Estampe

ESTAMPE

L'estampe est très utilisée par les artistes graveurs, leur permettant d'imprimer en plusieurs exemplaires leurs œuvres de manière identique ou, au contraire, en y apportant des variantes au moment du processus d'impression. KAZoART est parti à la recherche des plus belles estampes contemporaines et les a regroupées dans cette sélection unique. N'attendez plus une seconde pour explorer notre sélection éclectique !

 

Technique de l'estampe

Le terme "estampe" vient du mot italien stampa, qui signifie impression. Ainsi que son étymologie l'indique, l'estampe est l’œuvre résultant d'une impression d'une matrice (gravure) créée auparavant par l'artiste. Cette matrice, cette gravure peut être produite à partir de différentes techniques : technique de relief (taille d'épargne), technique de creux (taille-douce) ou le procédé à plat (lithographie).

Selon le type de technique choisie et le support utilisé, l'estampe peut être issue d'une xylographie (gravure sur bois), d'une linogravure (gravure sur linoléum) ou d'une chalcographie (burin, pointe sèche, eau-forte et manière noire). Souvent, une légende accompagne l'estampe. A partir du XVème siècle, ce sont des lettres latines gravées, qui précisent qui et pour quelle étape dans le processus telle personne est intervenue dans la production de l'estampe. A partir du XIXème siècle, ces lettres latines disparaissent au profit de marques manuscrites.

 

L'estampe dans l'Histoire de l'Art

Intimement liée à l'invention de l'imprimerie (XVème siècle), l'estampe est utilisée dans les livres sous forme d'illustrations pour animer la lecture ou sous forme d'affiches placardées ou distribuées dans les rues des villes et villages, participant à l'éducation d'une population principalement analphabète à cette époque.

Au XVIème siècle, seront produites des estampes où le détail y est exceptionnellement réaliste (ex : Le Chevalier, la Mort et le Diable). Aux XIXème et XXème siècles, les estampes japonaises (ex : Utagawa Hiroshige, Groupe de pèlerins dans un champ désolé d'herbes d'automne), caractérisées par l'absence de perspective, marqueront les esprits des artistes comme Paul Cézanne, Vincent Van Gogh ou encore Pablo Picasso, qui s'en inspireront pour créer leur langage plastique, écrivant de ce fait une nouvelle page de l'Histoire de l'Art. Ces estampes japonaises existent depuis le XVIIème siècle sous l'appellation ukiyo-e et connaissent leur apogée aux XVIIIème et XIXème siècles, notamment avec leur exportation vers l'Europe.

Au XIXème siècle, l'estampe évolue avec la lithographie qui est largement utilisée par les artistes tels que Claude Monet et Henri de Toulouse-Lautrec.