Brancusi : sculpture ou objet manufacturé?


En cette période estivale, KAZoART vous dévoile chaque semaine des histoires drôles, légères ou polémiques qui ont bouleversé l’histoire de l’art. Les artistes n’hésitent pas à s’engager et à se battre pour la reconnaissance de leur travail. C’est le cas du sculpteur Brancusi dont l’une des oeuvres fut l’objet du plus célèbre procès autour de la définition d’une œuvre d’art.

L’Art’necdote du Jour #24 • Constantin Brancusi

Né en 1876 en Roumanie dans un milieu rural, Constantin Brancusi quitte très jeune son village natal pour étudier la sculpture. Il entre tout d’abord à l’École des arts et des métiers de Craïova en 1894, avant d’être admis à l’École des Beaux-arts de Bucarest, en 1898. Il voyage ensuite en Europe et poursuit sa formation en 1904 aux Beaux-arts de Paris au sein de l’atelier du sculpteur reconnu Antonin Mercié.

Brancusi dans son atelier vers 1933 -1934

Constantin Brancusi dans son atelier vers 1933 -1934 © Collection Particulière

Un chemin semé d’embûches

Il rencontre Auguste Rodin lors d’une exposition en 1907 et intègre son atelier pendant un mois. Il traverse ensuite une période difficile, où il cherche à définir son processus de création artistique. Il s’éloigne du travail de Rodin pour révéler l’essence de la matière qu’il sculpte. Il affirme d’ailleurs à ce propos : « Ce n’est pas la forme extérieure qui est réelle, mais l’essence des choses. Partant de cette vérité, il est impossible à quiconque d’exprimer quelque chose de réel en imitant la surface des choses ». Ses principes ouvriront la voie à la sculpture surréaliste et au courant minimaliste des années 1960.

La Muse endormie, Constantin Brancusi, 1910

La Muse endormie, Constantin Brancusi, 1910 © Adagp, Paris

L’abstraction remise en question

Apprécié aux Etats-Unis, Brancusi connaît pourtant de nombreux problèmes avec les douanes américaines. Ses sculptures abstraites laissent en effet les autorités de ce pays perplexe. En octobre 1926, Constantin Brancusi envoie une vingtaine de sculptures, accompagnées par Marcel Duchamp, pour une exposition personnelle à la galerie Brummer, à New York. Elles sont saisies par la douane et lourdement taxées comme des « objets utilitaires ». Depuis 1913, les États-Unis exonèrent en effet de droits de douane tout objet ayant le statut d’œuvre d’art.

Mademoiselle Pogany, Constantin Brancusi, 1912-1913

Mademoiselle Pogany, Constantin Brancusi, 1912-1913 © Adagp, Paris

Face à « cette injustice », selon ses propres mots, Constantin Brancusi intente un procès contre les États-Unis avec comme pièce à conviction « L’Oiseau dans l’espace », que les douanes américaines ont défini comme « objet industriel ». Très rapidement, l’enjeu du procès dépasse le sujet des œuvres de Brancusi, et pose la question de la définition de l’oeuvre d’art. La justice américaine finit par donner raison à Constantin Brancusi, amenant à une définition juridique plus large de l’œuvre d’art, qui inclut dorénavant les courants conceptuel et minimaliste.

L’oiseau dans l’espace, 1932-40, laiton poli, 151,7 cm socle compris, Musée Guggenheim, Venise

L’oiseau dans l’espace, Constantin Brancusi, 1932-40 © Musée Guggenheim, Venise

*Pour en savoir plus sur Constantin Brancusi : Atelier Brancusi (en face du Centre Pompidou) : Gratuit jusqu’au 30 Juin 2017.

En écho sur KAZoARTFabien Caceres

Sur KAZoART, les œuvres de Fabien Caceres nous évoquent sans conteste les sculptures de Constantin Brancusi.

Saïd n°2 - Technique Mixte - Fabien Caceres

Saïd n°2 – Technique Mixte – Fabien Caceres

Inscrivez-vous à la newsletter KAZoART

Vous souhaitez recevoir régulièrement les nouveaux articles et les actus de KAZoART ? Inscrivez-vous à notre newsletter !

15€ offerts pour toute nouvelle inscription.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>