Artiste à suivre : Nina Urlichs


Cette semaine KAZoART a rencontré l’artiste Nina Urlichs, qui place l’humain et son environnement au centre de son art. Découvrez le portrait et l’interview exclusive de cette artiste dessinatrice.

RETROUVEZ L’ENSEMBLE DES ŒUVRES DE NINA URLICHS

Sa biographie

Née en 1969 à Nuremberg, en Allemagne, sa vocation d’artiste ne fut ni une révélation ni une décision pour Nina Urlichs mais s’est imposée comme une évidence. Elle a commencé par des études de stylisme, en 1988 jusqu’en 1991, et a mené en parallèle diverses formations en Arts Visuels. Elle est ensuite partie en France pour continuer ses études et a trouvé du travail, par la suite, à Salzbourg et à Hambourg.

Sa démarche artistique

« Quand j’ai lancé ma carrière artistique en 1998, j’ai commencé avec des peintures à l’huile (médium plus classique), mais au fur et à mesure de mes recherches sur la transparence, qui constitue un grande part de mon travail, je me suis tournée vers un autre médium : le papier transparent. Dans cette même optique, j’ai expérimenté à partir de 2002, le plexiglas, le verre ainsi que le voile textile. Ce sont des supports originaux qui me permettent d’élargir ma réflexion sur la profondeur, sur les empreintes, la transparence, le décalage et le mouvement. Ayant suivi des études de stylisme, j’utilise les images du corps humain pour exprimer des sentiments. Dans une forme abstraite et stylisée, ils donnent  un mouvement et un élan à mon travail.»

Nina Urlichs, Bleu profond, technique mixte sur papier, 50 x 70

Nina Urlichs, Bleu profond, technique mixte sur papier, 50 x 70

 

8 questions à l’artiste Nina Urlichs


Quels sont les principaux thèmes que vous exploitez dans votre travail ?

« Je travaille sur les sentiments, les angoisses, les états d’âmes des hommes, mais dans le choix de mes titres je souhaite mettre en exergue nos problèmes environnementaux – particulièrement ceux liés à l’eau, aux océans, à la fonte des glaces etc. Tout récemment, j’ai commencé à inclure dans mes travaux des aspects sur l’univers et sur notre propre création. »

Quelle est votre principale source d’inspiration ?

« L’environnement, les gens qui m’entourent, tout ce que j’observe dans les villes ou ailleurs. »

 

Nina Urlichs, La montagne, acrylique sur papier, 70 x 100

Nina Urlichs, La montagne, acrylique sur papier, 70 x 100

Avez-vous un rituel lorsque vous travaillez ?

« Les croquis et dessins, je les commence dans les rues, cafés, parcs, partout où je peux observer les hommes. Ils sont ensuite retravaillés et affinés dans mon atelier. Je travaille le matin de préférence, avec des tasses remplies de thé vert – placées devant moi. Mes peintures à huile sont toujours terminées en écoutant de la musique. »

Quel est le meilleur conseil qui vous ait été donné en tant qu’artiste ? 

«Que « je suis dessinatrice et non peintre ». Ce n’est pas réellement un conseil, mais plus une constatation. J’ai mis des années à comprendre et à réaliser qu’effectivement je ne peins pas, je dessine mes œuvres. »

Nina Urlichs, Océan III, technique mixte sur papier, 50 x 70

Nina Urlichs, Océan III, technique mixte sur papier, 50 x 70

 

Quelle œuvre vous a le plus émue jusqu’ici ?

« C’est difficile car ils sont nombreux. Des exemples : Bram van Velde, ou hier au Louvre un portrait en céramique, ou encore une performance de Hitomi Ueoka le mois dernier à Paris. J’espère trouver encore des tas de peintures et artistes qui continueront de m’émouvoir »

Quels sont pour vous la plus grande qualité et le plus grand défaut que doit posséder un artiste ?

« C’est toujours une qualité de travailler avec une certaine discipline (c’est mon coté allemand) mais ça peut être un défaut d’être trop perfectionniste et de ne pas permettre le hasard d’entrer en jeu. »

 

Nina Urlichs, Mouvement II, technique mixte sur papier, 40 x 60

Nina Urlichs, Mouvement II, technique mixte sur papier, 40 x 60

 

Quel mot ou expression vous représenterait le mieux ?

« Côté art, je dirais : «  Ombre et lumières », mais concernant ma vie personnelle, l’expression «  se laisser aller » me conviendrait mieux. »

Pour conclure, quel sera votre mot de fin ?

« Être artiste demande beaucoup de courage, car nous sommes tous les jours dans la réflexion, en train de douter de nous et de notre travail. Mais malgré tous, nous ne pouvons jamais arrêter de créer ! Nous sommes animés par une énergie qui nous vient de l’intérieur, lieu où nous puisons notre inspiration. Dans des milliers d’années, nous continuerons à inventer de nouvelles formes et images pour surprendre notre entourage ou pour évoquer ce qui nous touche. »

Inscrivez-vous à la newsletter KAZoART

Vous souhaitez recevoir régulièrement les nouveaux articles et les actus de KAZoART ? Inscrivez-vous à notre newsletter !

15€ offerts pour toute nouvelle inscription.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>