Infographie : le marché de l’art en ligne ne connaît pas la crise 1


Alors que le marché de l’art a connu un repli en 2015, le marché de l’art en ligne a quant à lui fait un bon de +24% en 12 mois, selon l’étude Hiscox 2016 qui vient de paraître, prévoyant un triplement de ce marché d’ici 2020. Derrière ce succès, quelles tendances se dessinent ? Quel est le profil des nouveaux acheteurs ? Quelles sont les œuvres à succès ? Et pour quel budget ? KAZoART a décortiqué pour vous à travers cette infographie les dessous de cette étude et vous présente les grandes tendances de ce nouveau mouvement de fond qui est en train de révolutionner la manière dont on approche l’art, et qu’on l’achète bien sûr ! 

LE BOOM DE L'ART EN LIGNE SE CONFIRME

LE BOOM DE L’ART EN LIGNE SE CONFIRME

 

Le marché de l’art en ligne se focalise sur l’art abordable

Contrairement aux idées reçues, l’art continue de séduire les Français. Si l’usage n’est plus à la collection mais plus à l’achat plaisir, on constate que l’achat en ligne touche tous les types d’œuvres. Avec une tendance de fond qui se dessine : les acheteurs d’art en ligne privilégient des oeuvres à des prix abordables. Ainsi, sur 2015, 76% des achats d’art en ligne se trouvent en dessous de 5.000$.

Comme le souligne Mathilde Le Roy, fondatrice de KAZoART, « Il faut désacraliser l’art. De nombreux artistes de talent ne parviennent pas à se faire connaître et à vendre, faute de réseau et d’aisance pour se mettre en avant. Par ailleurs beaucoup d’amateurs d’art achètent pour décorer leur intérieur des objets standardisés, qu’ils remplaceraient volontiers par des œuvres d’art uniques s’ils avaient accès plus facilement à une offre diversifiée à des prix abordables ».

 

La génération Y en première ligne

La génération Y (18-35 ans) s’intéresse à l’art. Férus des réseaux sociaux type Instagram ou Snapchat et hyper connectés, cette nouvelle génération d’amateurs d’art privilégie l’émotion, là où leurs aînés se fiaient davantage à l’aspect investissement ou au statut social que confère l’achat d’une œuvre d’art.

Les marketplaces dédiées à l’art comme KAZoART sont ainsi plébiscitées par ces jeunes acheteurs, qui jusqu’à présent ne se retrouvent pas dans l’expérience d’achat proposée par les acteurs traditionnels du marché de l’art (galeries, maisons de ventes aux enchères), et qui trouvent dans ces plateformes un allié pour les aider à sauter le pas : transparence sur les prix, diversité et profondeur de l’offre, prix accessibles, approche décomplexée, …

Ces nouveaux acheteurs, néophytes, sont aussi en quête de conseils pour dénicher l’œuvre qui leur correspond.

Mathilde Le Roy est formelle : « Le fait que les acheteurs en ligne soient plus jeunes que la moyenne des acheteurs d’art avec une sur représentation des first time buyers ou primo-accédants renforce notre volonté de développer l’Art Advisory. Sur KAZoART, l’acheteur peut répondre à un questionnaire où il précisera ses goûts, ses attentes, son budget, et un conseiller lui proposera une sélection personnalisée d’œuvres qui lui correspond. Le Web permet aussi de démocratiser ces services autour de l’achat d’art, longtemps réservé à une poignée de grands collectionneurs. ».

Ces choix stratégiques de KAZoART semblent être parfaitement accrédités par les chiffres de l’étude Hiscox qui vient de paraître.

Inscrivez-vous à la newsletter KAZoART

Vous souhaitez recevoir régulièrement les nouveaux articles et les actus de KAZoART ? Inscrivez-vous à notre newsletter !

15€ offerts pour toute nouvelle inscription.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Commentaire sur “Infographie : le marché de l’art en ligne ne connaît pas la crise

  • artfordplus

    Très intéressant comme article surtout pour les artistes qui ont besoin de visibilité et de vendre. Espérons qu’effectivement cet essor se poursuive dans le temps. Au niveau des pourcentages d’achat et de motivation, je n’ai pas bien saisie la cohérence des chiffres…