui représente l'animal au sein d'un ensemble du peintre animalier qui en fait son sujet principal. Le souci d'imitation de la nature des animaux devient la préoccupation de Jean-Baptiste Oudry et d'Alexandre-François Desportes, peintres de chasses, qui donnent à l'animal, dès le XVIIème siècle, la place principale dans leurs compositions (ex : « Misse et Lutine, chiens de Louis XV », « Cygne attaqué par un chien » d'Ourdry et « Débuché de cerfs » de Desportes). Avec ces peintres, la dimension épique du sujet est renforcée par le grand format employé. Avant eux, Albrecht Dürer (« Le lièvre ») et Leonardo Da Vinci (« Études de chevaux ») se sont adonnés à cet exercice complexe, où la patience et la minutie étaient requises. Au XIXème siècle, Eugène Delacroix, reste des heures dans les ménageries à observer les lions et tigres qu'il croque puis reproduit dans son atelier sur des grands formats (ex : Jeune tigre jouant avec sa mère). Ces peintures évoquent alors leur goût prononcé pour l'orientalisme, tout en privilégiant la couleur et le mouvement au détriment de la ligne.

Evolution de la représentation des animaux dans la peinture

L'homme puise son inspiration depuis tout temps dans la faune et la flore qui l'entoure. C'est pourquoi, dès la Préhistoire, l'animal est présent dans les peintures rupestres (ex : Lascaux). A l'Antiquité, l'animal devient très vite un symbole : le chat, le scarabée, le lion et l'ours, pour ne citer qu'eux, deviennent des allégories de puissance, de force et de vie accompagnant les figures emblématiques des rois et pharaons (art de la physiognomonie, hybridation...). Il en est de même dans l'art médiéval, où l'apparition de bêtes fantastiques (dragon, chimère, etc.) illustrent certaines scènes religieuses (ex : « Saint-Michel terrassant le Dragon, Heures à l'usage de Besançon »).

Le genre de la peinture animalière n'apparaît en occident qu'au XVIIème siècle avec les représentations des scènes de chasse en peinture. Avec le siècle des Lumières, les zoos et séances de dissection poussent le public et les artistes à s'intéresser à la biologie animale. Le peintre étudie son comportement, ses mouvements et réalise des peintures où le souci de justesse des traits et postures de l'animal devient sa principale obsession. Au XIXème siècle et XXème siècle, le mimétisme animal n'est plus recherché en peinture, favorisant la relation animal-homme, et la reconsidération du statut de l'animal.