Toutes les semaines, découvrez les petites histoires, anecdotes ou décryptages des plus grands artistes et courants de l’Histoire de l’Art ! KAZoART vous emmène faire un tour dans les vies de nos peintres et sculpteurs préférés… Aujourd’hui, c’est le tour du peintre Georges Seurat d’être sous les projecteurs. Découvrez comment ce peintre très scientifique a inventé une théorie et un mouvement pictural, le pointillisme.

Seurat, peintre pointilliste et rigoureux

Georges Seurat est né à Paris en 1859. Il est le père du courant pointilliste, appelé par la suite « Néo-impressionnisme », qui consiste à utiliser de petites touches de couleurs juxtaposées, au lieu des habituels aplats, et selon une théorie des couleurs précise. Seurat était un homme très droit et cérébral ; fils d’huissier de justice, il se tiendra rigoureusement à ses théories colorimétriques, sans insuffler d’émotions dans ses œuvres, contrairement aux impressionnistes. Il aurait d’ailleurs déclaré à Charles Angrand, un ami peintre :  » Ils voient de la poésie dans ce que je fais. Non, j’applique ma méthode, c’est tout ! ».

kazoart Seurat
Un dimanche après-midi à l’Ile de la Grande Jatte, 1884-86, Institut d’Art de Chicago

La théorie des couleurs

Seurat a créé une théorie picturale pour peindre ses tableaux : le divisionnisme (aussi appelé chromo-luminarisme). Cette théorie est basée sur les lectures scientifiques du peintre. C’est bien après avoir lu l’ouvrage du chimiste Michel-Eugène Chevreul, De la loi du contraste simultané des couleurs et de l’assortiment des objets colorés, publié en 1839, que Seurat invente sa technique des points.

Chevreul y développe l’idée que les couleurs s’influencent entre elles, et qu’une couleur placée près d’une autre lui donne une nuance complémentaire. De cet argumentaire découle le principe des couleurs complémentaires et non complémentaires. Chevreul crée un cercle chromatique pour appuyer sa théorie.

Cercle chromatique de Chevreul
Cercle chromatique de Chevreul

On y voit que les couleurs opposées sont complémentaires entre elles, car elle ne peuvent pas s’influencer si elles sont placées l’une à côté de l’autre : le bleu et le orange, le jaune et le violet, et le vert avec le rouge.

Le principe du pointillisme

Auparavant, le peintre mélangeait les couleurs sur sa palettes – les divisionnistes (ou pointillistes), eux, juxtaposent deux couleurs pures directement sur la toile. Ainsi, pour créer du vert, l’artiste dépose un point de jaune tout près d’un point de bleu… Et Lorsque l’on regarde un tableau pointilliste à une certaine distance, on ne distingue pas les points de couleurs les uns des autres, et ils se fondent entre eux. Le principe est donc d’obliger l’œil et le cerveau du spectateur à faire le mélange de couleurs eux-même.

kazoart seurat
Georges Seurat, détail de La parade, 1888, MET Museum

En écho sur KAZoARTLepeudry

Sur KAZoART, la touche de Lepeudry nous rappelle celle du pointillisme de Seurat.

kazoart lepeudry seurat
Lepeudry, Arbre de vies, 2016