Peinture Nature Morte

PEINTURE NATURE MORTE

L'objet devient le sujet principal du peintre. Mise en scène, la nature morte permet à l'artiste de jouer sur la perspective et les effets de lumière et demeure en ce sens, un exercice de style très intéressant. Parcourez la sélection de KAZoART et partez à la rencontre de ces objets à la beauté soulignée par les nombreux et divers styles proposés par nos artistes !

Tableaux célèbres et techniques de la nature morte

La nature morte a souvent été considérée comme un genre mineur, en opposition à la peinture d'Histoire ou celui du portrait, et de ce fait connaîtra aux fils des siècles une évolution contrastée. La représentation de l'objet pour le pur plaisir du mimétisme évoluera en un genre où les premières innovations techniques et exercices de style pourront pleinement s'exprimer.

Très souvent mise en scène, la nature morte pousse le peintre à étudier longuement les objets et l'environnement dans lequel ces derniers évoluent. A travers les siècles, l'objet devient accessoire, puis symbole (vanité) pour devenir un sujet principal à part entière où l'esthétique prendra le dessus sur sa simple représentation (Paul Cézanne, Nature morte aux pommes et aux oranges).
Les plus célèbres artistes de ce genre sont Jean Siméon Chardin (La Raie), Jean-Baptiste Oudry (Nature morte au faisan), Pierre Dupuis (Nature morte aux légumes et abricots) pour l'école française et Jacob von Es (Nature morte aux raisins, pêches et noix) et Willem Claeszoon Heda (Stielleben) pour l'école flamande et l'école hollandaise.

Histoire de la nature morte

La nature morte décrit un genre pictural de représentation d'objets inanimés (vase, fleur, livre, cadavres d'animaux, etc.). Si cette expression n'apparaît seulement qu'à la fin du XVIIème siècle en France, ce genre pictural existe dès l'Antiquité. Les artistes Piraikos et Zeuxis en sont les principaux représentants. L'idée de tromper l’œil du spectateur, en faisant croire que l'objet n'est plus simplement reproduit mais est bien réel, devient une des préoccupations principales de ces artistes.
Au Moyen-Âge, l'objet, considéré comme simple accessoire du sujet qu'il accompagne, sera une époque peu marquée en matière de productions de ce genre.

L'âge d'or de la nature morte apparaît au XVIIème siècle avec l'école flamande et l'école hollandaise et se poursuit jusqu'au XVIIIème siècle où le plaisir de représenter l'objet pour ce qu'il est dans toute sa beauté sera pleinement assumé. Jusqu'au début du XIXème siècle, la nature morte est considérée comme le genre par excellence des vanités et des allégories. Enfin, lorsque les avant-gardes se réapproprient ce genre au XXème siècle, la nature morte connaît un regain d'intérêt et devient le genre qui permet de nouvelles innovations techniques et picturales.