Aujourd’hui reconnue comme l’une des photographes vivantes les plus influentes de sa génération, Cindy Sherman a quelque chose de très singulier : la fantaisie ou l’audace de se métamorphoser et de parfois même se ridiculiser. Débordant d’imagination et jamais à court d’idées, c’est avec second degré qu’elle déconcerte l’œil du spectateur. Retour sur l’incroyable Cindy Sherman dont les clichés ont marqué l’histoire de l’Art…

Cindy Sherman : 3 choses à savoir

Portrait de Cindy Sherman
Portrait de Cindy Sherman / Source : https://www.justaplatform.com

1# Une artiste aux mille visages

Mais qui est donc Cindy Sherman ? Beaucoup voient de qui il s’agit sans vraiment savoir à quoi elle ressemble. Et pour cause, au-delà d’être une grand photographe américaine, elle est aussi dans l’exploration constante d’une multitude d’identités. Elle campe des rôles de femmes, les habite et les fait vivre le temps d’une prise de vue ou d’une série de clichés.

Née en 1954 à Long Island, Cindy Sherman réalise des études artistiques au State University College de Buffalo (New York) dont elle ressort diplômée en 1976. À cette période, elle rencontre deux artistes, Robert Longo et Charles Clough, avec qui elle fonde le Hallwalls, un lieu d’art alternatif !

Elle se tourne ensuite vers la photographie qu’elle entrevoit comme un art conceptuel. C’est ce médium qu’elle décide de travailler en s’installant à Manhattan l’année d’après.

cindy-sherman-untitled-still-21
Untitled Film Still #21 (1978)© Horace W. Goldsmith Fund through Robert B. Menschel

Elle acquiert une notoriété internationale en 1977 avec sa série de photographies Untitled Film Stills. Tout au long de sa carrière, l’artiste recourt à la caméra pour approfondir les concepts d’identité, mais pas seulement. Elle balaie les questions de genre, de sexualité et pose un regard très curieux sur les stéréotypes féminins des années 1970.

2# Un génie de la mise en scène

D’une photo à l’autre, elle est méconnaissable. Pourtant, en y regardant d’un peu plus près, quelque chose nous semble familier. Dans le regard, dans l’intention. Il n’y a qu’une seule personne et c’est elle, grimée sous une panoplie d’artifices.

Difficile de citer toutes ses inspirations tant elles sont nombreuses : la culture populaire, le cinéma ou encore les spots publicitaires. Seulement, son travail tangue progressivement vers quelque chose de plus sombre voire d’effrayant. Elle recourt aux prothèses, aux perruques, à un maquillage à outrance et délivre parfois des mises en scène qui mettent mal à l’aise.

untitled-397-cindy-sherman
Cindy Sherman, Untitled 397

Dans certaines de ses compositions, elle met en scène des mannequins, des accessoires et dans d’autres, elle n’hésite pas à exposer des corps démembrés, des organes génitaux ou des clowns horrifiants.

Tantôt une créature laide aux proportions irréelles, tantôt une revisite d’un portrait de la Renaissance, parfois une femme d’affaire haut-placée ou une femme Américaine qui a pris trop de soleil, c’est une succession de portraits et non d’autoportraits, quoiqu’en pensent certains.

3# L’une des photographes contemporaines les plus « bankable »

L’ère Cindy Sherman est un tournant dans la photographie contemporaine. Une vision projetée de l’époque dans laquelle nous vivons et où le tout-numérique a pris une place éminente au quotidien. Créative et sans limite, la photographe nous paraît à la fois très lointaine et bien avant-gardiste.

Untitled #96 (1981). ©Moma
Untitled #96 (1981). ©Moma

En 2011, la maison de vente Christie’s signe un record pour l’œuvre Untitled 96 adjugée à 3,89 millions de dollars. Un montant exceptionnel et jamais atteint pour un photographe vivant. Déjà en 2010, l’artiste américaine vendait l’une de ses photos à 2,7 millions de dollars.

Un jour elle a dit

 « Je me sens anonyme dans mon travail. Quand je regarde les images, je ne me vois jamais ; ce ne sont pas des autoportraits. Et parfois, je disparais. »

Le saviez-vous ?

La série Clowns de Cindy Sherman publiée entre 2003 et 2004 est probablement l’une de ses réalisations les plus énigmatiques. Le sourire figé et une attitude presque effrayante apparaissent comme une réponse aux réactions américaines post-attentat du 11 septembre 2001.

L’artiste arbore ces déguisements dans l’intention de faire tomber les masques de la société. Les clowns revêtent une hystérie heureuse mais libèrent paradoxalement un sentiment sous-jacent de tristesse. L’idée était là : attendre des jours meilleurs et un horizon plus paisible…

Les Femmes Artistes à l'honneur sur KAZoART

Ses plus grandes œuvres

Untitled #92 (1981) © MoMA
Untitled #92 (1981) © MoMA
Cindy Sherman, Untitled 153, Série Fary Tales, 1985 Credit : Joel and Anne Ehrenkranz Fund / © MoMA
Cindy Sherman, Untitled 153, Série Fary Tales, 1985 Credit : Joel and Anne Ehrenkranz Fund / © MoMA
Cindy Sherman, Untitled (2012)
Cindy Sherman, Untitled (2012)