Artiste à suivre : Marie Donnève


Cette semaine, KAZoART a rencontré l’artiste Marie Donnève qui nous transporte dans son monde fascinant de l’étrange et de l’hybridation. Entre métamorphoses et bizarreries, nous vous en apprenons plus sur cette jeune artiste à découvrir.

RETROUVEZ LA GALERIE DE MARIE DONNEVE SUR KAZoART

Marie Donnève dans son atelier

Marie Donnève dans son atelier

Sa bio

La première rencontre de Marie Donnève avec le monde de l’étrange et du monstrueux, qui constitue une grande partie de son inspiration, remonte à sa petite enfance. Elle parcourait pendant de longues heures les livres de médecine de son père, ces « livres d’horreur », ainsi qu’elle les surnommait, qui l’effrayaient tout en la fascinant.

Des rencontres décisives

Ce n’est que bien des années plus tard, lorsqu’elle rencontrera l’artiste peintre Emma Picq et qu’elle côtoiera pendant plusieurs années des artistes, danseurs et musiciens au festival d’Art Contemporain Transdisciplinaires pour lequel elle travaillera, qu’elle forgera sa propre réflexion artistique. C’est ainsi qu’ont germé en elle les premières pistes sur l’idée d’hybridation, de métamorphose où rien n’est immuable et tout finit par s’entremêler ; où la transformation d’un lieu, d’un être et d’un corps sont une analogie constante de l’existence.

La découverte du « lâcher prise »

C’est dans l’atelier de Gonzalo Belmonte, à Paris, qu’elle a pu enfin poser des actes et s’atteler au travail de peintre. C’est d’ailleurs ce dernier qui lui a progressivement appris le « lâcher prise »  du regard de l’autre et de ce qui est beau ou laid. Elle comprend ainsi que dans l’acte de créer réside toute sa liberté. Depuis, Marie Donnève poursuit ses recherches, en résonance et au rythme des événements et questionnements constants qui jalonnent sa vie.

Marie Donnève, Disparition, technique mixte sur papier

Marie Donnève, Disparition, technique mixte sur papier


Sa démarche artistique

« Entre peinture et dessin, j’explore la question de nos origines, la mémoire des lieux, du corps, de notre animalité, car dans l’impermanence des êtres, de leur environnement et de la lumière, réside cette étrangeté de l’ « entre-deux », les traces laissées par le temps et l’absence, dont l’impact modifie constamment l’image et la représentation que l’on a du monde.

Mon imagerie personnelle et collective

Mon travail s’appuie sur des photographies personnelles ou des images collectées sur le web, souvent absurdes, dont je m’inspire. Je les assemble, les détourne, les triture et les utilise comme supports à la construction d’une toile ou d’un dessin, relatifs aux thèmes et séries qui me sont chers.

Laisser ma main et mon cerveau travailler

Une autre part de mes recherches, plus intime, consiste à laisser ma main et mon cerveau travailler presque tout seuls. A l’instar des dessins « téléphone » et laissant la part belle aux « accidents », je remplis petits et grands carnets d’une foultitude de personnages et d’objets hybrides ou en pleine mutation. »

Marie Donnève, tête de lard, technique mixte sur papier, 65 x 50

Marie Donnève, tête de lard, technique mixte sur papier, 65 x 50

2 questions à Marie Donnève


K. Que pensez-vous de l’idée de proposer des œuvres d’art en ligne ?

 « Proposer ses œuvres à la vente en ligne est une magnifique opportunité de donner à voir son travail de par le monde ! Le web, incontournable aujourd’hui pour l’artiste qui vit avec son temps, est une vitrine formidable, permettant aux collectionneurs de découvrir de nouveaux talents qu’ils n’auraient peut-être jamais croisés de leur vie, et aux créateurs de se faire entendre et reconnaître au-delà de leur atelier. Et ceci en un clic ! J’ai entendu un jour une galeriste déclarer qu’une des clefs de la réussite d’un artiste est de montrer son travail le plus possible. Un site comme KAZoART permet de présenter de façon régulière de nouveaux travaux et de garder une visibilité constante sur le marché de l’Art. »

Marie Donnève, Le chat botté, technique mixte sur papier, 50 x 65

Marie Donnève, Le chat botté, technique mixte sur papier, 50 x 65


K. Quel est le meilleur conseil qui vous ait été donné en tant qu’artiste ?

« C’est de ne pas avoir peur de salir et de rater ! L’accident est bien souvent à l’origine d’une œuvre. Francis Bacon disait à ce propos : « Toute peinture est accident. Aussi, je vois d’avance la chose dans mon esprit (…) et pourtant je ne la réalise presque jamais comme je la prévois.Elle est transformée du fait même qu’il y ait peinture. »

L'atelier de Marie Donnève

L’atelier de Marie Donnève

 

Inscrivez-vous à la newsletter KAZoART

Vous souhaitez recevoir régulièrement les nouveaux articles et les actus de KAZoART ? Inscrivez-vous à notre newsletter !

15€ offerts pour toute nouvelle inscription.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>