6 techniques de peinture sans pinceau


Qui a dit que le pinceau était le maitre incontesté en matière de technique de peinture ? A partir des années 1950 aux États-Unis avec l’Expressionnisme abstrait, mais aussi en France avec le Nouveau Réalisme, de nouvelles façon de peindre – sans pinceau – font leur apparition. Véritablement révolutionnaires, voici 6 techniques de peinture originales et libérées du pinceau, pour une créativité sans limite.

1. Le dripping

Jackson Pollock photographié par Hans Namuth en 1950

Jackson Pollock photographié par Hans Namuth en 1950

Le dripping (« égouttage » en français) est une technique inventée par le peintre abstrait Jackson Pollock en 1950 dans le cadre de l' »action painting ». Le dripping consiste à laisser goutter la peinture du pinceau sur la toile, ou à la projeter directement dessus. Cette technique apporte beaucoup de matière, ainsi qu’une partie d’aléatoire : elle est utilisée dans le cadre de l’art abstrait mais aussi pour donner de la profondeur à des œuvres figuratives.

 

Sur KAZoART, l’artiste Adeline Gaffez utilise le dripping pour réaliser des coulures dans ses toiles fraiches et rythmées.
Adeline Gaffez, Champ de fleurs

Adeline Gaffez, Champ de fleurs

2. Le pouring

Helen Frankenthaler en 1969

Helen Frankenthaler en 1969

Également inventé par les artistes américains de l’Expressionnisme abstrait, le « pouring » est proche du dripping. Il vient de l’anglais « to pour », verser en français. Ainsi, il s’agit de laisser s’écouler directement la peinture du pot sur la toile. Les différentes couleurs peuvent même être versées les unes sur les autres, sans se mélanger. Helen Frankenthaler est la première à utiliser cette technique en 1952.

 

L’artiste Ronald Hunter sur KAZoART utilise cette technique pour faire couler directement la peinture et faire se mélanger les couleurs.
Ronald Hunter, Life on Aantarctica

Ronald Hunter, Life on Antarctica

3. Le Pulling et scraping

Ces deux techniques très proches se rapprochent de la peinture au couteau, à la différence qu’à la place du couteau, une large raclette est utilisée pour étaler et étirer la peinture le long de la toile. Cette technique est utilisée notamment par Willem de Kooning, mais est rendue particulièrement spectaculaire par le peintre Gerhard Richter depuis les années 1980 jusqu’à aujourd’hui. Ce dernier utilise tout son corps pour étirer la peinture le long de gigantesques toiles abstraites.

Sur KAZoART, l’artiste Olivier Messas pratique la peinture au couteau avec des techniques de scraping, pour des toiles abstraites profondes et colorées.
Olivier Messas, Expression... "Expression libre 2012"

Olivier Messas, Expression… « Expression libre 2012″

4. Le Body Printing

Le body printing est popularisé par Yves Klein lors d’une performance parisienne en 1960. Cette technique utilise une partie du corps, préalablement recouvert de peinture, pour créer un empreinte sur un support. Les célèbres œuvres de Klein, des empreintes bleues IKB de corps de femme peints, sont intitulées « Anthropométries ».
Yves Klein, Performance en 1960 à la Galerie internationale d'Art contemporain, Paris

Yves Klein, Performance en 1960 à la Galerie internationale d’Art contemporain, Paris

Certains artistes utilisent uniquement une partie de leur corps, telles que la main ou le pied, pour créer un motif, véritable empreinte du créateur.

 

Sur KAZoART, Olivier Morel utilise l’empreinte d’une main et les reproduit en linogravure.
Olivier Morel, Main noire + réglisse rouge

Olivier Morel, Main noire + réglisse rouge

5. L’Aérographe

L' »airbrushing », est une technique de peinture à l’aérographe, un type de pistolet à peinture à air comprimé. L’aérographe permet de réaliser des œuvres d’une grande précision, parfois même photoréalistes. L’artiste Chuck Close, peintre et photographe, est un des premiers à s’essayer à l’aérographe, dans le but de reproduire des portraits photo en peinture.

Chuck Close peignant "Mark", 1978, Courtesy of Chuck Close and Pace Gallery, New York

Chuck Close peignant « Mark », 1978, Courtesy of Chuck Close and Pace Gallery, New York

La peinture à l’aérographe peut être classée dans la même catégorie que la peinture à la bombe aérosol, la peinture étant pulvérisée sur la toile.

 

Ainsi, sur KAZoART, Olivier Carpent peint lui aussi des portraits saisissants, à la bombe aérosol.

Olivier Carpent, Jeune garçon aux tâches de rousseur

Olivier Carpent, Jeune garçon aux tâches de rousseur

6. La peinture digitale

Avec l’avènement du numérique, le digital se glisse aussi dans le monde de l’art. Certains artistes choisissent donc de créer sans peinture ni pinceau, uniquement par le biais d’un ordinateur et à l’aide de logiciels spécialisés ainsi que d’une tablette graphique. David Hockney s’est d’ailleurs mis à ce nouveau medium, réalisant des paysages et des portraits avec l’aide d’une simple tablette numérique et d’un stylet.

David Hockney, Matelot Kevin Druez 2, 2009, © DAVID HOCKNEY

David Hockney, Matelot Kevin Druez 2, 2009,
© DAVID HOCKNEY

 

L’artiste KAZoART Thierry Machuron, dessinateur et aquarelliste, peint parfois avec sa tablette graphique, recréant des paysages observés avec beaucoup de naturel.
Thierry Machuron, Baie de cook, Moorea

Thierry Machuron, Baie de cook, Moorea

Inscrivez-vous à la newsletter KAZoART

Vous souhaitez recevoir régulièrement les nouveaux articles et les actus de KAZoART ? Inscrivez-vous à notre newsletter !

15€ offerts pour toute nouvelle inscription.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>