Vincent Motron2  Fans

 

 
A propos

C'est la vue qui pense et qui ressent - Karel Teige

Mon travail est une conversation avec les images. Il questionne leur mystère. La méthode consiste à confronter un corpus hétérogène d'images provenant des supports imprimés les plus communs (magazines, cartes postales, photographies vernaculaires, illustrés, etc).
 De travailler à disloquer leur cohérence interne, de s'attarder sur une texture, de se laisser convaincre par une trame d'impression. Opérer par glissement sémantique et discontinuité visuelle, créer une tension critique entre l'immédiateté de la forme et sa richesse polysémique.

Le tissage de ces écarts forment la structure de la mise en scène d'une proposition visuelle dont les lignes de force, l'agencement des formes et l'aménagement des signes organisent l'intégrité. Au bout du processus créatif se trouve un dispositif qui voudrait stimuler le regard avant de flatter l'oeil, et dont l'usage serait un échange de pensées et de sensations.

A la notion de collage, je préfère celle de montage. Elle décrit mieux ma manière de travailler et mes objectifs résumés par ce mot de V. Amiel : "C'est la valeur même des images qui est modifiée par leur proximité" (Esthétique du montage). En outre, le concept de montage laisse entendre une distance avec le collage telle que celle qui éloigne photographie et peinture. C’est pourquoi mon geste aura une plus grande affinité avec Hannah Höch, Max Bucaille ou Toshiko Okanoue qu’avec les collages de Picasso, Matisse ou Schwitters.

 
Formation

Vincent Motron fréquente les images avec assiduité depuis longtemps. En plus d'avoir pris quelques leçons d'art plastique, il a étudié l'histoire de l'art et la science des bibliothécaires et des archivistes. Il a aussi été iconographe et graphiste.
Actuellement, il vit sur la côte ouest française à quelques encablures de l'océan.

 
Expositions

2013 - Starter Gallery - Paris

2014 - Salon d'Art Abordable - Paris

Oeuvres (11)