5 choses à savoir sur le Fauvisme


Au début du XXe siècle, le monde de l’Art est en plein renouvellement à travers toute l’Europe, et tout particulièrement en France. Organisé autour d’Henri Matisse et André Derain à partir de l’été 1905, le Fauvisme se développe jusqu’en 1910. Basé sur l’utilisation d’aplats de couleurs pures, ce courant a durablement transformé l’Art et ses certitudes picturales… A l’occasion de l’exposition « Derain 1904 – 1914 : La décennie radicale » au Centre Georges Pompidou, KAZoART vous propose 5 choses à savoir sur le Fauvisme !

Découvrez aussi notre inspiration Fauvisme sur KAZoART !

1. La naissance du Fauvisme

Henri Matisse, La femme au chapeau, 1905, MoMA San Francisco

Henri Matisse, La femme au chapeau, 1905, MoMA San Francisco

Le Fauvisme s’est construit autour de son chef de file, Henri Matisse. Ainsi, tout commence lorsqu’il passe l’été 1904 avec Paul Signac qui lui enseigne les principes du néo-impressionnisme et de la division de la couleur. De cet enseignement, Matisse tire un engouement pour l’utilisation de la couleur, qu’il transmet à son ami André Derain durant l’été qu’ils partagent, en 1905 à Collioure, dans le Sud de la France. Autour d’eux se forme un groupe de peintres (notamment Georges Braque, Henri Manguin, Charles Camoin) passionnés par cette utilisation de la couleur pure.

Ainsi, ils exposent ensemble au Salon d’Automne de 1905. C’est à cette occasion que nait le terme de « Fauves » pour les désigner, et par extension le « Fauvisme ». En effet, le critique d’Art Louis Vauxcelles déclara dans un article, à propos d’une sculpture qui se trouvait dans la salle VII où exposait le groupe de peintres  : « Au centre de la salle, un torse d’enfant et un petit buste en marbre, d’Albert Marque, qui modèle avec une science délicate. La candeur de ces bustes surprend au milieu de l’orgie des tons purs :  Donatello chez les fauves. »  Le terme fut ainsi repris par les artistes.

2. Les sources du mouvement

fauvisme

André Derain, Big Ben, 1906, MAM Troyes

Le Fauvisme se développe à partir d’un grand nombre d’influences diverses. Parmi elles, celles du néo-impressionnisme mais aussi de Paul Gauguin sont cruciales. Le néo-impressionnisme, mené par Paul Signac, se caractérise par l’apposition de petites touches de couleurs pures directement sur la toile, l’œil du spectateur réalisant seul le mélange des tons. Gauguin, qui travaillait lui la couleur par aplats, a également été un modèle pour les Fauves, de même que son utilisation d’un cerne autour des figures. Les tableaux de Vincent Van Gogh, lui aussi un maître des couleurs, ont inspiré certains Fauves tels que Maurice de Vlaminck.

Le Fauvisme, qui se développe à la même période que le Cubisme, présente un point commun avec lui : ses références aux Arts premiers, océaniens et africains. Cette influence se retrouve particulièrement dans les portraits, les visages présentant des similitudes avec des masques africains.

3. Le règne de la couleur : les principes du Fauvisme

fauvisme

André Derain, L’Estaque, route tournante, 1906, Museum of Fine Arts Houston

Pour les Fauves, la couleur prime sur le dessin, ainsi que sur la réalité. Cette façon de penser la peinture sera d’ailleurs une constante pour Matisse tout au long de son œuvre. Dans un tableau Fauviste, les couleurs sont vives, exacerbées, mais surtout, utilisées pures – c’est-à-dire qu’elles ne sont pas ou peu mélangées entre elles sur la palette. Cette façon de peindre est non conventionnelle pour l’époque. De plus, caractéristique encore plus choquante pour la période, le peintre ne respecte plus la réalité observable mais bien une réalité intérieure, picturale, puisque le choix des couleurs est arbitraire : les arbres peuvent ainsi être rouges, bleus, ou la peau verte…

La touche, elle, est très variable selon les artistes ou même les tableaux, à l’image de Derain qui s’essaye aux aplats mais aussi au pointillisme. La majorité des tableaux montrent aussi un travail de simplification des formes.

4. Les sujets des Fauves

fauvisme

Maurice de Vlaminck, Les arbres rouges, 1905, MNAM Paris

Contrairement à l’Impressionnisme qui s’attachait surtout au genre du paysage, les sujets des tableaux Fauvistes sont nombreux. La nature demeure néanmoins un sujet de prédilection, tout particulièrement les paysages du Sud de la France, car ils présentent un luminosité qui fascine les artistes du mouvement. Les paysages de l’Estaque, de Collioure ou Saint-Tropez sont ainsi très présents dans les œuvres de Matisse, Derain ou encore Camoin.

Cependant, certains peintres s’intéressent au Nord de la France, à l’image de Raoul Dufy et Maurice de Vlaminck. On remarque que les arbres constituent un sujet de prédilection pour tous. La ville, elle aussi, est représentée. Enfin, de nombreux portraits suivent les principes du Fauvisme, tels que les célèbres « La raie verte » de Matisse ou encore « Portrait de Matisse » par Derain.

fauvisme

Henri Matisse, Portrait à la raie verte, 1905, Statens Museum for Kunst, Copenhague

5. Une influence considérable

Le Fauvisme est un mouvement éphémère, qui fut un moment d’expérimentation pour les peintres. Cependant, il eut une influence majeure sur les recherches picturale dans la suite du XXe siècle. Il permit notamment de débuter un questionnement sur le rôle et la place de la couleurs, mais aussi sur la représentation de la réalité. Il se diffusa rapidement en Europe, notamment en Belgique, en Hongrie et en Espagne. Il fut pratiqué notamment par certains artistes tels que Kandinsky ou Malevitch – ces même peintres, qui, dans les années 1910, furent les premiers à oser l’abstraction…

fauvisme

Wassily Kandinsky, Murnau, Paysage à la maison verte, 1909, collection particulière

 Retrouvez notre inspiration Fauvisme sur KAZoART

Inscrivez-vous à la newsletter KAZoART

Vous souhaitez recevoir régulièrement les nouveaux articles et les actus de KAZoART ? Inscrivez-vous à notre newsletter !

15€ offerts pour toute nouvelle inscription.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>