Interview artiste • Dans l’atelier de Laura Vallée Rémond 1


Cette semaine, KAZoART vous embarque dans l’univers de Laura Vallée Rémond, jeune artiste plasticienne qui pratique le dessin, le collage et la photographie. Attachée à la justesse des formes et la précision des traits, elle met en lumière les corps, et plus particulièrement une puissante et redoutable féminité, celle de la Mère, de la Femme, celle qui protège et qui brille par ses courbes et ses rondeurs. Une démarche autobiographique où se croisent et se décroisent le réel et le fantasmé. Projection sur le parcours, le processus créatif et les inspirations de cette artiste aux multiples talents.

Retrouvez la galerie de Laura Vallée Rémond sur KAZoART

Laura Vallée Rémond

Laura Vallée Rémond

6 questions à Laura Vallée Rémond

K. Pouvez-vous me parler un peu de vous ?

Je m’appelle Laura Vallée Rémond, j’ai 26 ans et je suis plasticienne. J’ai fait des études de stylisme à Paris, et suivi des cours du soir de dessin aux Beaux-Arts. En 2012, j’ai commencé à travailler en tant qu’illustratrice notamment pour Chanel Haute Couture. Progressivement je me suis orientée vers le dessin d’art. En 2015, j’ai eu la chance d’exposer mon travail en galerie pour la première fois, et les projets se sont depuis enchaînés. En parallèle de mon travail artistique, j’enseigne le dessin et l’illustration en écoles supérieures et en ateliers.

Laura Vallée Rémond KAZOART

Laura Vallée Rémond

K. Quelles sont vos influences et inspirations artistiques ?

J’ai grandi dans le sud de la France, baignée par cette lumière si particulière qui a inspiré tant d’artistes, Matisse, Picasso, Cocteau, Chagall par exemple. Je crois que c’est la beauté et l’harmonie de leurs œuvres qui ont façonné mon univers et m’inspirent encore aujourd’hui. J’ai hérité d’eux cette obsession de la spontanéité de la ligne, et sa justesse. Mon trait est souple et fermé.  

Laura vallée rémond kazoart

Laura Vallée Rémond, Sans titre (dessin, 2016)

K. Quel est votre processus de création pour les dessins et les collages ?

Je dirais qu’au départ, il y a la recherche du mouvement du corps et de la beauté de la ligne. J’ai besoin de me laisser séduire. Parfois il suffit d’un dessin pour parvenir à exprimer mon idée, parfois il en faudra des dizaines. Je travaille vite, souvent au fusain ou au marker. L’univers qui se crée doit me sembler limpide. Les formes doivent être justes, et les lignes fluides pour que l’émotion passe.
Il faut beaucoup de dessins pour qu’une série se mette en place. Actuellement je travaille sur un ensemble de travaux que j’ai regroupés en une seule série nommée « La tête en feuilles ». Elle se compose de dessins, de peintures, de céramiques et de collages en cartons.

laura vallée rémond kazoart

Laura Vallée Rémond, Madone, Série « La tête en feuilles » (dessin, 2016)

Je me lasse très vite. J’ai toujours besoin d’expérimenter de nouvelles techniques, de nouveaux outils ou de nouvelles lignes. Je dessine partout et sur n’importe quoi ! Finalement la seule chose qui compte, c’est de créer.

Je publie beaucoup de dessins sur mon Instagram : laura_vallee_remond. J’aime partager mon travail avec la communauté et découvrir celui des autres. C’est ici que j’ai commencé à montrer mes dessins il y a quelques années et je n’ai jamais cessé depuis. En 2015, j’ai contacté KAZoART et j’ai eu la chance d’être retenue pour exposer mes travaux sur cette galerie en ligne. C’est depuis une très belle aventure, faite de rencontres virtuelles ou non (!), avec les animateurs du site, des artistes qui y exposent et mes acheteurs !

vallée rémond kazoart

Laura Vallée Rémond, Autoportrait à l’oiseau (peinture acrylique, 2015)

K. Comment choisissez-vous vos modèles pour les portraits ?

Aujourd’hui, je travaille peu à partir de modèles. J’aime la liberté, l’imaginaire, laisser le dessin venir à moi sans avoir au préalable une idée précise de ce à quoi il va aboutir. En fonction de mon état d’esprit, le corps de mes personnages change.
Par contre en ce qui concerne mon travail de collages, je pars de photos que je réalise avec des gens que j’aime. Leurs corps sont ensuite mis en scène avec des photos découpées dans des livres et des dessins. Ils deviennent icônes. Pour moi, c’est une façon de les déifier.

Laura vallée rémond portrait charlotte kazoart

Laura Vallée Rémond, Portrait de Charlotte (collage sur papier, 2015)

K. Le corps féminin apparaît régulièrement dans votre travail. Quelle place lui accordez-vous et pourquoi ?

Le corps de la femme occupe une place centrale dans mon travail puisqu’il prédomine, accapare l’espace de la composition. Des éléments composés d’animaux, de textes, ou de traits viennent ensuite s’articuler autour du corps. Ils constituent non pas un fond sur lequel le corps viendrait se poser mais un vocabulaire pour illustrer l’histoire du personnage.
Par ailleurs, mon travail est autobiographique, dans le sens où il raconte mon histoire, que celle-ci soit vraie ou imaginaire, j’aime que la frontière entre réalité et fiction soit floue. Je crée mon propre espace, celui d’une féminité toute puissante.

Vallée Rémond Madone kazoart

Laura Vallée Rémond, Madone (dessin, 2016)

K. Dans quelle mesure articulez-vous l’être humain, le fantasme et le divin ?

Le sacré tient une part importante dans mes recherches. Je suis passionnée par l’iconographie religieuse chrétienne. J’étudie la composition, comment celle-ci a évolué dans le temps, l’emploi des couleurs et de l’or comme vecteur de sentiments et symbolique à part entière. L’importance de la figure de la Vierge Marie, qui devient la mère universelle.
Dans mes travaux, la représentation de la femme oscille toujours entre le païen et le polythéisme ! Chaque femme devient Madone, non au sens Chrétien du terme – même si l’iconographie peut être conservée – mais symbole d’une féminité absolue et libératrice.

Vallée Rémond Kazoart

Laura Vallée Rémond, Portrait de Kelly (technique mixte, 2015)

L’avis de KAZoART

Laura Vallée Rémond est une artiste étonnante. Elle ne s’impose aucune limite technique et est engagée dans une démarche artistique singulière où la Femme, dans toute sa grandeur, prédomine dans une large partie de ses compositions. Hommage à la féminité et à la liberté du corps, cette jeune artiste nous dévoile avec sensibilité sa rigueur et la précision des courbes du corps. Qu’il soit réel ou fictif, le corps dénudé devient icône, dépourvu de fioritures mais incrusté dans des atmosphères sacrées. Laura Vallée Rémond travaille à l’instinct, dans une recherche du mouvement, et l’on ne peut rester statique face à ses créations !

Retrouvez la galerie de Laura Vallée Rémond sur KAZoART

Inscrivez-vous à la newsletter KAZoART

Vous souhaitez recevoir régulièrement les nouveaux articles et les actus de KAZoART ? Inscrivez-vous à notre newsletter !

15€ offerts pour toute nouvelle inscription.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Commentaire sur “Interview artiste • Dans l’atelier de Laura Vallée Rémond