Notre sélection de Peintures Florales

PEINTURE FLORALE

Un bouton de rose qui éclot un matin de printemps, une allée de jeunes pousses de géraniums jonchant un chemin de terre ou un bouquet aux mille couleurs et parfums vous envoûtent ? KAZoART le sait, vous êtes un amoureux inconditionnel des fleurs, c'est pourquoi cette sélection est faite pour vous! Pénétrez dans le monde secret et ensorcelant des fleurs !

La représentation de la fleur dans la peinture

La fleur séduit l'âme et les yeux du spectateur. Elle adoucit son regard quand elle paraît sous son meilleur jour et l'attriste quand elle se fane. C'est pourquoi le peintre, qui s'intéresse à l’éphémère beauté de celle-ci, peint une fleur se parant de mille et un visages, suscitant une émotion versatile à son regardeur.

Accompagnant une jeune femme, elle devient symbole de jeunesse et de beauté (ex : Portrait de la Marquise de Pompadour, Boucher). Proliférante et vivifiante, elle renforce l'aspect sauvage et exotique des contrées lointaines (ex: Oiseaux exotiques, Alexandre François Desportes). Peinte pour sa beauté, elle devient naturaliste, quoique très stylisée, sous les coups de pinceau d'un certain Vincent Van Gogh quand elle est prise comme sujet principal (Les tournesols).

La fleur dans l'histoire de la peinture

A l'Antiquité, la fleur est pensée comme simple ornement de vases, vaisselles et fresques murales. Elle développe son fort potentiel symbolique en peinture à partir du Moyen-Age. Par exemple, dans l'art religieux, le lys sera associé à la pureté et à la virginité de la Vierge Marie (ex : Annonciation, Les très riches heures du Duc de Berry). Elle reste néanmoins discrète, se voulant accessoire à cette époque.

A la Renaissance, la fleur et la nature servent d'ornements et de décors pour les scènes principales et ne sont que rarement mises en avant pour leur beauté formelle (Le Printemps, de Guiseppe Arcimboldo). Ce n'est qu'avec l'apparition du genre de la nature morte que la fleur comme sujet principal sera représentée et considérée en peinture. Notons que les vanités reprennent l'aspect fragile et fugace de la fleur pour son aspect symbolique au XVIIème siècle (ex : Vanité avec bouquet de fleurs et pipe, Jan II de Heem ; Memento Mori de Philippe de Champaigne).

Au XIXème siècle, elle est mise à l'honneur par les impressionnistes et les fauvistes pour la diversité de ses couleurs et formes, participant de ce fait à magnifier le paysage et le sujet représentés.