Quand le cinéma reprend des tableaux célèbres 3


On le sait, beaucoup de peintres ont cherché à reproduire des scènes du quotidien, ne serait-ce qu’à travers des portraits ou des paysages. A leur tour, ils sont devenus la source d’inspiration de grands cinéastes qui ont eu le génie de reproduire leurs tableaux dans leurs films. KAZoART revient sur 7 scènes de films mythiques directement tirées d’œuvres d’art !

1# Herbert Ross et Edward Hopper

Art & cinéma : Hopper/Ross

L’un des plus grands chefs-d’œuvres de Hopper a été reproduit dans le film Pennies from heaven sorti en 1983 et réalisé par Herbert Ross. Tout y est, jusque dans le moindre détail. Les personnages emblématiques de Nighthawks (1942) retrouvent leurs pareils dans la scène du film pourtant censé être tourné à Chicago. L’ambiance trouble, le serveur, les deux hommes assis, la jeune femme perdue dans ses pensées, les percolateurs. Une mise en scène quasi identique qui nous plonge au cœur d’un dinner aux allures d’aquarium géant.

2# Paul Thomas Anderson et Léonard de Vinci

anderson-de-vinci

Vous l’aviez remarquée ? La référence à Léonard de Vinci est plutôt évidente dans cette scène mythique du film Inherent Vice de Paul Thomas Anderson. Sorti en 2014, il détourne le chef-d’œuvre La Cène (1495-1498) à travers cette tablée de treize personnes réunies, festoyantes et insatiables.

#3 Martin Scorcese et Klimt

klimt-scorcese

L’excellent Shutter Island (2010) fait un clin d’œil à la plus emblématique des œuvres de Klimt : Le Baiser (1908-1909). Cette scène où Teddy Daniels (Leonardo Dicaprio) étreint le mirage de son épouse Dolores (Michelle Williams) fait brillamment écho aux amants chez Klimt. Les tons ocres de la pièce dans laquelle ils se trouvent, leurs gestes passionnés, la robe fleurie et surchargée portée par Dolores n’est pas sans rappeler celle de Emilie Flöge, alors compagne du peintre à l’époque. Qu’il s’agisse de la peinture ou de la scène sur grand écran, on ressent facilement toute la fermeté et la fougue à travers cet enlacement aux allures de détresse du côté de Martin Scorcese.

#4 Terry Gilliam et Botticelli

venus-boticelli-gilliam

La Naissance de Vénus (1484-1485) a grandement inspiré la culture populaire. L’hommage le plus connu est certainement cette scène mythique du film Les Aventures du baron de Münchhausen de Terry Gilliam (1988). Le réalisateur reprend cette icône dépeinte par Botticelli et la transpose dans un coquillage plus vrai que nature, lequel contient cette divinité interprétée par Uma Thurman. Sa première apparition la montre dans le plus simple appareil, sa longue chevelure rousse pour seule couverture. Tout comme dans le chef-d’œuvre du peintre italien, Vénus surgit de l’eau dans une coquille Saint-Jacques et porte alors toute l’attention sur elle. La fille de Jupiter ainsi que Trémis se hâtent de la couvrir pour masquer ses jolis atours. La position est identique, propre à une statue grecque antique.

#5 Jean-Luc Godard et Dominique Ingres

ingres-gaudard

Jean-Luc Godard rend hommage à La petite Baigneuse (1828) de Dominique Ingres dans son film Passion (1982). Le réalisateur a pour habitude de traiter le nu dans ses créations cinématographiques. Cette scène est un bel écho à l’œuvre du peintre français. Une femme nue, dos au spectateur, coiffée d’un turban et tenant un drap rouge occupe la place centrale. L’ambiance émanant de la scène tirée du film ne trahit en rien l’œuvre à laquelle elle fait référence. Plusieurs femmes nues se prélassent dans ce hammam, les postures sont semblables, même le turban bleu porté par la jeune femme en arrière-plan.

#6 Jacques-Louis David et Sofia Coppola

coppola-david

Impossible de passer à côté de Bonaparte franchissant le Grand-Saint-Bernard par Jacques-Louis David (1800-1803) et fabuleusement mis en scène par Sofia Coppola dans Marie-Antoinette (2006). Le cheval immaculé et cabrant, mené par un Napoléon au regard droit, franc, muni d’une cape rouge, est un bel hommage au chef-d’œuvre du peintre français.

#7 John Everett Millais et Lars Von Trier

millais-lars-von-trier

Dans son film Melancholia (2011), Lars Von Trier a dissimulé un certain nombre de références artistiques. La première est sans nul doute l’affiche même du long-métrage. Justine (Kirsten Dunst) se marie mais elle est rattrapée et plongée dans un profond sentiment mélancolique, terrassée par des pensées apocalyptiques. Cette scène caractéristique du film nous conduit au Romantisme, riche période artistique où les artistes travaillaient beaucoup la question du sleen et de la dépression. Le peintre préraphaélite John Everett Millais dépeignait déjà une scène similaire dans son œuvre Ophelia (1851-1852). Personnage emblématique de la tragédie Hamlet de Shakespeare, Ophélie se laisse noyer, voguant paisiblement sur l’eau et donnant lieu à un moment à la fois doux et mortuaire. Entourée de lis, Juliette (comme Ophélie) paraît déjà loin, est-elle encore de ce monde ?


Vous souhaitez découvrir plus de scènes inspirées de peintures célèbres ? Le cinéaste Vugar Efendi a rassemblé dans une série de vidéos (Film meets Art) tout une série d’hommages et de décors tirés de chefs-d’œuvres de l’Art ! Sur KAZoART, nos artistes sont aussi très inspirés par le cinéma et ses grandes figures auxquelles ils rendent brillamment hommage…

Inscrivez-vous à la newsletter KAZoART

Vous souhaitez recevoir régulièrement les nouveaux articles et les actus de KAZoART ? Inscrivez-vous à notre newsletter !

15€ offerts pour toute nouvelle inscription.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

3 commentaires sur “Quand le cinéma reprend des tableaux célèbres