Focus sur l’artiste Iris Gallarotti 2


« Lorsque Mathilde Le Roy, la fondatrice de KAZoART, m’a proposé de participer à cette aventure et d’inviter des artistes, j’ai immédiatement pensé à Iris Gallarotti. Son travail oscille entre l’onirisme et la réalité, entre la biologie et le surréalisme, entre le monde des insectes et celui des humains. Ses techniques et ses images révèlent des mondes qui vont de l’abstraction à la figuration, de l’espace à l’atome, de l’infiniment grand à l’infiniment petit dans un mouvement perpétuellement étonnant, délicat et émouvant… »

Hélianthe Bourdeaux-Maurin, directrice artistique

Iris Gallarotti - KAZoART

Iris Gallarotti

Une minute de vidéo pour vous plonger dans l’univers artistique d’Iris Gallarotti :

Parcours d’Iris Gallarotti

Après des études aux Beaux Arts de Genève et de Paris, qui lui ont permis d’atteindre une solide maîtrise des techniques classiques des médiums traditionnels : dessin et peinture, cette artiste n’a eu de cesse d’élargir ses champs d’expression. Photo, vidéo, installations : pendant plusieurs années, elle a dédié à ces médiums beaucoup de sa créativité, en collaboration avec des musées.

Atelier d'Iris Gallarotti - Appareil photo - KAZoART

Atelier d’Iris Gallarotti – Appareil photo

Par ailleurs enseignante, Iris Gallarotti a ressenti il y 2 ans le besoin prendre du temps pour elle, pour retrouver le contact avec des questionnements qui l’occupent sur la matérialité, la temporalité et la ligne. Elle en explore les possibilités à travers différents médiums, notamment le dessin, qu’elle considère comme un langage à explorer, faisant sienne la citation de Marco Maggi : « Pour moi, dessiner, c’est écrire dans une langue que je ne comprends pas. […] On ne peut se fier à ses propres conclusions pour décider s’il s’agit d’un dessin ou de la réalité. »

Iris Gallarotti - Dessin en cours - KAZoART

Iris Gallarotti – Dessin en cours

En 2014, elle prend une année de disponibilité et un atelier pour travailler dans un environnement qui soit complètement sien et libre de distractions. Confrontée à la nécessité de renouer avec sa créativité d’une manière matérielle et directe, c’est tout d’abord grâce à une pratique ritualisée du dessin qu’elle parvient à réactiver le processus créatif. Le dessin passe par la main, il est léger, demande peu de moyens et repose à la fois sur la concentration, l’intuition et la technique.

Improvisation n°8 - Iris Gallarotti - KAZoART

Improvisation n°8 – Iris Gallarotti

Les séries « Improvisation » et « Bestaire » vont naître de ces séances matinales d’ouverture de la journée à l’atelier. Bien qu’il y fasse terriblement froid en hiver, Iris Gallarotti y passe avec assiduité une année riche en expériences artistiques. Après le dessin, la photo et la gravure sont venues compléter la réflexion artistique de cette exploratrice. C’est donc avec plein de projets en tête qu’elle a décidé de prolonger et d’approfondir l’expérience en prenant une seconde année de disponibilité.

 

Iris Gallarotti - Atelier en hiver - KAZoART

Iris Gallarotti – Atelier en hiver

4 Questions de KAZoART à Iris Gallarotti

K : Le dessin tient une place importante dans votre travail. Quel est son rôle pour vous ? Et quelle relation entretient-il avec la gravure ?

« Lorsque je suis arrivée dans mon atelier, j’avais perdu l’habitude d’être en connexion avec mon flux de créativité. J’avais produit pendant plusieurs années des œuvres vidéo ou des installations. C’est un travail que j’ai apprécié mais dont le processus était toujours très lourd : beaucoup de matériel, beaucoup de contraintes techniques… J’avais envie d’aller vers plus de légèreté et le dessin me convenait bien. Et puis je cherchais quelque chose de direct, de l’esprit au papier, en passant par la main. Travailler à partir du point, s’est aussi révélé un élément crucial de ma réflexion. Il y a quelques années, par l’intermédiaire de l’Education Nationale, j’avais suivi un stage très intéressant au Muséum d’Histoire Naturelle, sur le thème de la représentation de la nature. On nous y avait enseigné des techniques à base de points et de lignes pour représenter au plus juste les fleurs et les plantes… C’est une idée que j’ai laissé décanter, et puis quand il s’est agi de produire mes propres œuvres en atelier, j’y ai repensé. »

Iris Gallarotti - Dessin en points - KAZoART

Iris Gallarotti – Dessin en points

« Pour la série « Improvisation », j’ai donc repris cette technique, mais sans les lignes. Le point permet de travailler la ligne sans ligne, en créant un flux. Cela peut paraître contradictoire, mais j’aime les contradictions, les choses qui ont l’air de s’opposer et se rencontrent finalement. C’est le cas ici : on ne peut pas anticiper la ligne, ou ce qui va apparaître, mais quelque chose va se dégager de l’ensemble, des lignes vont surgir des points, avec des densités variables. En dessinant à partir de points, je m’oblige à la lenteur et je me retrouve dans un processus, pas dans une image. Le processus est justement la partie qui m’intéresse le plus. Je ne recherche ni le figuratif, ni le joli. Souvent, ce sont des insectes ou de petits animaux qu’on n’aime pas qui apparaissent entre les points, comme dans le « Bestiaire », et cela me convient. »

La reine - Iris Gallarotti - KAZoART

La reine – Iris Gallarotti

« Quand j’ai commencé la gravure, en revanche, je pensais y trouver un prolongement du dessin. Mais reproduire mes dessins ne m’intéresse pas. Et puis la gravure a ses propres contraintes qui reposent sur des lignes. J’aime qu’elles soient très fines. C’est presque de l’orfèvrerie. Et puis dans la gravure comme dans le dessin à points, il y a quelque chose de magique, c’est la révélation de l’image à l’issue du processus de création. »

With love ... - Iris Gallarotti - KAZoART

With love … – Iris Gallarotti

K : Vous êtes aussi photographe, mais vos photos semblent suivre une recherche au-delà de la prise de vue. Quelle est la place de la photographie pour vous ?

« Lorsque je commence un travail, ce n’est pas le médium qui est détermine le projet. A l’inverse, je choisis le médium en fonction d’une envie. Je suis passée par tous les médiums et j’ai gardé l’essence de chacun pour raconter la même histoire, mais avec une voix spécifique à chaque fois. En ce qui concerne la série des « Collapsus« , j’ai utilisé des photos que j’avais faites lors d’un séjour à Los Angeles dans le cadre de mes études. Ces photos représentaient les Etats-Unis hors du champ touristique, mais somme toute, proches de l’idée qu’on s’en fait. C’était des photos prises en voiture, qui représentaient la route, l’attente, la ligne d’horizon, le road movie. »

Collapsus of a dream (following Mulholland Drive) - Iris Gallarotti - KAZoART

Collapsus of a dream (following Mulholland Drive) – Iris Gallarotti

« Je ne les avais jamais exploitées et je ne pensais pas le faire un jour. Et puis en lisant le livre de Tim Ingold : Une brève histoire des lignes, l’idée de redessiner les lignes sans crayon, en les pliant, est apparue, associée à ces photos qui étaient un peu une ligne de fuite dans mon passé. Les plier, les abîmer, et en faire un objet artistique, c’était un moyen d’en finir avec le fantasme d’un passé merveilleux qui les accompagnait. Plutôt que de les jeter à la poubelle, c’était l’occasion de leur donner une seconde vie.
Le temps n’est pas linéaire, il vient en spirale. En tous cas, c’est comme ça pour moi ! »

Iris Gallarotti - Atelier - KAZoART

Iris Gallarotti – Atelier

K : Quelles sont les sources d’inspiration qui guident votre travail ?

« Il y a bien sûr les émotions, mais l’inspiration vient souvent d’un artiste dont la manière de travailler m’aura plu, ou d’un livre qui aura déclenché un cheminent de pensée. Je trouve beaucoup de poésie dans le processus de création en développement. Il y a aussi une différence entre ce que j’aime et ce qui m’inspire. Ce sont deux démarches différentes. D’une manière générale, l’art, la philosophie et le cinéma ont eu un grand rôle, mais je crois que la source d’inspiration qui m’exalte le plus aujourd’hui, c’est la science. »

Pink Magma - Iris Gallarotti - KAZoART

Pink Magma – Iris Gallarotti

« Dans l’art, je suis fascinée par le processus rationalisé qui mène à la révélation progressive ou soudaine de l’image. La science aussi révèle des choses qui existent et que l’on ne voit pas : l’infiniment petit, l’infiniment grand, … Je vois mes dessins comme une sorte de morphogenèse : quelque chose apparaît, qui se transforme progressivement. Cette manière « d’objétiser » le vivant est centrale pour moi. La science offre une façon de regarder que je recherche dans ma création artistique : il y a la part du rationnel et celle de l’intuition. Après, c’est une question de proportion ! »

Variations - Wave 2/10 - Iris Gallarotti

Variations – Wave 2/10 – Iris Gallarotti

K : Depuis la fin de l’été 2015, vous avez rejoint les artistes de KAZoART, mais vous étiez déjà présente sur les réseaux sociaux. Voir votre vie d’artiste mise en avant sur internet, qu’est-ce que cela a changé pour vous ?

« Lorsque j’ai pris une année de disponibilité, les œuvres que je créais étaient pour moi et n’avaient pas vocation à sortir de la sphère personnelle. Lorsque j’ai déposé mon dossier chez KAZoART, j’ai dû affronter des questions que j’avais jusqu’alors repoussées par manque de temps, manque d’énergie. Mes œuvres sont-elles destinées uniquement à moi ? Puis-je les vendre ? Quel est le prix de mon travail ? Se poser ces questions, c’était en quelque sorte commencer à assumer mon statut d’artiste à part entière. Mes premières œuvres vendues sur KAZoART ont fait office de déclencheur. Depuis, je progresse dans cette idée de vivre de mon art et ça a été un basculement très important pour moi, et le début d’une belle aventure, j’en suis sûre ! »

En ces lieux incertains de lumière - Iris Gallarotti - KAZoART

En ces lieux incertains de lumière – Iris Gallarotti

Inscrivez-vous à la newsletter KAZoART

Vous souhaitez recevoir régulièrement les nouveaux articles et les actus de KAZoART ? Inscrivez-vous à notre newsletter !

15€ offerts pour toute nouvelle inscription.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

2 commentaires sur “Focus sur l’artiste Iris Gallarotti

  • Ford PAUL

    Le process des dessins faits de points est il me semble jamais totalement improvisé. Il existe toujours une part de notre capacité créatrice qui se réfère à la réalité, à ce que l’on sait, à notre vécu.
    « La reine » en est le parfait exemple.

  • COLLOVRAY

    J’aime beaucoup votre travail.
    Artiste également,je réalise toiles grands formats abstraites à l’acrylique , monotypes .. etc..
    Bonne continuation dans vos projets