Focus sur l’artiste EVIAL 2


« Ma peinture emmène le spectateur dans un monde énigmatique aux confins de la solitude. Un monde où le dialogue entre le corps et l’âme devient plus perceptible… » Etienne Viallon dit EVIAL, est artiste peintre. Dans ses toiles, il travaille le rapport entre le corps et l’esprit, mettant en exergue la solitude humaine. Grand admirateur de Basquiat et de Chagall, passionné de peinture, EVIAL est un artiste dont le style ne rentre dans aucune case, lui qui use de couleurs « volontairement étonnantes », tout simplement pour « exciter l’imaginaire ». Moaï, Tim Burton et animaux majestueux, découvrez l’univers décalé de ce peintre au style unique.

Découvrez la galerie d’EVIAL sur KAZoART

evial-kazoart-2

Son parcours

EVIAL, de son vrai nom Etienne Viallon, est un autodidacte. Il dessine depuis qu’il est jeune ; un don qu’il considère peut-être hérité de ses ancêtres artistes peintres. Adolescent, il se tourne vers la musique (notamment le hip hop), qui lui apporteront plus tard cette influence urbaine et Street art dans ses toiles. En 2010, sa curiosité picturale est réveillée et renouvelée par une discussion avec son frère, qui l’encourage à se mettre à la peinture. EVIAL commence donc la peinture à 35 ans, en se formant lui même, apprenant beaucoup dans les livres. Il découvre ceux qui vont devenir ses peintres favoris : jean-Michel Basquiat, Francis Bacon, sans oublier Picasso et Chagall. Il s’intéresse beaucoup au Street art et aime des artistes de cette mouvance, comme Jeremy Fish, Doze Green, Pixel Pancho, Banksy…

Ses premières créations suscitent un réel enthousiasme, et en 2012 il postule au trophée Alain Godon : il est alors sélectionné par le jury.

Son processus de création repose sur la rapidité. Il choisit notamment de travailler avec de la peinture acrylique car la peinture à l’huile sèche trop lentement à son goût. Avec l’acrylique, il peut retoucher rapidement sa toile, et il crée ainsi ses tableaux en trois ou quatre heures. A ce jour, il a plus de 230 œuvres à son actif.

EVIAL dans son atelier

EVIAL dans son atelier

L’avis de KAZoART

Fonds bleu profond et vibrants, figures sculpturales et solitaires, surprenantes : les toiles d’EVIAL abritent un monde à part, véritables reflets de l’intellect de leur créateur. Les sujets qu’il traite (la solitude par exemple) sont récurrents dans ses œuvres, lui qui souhaite « transporter le regardeur dans une surprenante poésie de l’âme ».  Car c’est bien un voyage que nous propose EVIAL, assorti d’une proposition à la réflexion, que cela soit sur la condition humaine même ou sur la permanence de nos corps. EVIAL est un peintre de sensation, et même ses couleurs invitent au questionnement. Il manie aussi parfaitement les références subtiles au grands maîtres de l’Art moderne que sont Picasso ou Chagall, produisant ainsi une peinture cultivée et passionnante.

EVIAL, Tim burton cogitoportrait

EVIAL, Tim burton cogitoportrait

5 questions à EVIAL

K. Quelles sont vos inspirations artistiques ?

Jean-Michel Basquiat pour son tracé, son humour, son utilisation de grands aplats de couleur qui donnent une impression de plusieurs dimensions dans un même tableau.
Francis Bacon pour son souci obsessionnel pour la « forme » humaine et ce sentiment de la condition mortelle qui se dégage de ses tableaux.

Avec mes peintures je souhaite que le spectateur (re)prenne la conscience de son corps comme matière organique (on est tous fait d’eau, d’un « amas » de chair et d’os mais la peau masque cet état) et qu’il s’interroge sur ce qu’il est en dehors de son corps. Je rejoins le peintre Francis Bacon : « Vous m’avez dit une fois qu’avec mes tableaux les gens ont toujours le sentiment de la condition mortelle ». (Extrait d’un entretien avec Bacon). J’aime cette idée de Bacon : « C’est la tension entre la matière et le sujet » qui détermine la paradoxale ressemblance qui ne ressemble à rien, et qui donne à « découvrir un peu le monde extérieur ». C’est pourquoi mes sujets sont la solitude et plus la matière organique que la représentation fidèle d’un corps afin que l’on ressente ce monde extérieur.
J’aime également Marc Chagall pour sa poésie emprunte de rêveries et pour son chromatisme onirique.
Pablo Picasso pour sa réflexion sur la (dé)composition de la forme, sa réinvention de l’espace, réintroduisant la couleur, suggérant la profondeur, par la superposition des plans.

EVIAL, Vol de nuit à la Chagall

EVIAL, Vol de nuit à la Chagall

K. Vous sentez-vous proche du Surréalisme ?

Le Surréalisme repose sur la croyance à la réalité supérieure de certaines formes d’associations négligées jusqu’à lui, à la toute-puissance du rêve, au jeu désintéressé de la pensée. Je réalise mes tableaux sans idée préalable, je me laisse guider par l’automatisme, mon inconscient et/ou mes rêves. C’est en cela que je me rapproche du Surréalisme qui avait recours à l’ensemble de ces procédés de création et d’expression utilisant toutes les forces psychiques (automatisme, rêve, inconscient) libérées du contrôle de la raison.

K. Quand est-il de votre utilisation de la couleur ?

Je ne veux pas utiliser trop de couleurs dans mes tableaux, car chaque couleur exprime un sentiment. Je veux que la sensation ressentie par le spectateur soit pleine et entière, et non un mélange qui ne provoque rien ! C’est pourquoi j’utilise des couleurs neutres (brun, marron, terre de sienne) et j’équilibre les couleurs chaudes (qui rapprochent) et froides (qui éloignent) pour avoir une harmonie dans le tableau.

En général je veux que les couleurs invitent au questionnement. Le bleu de Cobalt (que j’utilise beaucoup en fond) est une couleur froide qui amène de la profondeur, de la hauteur au tableau (sensation d’un espace incommensurable) et en plus, je pense que cette couleur est précisément celle de la vie spirituelle qui entraîne l’esprit vers le lointain et l’infini, vers la réflexion. Elle sert donc parfaitement mon chromatisme onirique.

EVIAL, To be or not to be

EVIAL, To be or not to be

K. Comment choisissez-vous vos sujets ? Vous représentez souvent des Statues de l’Ile de Pâques, pourquoi ?

Ce qui m’intéresse, c’est la représentation du corps et de la solitude. Je choisis plus des corps qui ont une certaine attitude plutôt qu’un sujet. J’aime peindre des hommages à des personnalités qui m’ont marqué comme Salvador Dali (j’aime toujours sa peinture mais un peu moins aujourd’hui, je la trouve moins profonde que chez d’autre peintres), Tim Burton… Sinon c’est le sujet qui s’impose à moi : je décide de partir d’une image qui m’interpelle (souvent c’est la position du corps) et l’imagination fait le reste !
J’aime les statues de l’Ile de Pâques car elles symbolisent pour moi la solitude et tout le mystère de ce rapport corps / âme chez l’être humain. Cette statue demeure un mystère (chaque individu est unique et l’on a découvert plus tard que son corps était plus grand que ce que l’on pensait…). Il y a aussi un côté magique qui nous échappe, mais en même temps cette civilisation disparue nous dit quelque chose de nous.

K. Quel est votre rapport à la sculpture ?

Je me suis interrogé dès le début de mon activité picturale à la possibilité de traduire en peinture la sculpture, un peu dans une idée de prolongement du cubisme… faire une sorte de peinture sculpturale. Je ne sais pas pourquoi, mais en tout cas je ferai un jour de la sculpture. J’aime ce rapport à la matière, au corps, au toucher comme lorsque l’on se retrouve devant une oeuvre de Antoni TAPIES : on a envie de toucher !

EVIAL, Samouraï

EVIAL, Samouraï

Découvrez la galerie d’EVIAL sur KAZoART

Inscrivez-vous à la newsletter KAZoART

Vous souhaitez recevoir régulièrement les nouveaux articles et les actus de KAZoART ? Inscrivez-vous à notre newsletter !

15€ offerts pour toute nouvelle inscription.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

2 commentaires sur “Focus sur l’artiste EVIAL

  • artfordplus

    J’apprécie particulièrement la façon dont EVIAL détache les formes entre-elles. On a presque l’impression que c’est du collage par moment. L’intégration de graphismes (lignes) dans son travail est intéressante car ils viennent casser la matière picturale
    Il a l’air d’un artiste très cool :)

    • EVIAL

      Bonjour,
      Merci d’avoir partagé votre analyse et vos sensations par rapport à mon travail. Un regard extérieur qui se penche sur ma peinture est pour moi toujours quelque chose de constructif.
      Je vous souhaite de Bonnes Fêtes de fin d’année.

      EVIAL