Claude Monet : un peintre à la volonté de fer


A travers les Art’necdotes, KAZoART vous fait découvrir les grandes et les petites histoires des artistes les plus connus, Insolites, étonnantes ou grandioses, les vies et les créations des artistes que l’on croit connaître font bien souvent écho au travail de nos peintres.

L’Art’necdote du Jour #27 • Claude Monet

Claude Monet est un des peintres les plus connus du 19e siècle. Il est à l’origine, avec ses amis Sisley, Pissarro, Renoir et bien d’autres, de la naissance de l’Impressionnisme au milieu des années 1870. Ce mouvement pictural change les codes : il marque une rupture majeure avec l’art académique alors en vigueur. Le choix des thèmes, la touche visible, l’expression du fugitif, autant de caractéristiques qui choquent les critiques de l’époque. Pourtant l’Impressionnisme, ainsi que Monet, son plus illustre représentant, passeront à la postérité.

Cet homme au caractère difficile, capable des pires colères – son meilleur ami le surnomme son « vieux hérisson sinistre » – est surtout un peintre à la volonté inébranlable, qui fait toujours preuve d’un travail acharné. Il déménage de nombreuses fois, découvrant de nouveaux environnements à peindre. En effet, les paysages qui l’entourent resteront toujours ses sujets de prédilections.

Claude Monet, St-Georges-Majeur au crépuscule, 1908, Musée National de Cardiff, Wikimedia Commons

Claude Monet, St-Georges-Majeur au crépuscule, 1908, Musée National de Cardiff, Wikimedia Commons

Un peintre prêt à braver tous les obstacles

Pour représenter ce qu’il souhaite, Monet ne recule devant rien. Il choisit de peindre sur nature, donc à l’extérieur et non pas en atelier, mais directement face à son sujet. Il est un des premiers peintres à utiliser de la peinture en tube, rare à l’époque. Il observe alors les différents effets de lumière au fil de la journée, ce qui le conduit à réaliser beaucoup de séries d’un même endroit, à plusieurs heures différentes. Il passe ainsi de nombreuses heures face à la cathédrale de Rouen. C’est un travailleur acharné, qui ne recule ni devant l’effort, ni devant les aléas météorologiques. A Etretat, il n’hésite pas à emprunter un chemin escarpé et dangereux le long de la falaise, pour avoir un meilleur angle. A Belle-Ile-en-Mer, où il a séjourné, il brave même une tempête pour peindre son sujet.

A partir de 1912, il est atteint de cataracte aux deux yeux, ce qui ne l’empêche toujours pas de peindre. Il se fait opérer en 1923, et peindra jusqu’à sa mort en 1926, survenue suite à une infection pulmonaire qu’il avait contracté, affaibli par son travail ininterrompu.

Monet est aussi un perfectionniste, rarement satisfait de ses toiles, qu’il détruit ou gratte lorsqu’elles ne lui plaisent pas ou plus. Il déclare même : « Je dois veiller à ma réputation d’artiste pendant que je le puis. Lorsque je serai mort, personne ne détruira un seul de mes tableaux, quelque mauvais soit-il. »

 

Claude Monet, Mer agitée à Etretat, 1883, Musée des Beaux-Arts de Lyon, Wikimedia Commons

Claude Monet, Mer agitée à Etretat, 1883, Musée des Beaux-Arts de Lyon, Wikimedia Commons

En écho sur KAZoART Lepeudry et Antoine Favre

Sur KAZoART, on retrouve les inspirations impressionnistes dans les œuvres de Lepeudry et d’Antoine Favre.

Lepeudry, Femme à l'ombrelle et son enfant, 34 x 29cm

Lepeudry, Femme à l’ombrelle et son enfant, 34 x 29cm

cathedrale-st-jean-lyon

Antoine Favre, Cathédrale Saint-Jean, Lyon, 60 x 81 cm

Inscrivez-vous à la newsletter KAZoART

Vous souhaitez recevoir régulièrement les nouveaux articles et les actus de KAZoART ? Inscrivez-vous à notre newsletter !

15€ offerts pour toute nouvelle inscription.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>