Focus sur l’artiste Armel Jullien


Initié au dessin dès son plus jeune âge et sur les bancs de l’école, Armel Jullien s’en détourne pour se consacrer entièrement à la peinture quelques années plus tard. Dans les allées du Musée du Louvre, il découvre et s’inspire des grands maîtres, qui le suivent encore aujourd’hui dans son travail artistique. Attiré par les sujets du quotidien, il réalise des peintures figuratives depuis une vingtaine d’années. Des rencontres, un événement inattendu peuvent donner naissance à une œuvre où le réalisme se mélange à une réflexion poétique sur la banalité du quotidien et la beauté de la nature.

Retrouvez ici la galerie KAZoART d’Armel Jullien

Armel Jullien en atelier

Armel Jullien en atelier

 

Parcours et démarche artistique

Artiste autodidacte, Armel Jullien s’initie à la peinture seul en étudiant les tableaux des peintres du Moyen-Âge au baroque et en s’inspirant de la nature qui l’entoure. Les portraits et le monde rural sont ses deux sujets de prédilection. Il peint et recompose son environnement avec une simplicité apparente où les émotions et la sensibilité de ses personnages se révèlent avec force aux spectateurs.

En trait d'union - Armel Jullien

En trait d’union – Armel Jullien

Après le dessin et ensuite l’aquarelle, la peinture à l’huile s’impose à lui. Figuratives et très réalistes, ses toiles semblent reproduire le réel avec un rendu presque photographique. Elles cachent néanmoins des scènes recomposées, des rencontres improbables, voire imaginaires. Du réalisme au fantastique, il y a en effet qu’un pas pour cet artiste aux multiples facettes qui se joue des apparences afin d’éveiller notre curiosité et de nous sortir de notre cadre habituel.

Château d'eau - Armel Jullien

Château d’eau – Armel Jullien

# 6 questions de KAZoART à Armel Jullien

#1 Pouvez-vous nous parler de vos débuts artistiques ?

Je me suis jamais senti à l’aise dans les classes traditionnelles. J’ai abandonné le lycée pour me consacrer à ma véritable passion : le dessin. Par le biais de quelques relations, j’ai pris connaissance de l’existence de l’école d’art graphique Brassart à Tours, où j’ai obtenu mon diplôme de dessinateur d’exécution en publicité. J’ai ainsi étudié le dessin pendant trois ans. La peinture est arrivée plus tard. Je n’ai jamais suivi de cours dans ce domaine. Je me suis formé au Musée du Louvre en observant et en imitant les grands peintres, notamment ceux du Moyen-Âge ainsi que ceux du XIXe et XXe siècle.

Fonteysse - Armel Jullien

Fonteysse – Armel Jullien

#2 Vous réalisez beaucoup de portraits et d’autoportraits. Pourquoi ce genre vous intéresse en particulier ?

J’ai commencé mes premiers autoportraits vers 15-16 ans. C’est le fil conducteur de mon travail en tant que peintre. Je suis fasciné par ceux que je regarde, leur présence et leur évolution dans le temps. Par ailleurs, l’autoportrait est le sujet le plus évident à peindre, puisqu’il est tout simplement à portée de main avec un simple miroir.

Autoportrait - Armel Jullien

Autoportrait – Armel Jullien

#3 On retrouve une inspiration réaliste à travers vos œuvres. Vous reconnaissez-vous dans ce courant ?

Je m’inspire surtout de Vélasquez. J’aime la fluidité que l’on retrouve dans sa technique et la simplicité dans les choix de ses sujets. Il existe chez lui une certaine évidence. Ses peintures sont plutôt directes, même s’il a peint parfois des choses plus pointues. J’admire également beaucoup Rubens, même si ses tableaux sont plus chargés que ceux de Vélasquez. Il y a en effet un côté réaliste dans mes œuvres. Mais, depuis deux ou trois ans, j’essaye de faire des choses différentes. Mes tableaux montrent en réalité surtout des sujets recomposés. Il s’agit de scènes possibles associées à des éléments qui n’étaient pas ensemble au départ. On peut davantage parler de réalisme forcé.

Lieu commun n°4 - Armel Jullien

Lieu commun n°4 – Armel Jullien

#4 Vous pouvez nous parler de votre nouvelle série « Même un », qui s’approche du fantastique ?

J’ai commencé cette série cette année. J’ai peint des personnages nus dans une situation particulière. Je me suis inspiré de Goya et de son tableau où des sorciers volent dans la nuit et mangent un des personnages. J’ai aimé le côté mystérieux et effrayant de cette œuvre. J’ai voulu reproduire cette atmosphère en y ajoutant un personnage nu et des mains. Ces deux éléments me représentent. J’ai ajouté un voile sur mon visage pour me cacher en quelque sorte. J’ai également peint le paysage de chez moi. À travers ces tableaux, je me suis montré avec mes choix, mes envies, mes peurs qui me mènent à prendre un chemin ou un autre. J’ai voulu peindre un personnage libre avec ses contraintes, ses pensées et les décisions qui en découlent.

Même un 0 - Armel Jullien

Même un 0 – Armel Jullien

 

Le Vol des sorcières, Goya

Le Vol des sorcières, Goya, 1797-1798 © Museo Nacional del Prado – Madrid

#5 Vous exposez presque tous les ans depuis de nombreuses années. Quel a été le déclic ?

J’expose depuis le début des années 1990. Ma première exposition a eu lieu dans le bistrot de mon village à l’âge de 19 ans. J’avais l’envie de montrer mon travail dès le début par mimétisme. Je voulais faire comme les grands maîtres encore une fois. Depuis 2006, le nombre d’expositions s’est en effet amplifié. Cela est devenu plus intense.

Armel Jullien en atelier

Armel Jullien en atelier

#6 Y a-t-il des artistes de KAZoART que vous aimez tout particulièrement ?

J’apprécie énormément le travail d’Émilie Lagarde. Je l’ai connu lors d’une exposition à Bruxelles. J’aime le côté mystérieux, sombre et personnel de ses toiles. Sa peinture est très riche. Il y a une liberté dans le choix de ses sujets. Les toiles d’Antoine Favre me plaisent aussi. J’aime la manière dont il peint le ciel et la nature.

Voisinage 2 - Armel Jullien

Voisinage 2 – Armel Jullien

Inscrivez-vous à la newsletter KAZoART

Vous souhaitez recevoir régulièrement les nouveaux articles et les actus de KAZoART ? Inscrivez-vous à notre newsletter !

15€ offerts pour toute nouvelle inscription.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>