Interview artiste • Rencontre avec Fabienne Monestier


Cette semaine, KAZoART est parti à la rencontre de Fabienne Monestier, artiste peintre passionnée qui nous raconte son histoire, nous dévoile ses inspirations et nous explique comment naissent ses toiles florales, colorées et très inspirées. Encouragée très tôt à suivre la voie des Arts, Fabienne Monestier prône la liberté du geste et laisse parler son imagination et sa pensée créative.

Fabienne Monestier-4

Fabienne Monestier

Fabienne Monestier en quelques mots…

Diplômée en cinéma expérimental et en gravure à l’Institut d’Arts Visuels d’Orléans, Fabienne Monestier a vu fleurir en elle la passion pour les arts plastiques. Outre le cinéma qu’elle affectionne, c’est bel et bien la peinture qui anime cette artiste de Touraine. Ses sujets, quels qu’ils soient, sont l’expression d’une pensée aboutie où prime la réflexion. Multipliant les supports et les matériaux, Fabienne Monestier expose la nature, les corps, le végétal et ne s’interdit surtout pas les envolées abstraites ! Ce qui compte ? L’exploration artistique avant tout.

K. D’où vous vient votre vocation en tant qu’artiste ?

Je suis issue d’une famille de bricoleurs et touche-à-tout, pas des artistes au sens plastique du terme, mais des gens qui se posent des questions sur « comment bien faire les choses ». Ma mère m’a expliqué que, dès que j’ai pu tenir un crayon, j’ai gribouillé, dessiné, reproduit ce que je voyais, ou inventé des images. Mes parents m’ont encouragée très simplement en me laissant faire et en m’achetant des papiers, crayons, pastels, peintures. J’ai même eu le droit de faire des grands dessins sur les murs pendant des travaux à la maison !

J’ai appris qu’il n’y a pas de mauvais sujet.
L’important est la façon de le faire,
la personnalité que l’on travaille toute sa vie à laisser apparaître,
dans la maîtrise et la souplesse.

K. Comment se déroule une séance de travail ? Par quoi commencez-vous ?

Je commence par faire… des taches ! Comme je peins d’imagination, les taches colorées, les gribouillis sont une bonne base de travail. Je laisse ma main tracer des formes au hasardA partir de ces taches surgissent des formes évocatrices : c’est la paréidolie. Alors, je me laisse guider vers ce que la peinture me raconte. Je peins la plupart du temps du clair vers le foncé, comme les aquarellistes. J’essaie souvent de garder une touche spontanée, une écriture nerveuse que j’associe à des zones floues, douces. Parfois, je texture les fonds. Je peins plusieurs pièces en même temps. Passer de l’une à l’autre permet de se reposer le regard.

Découvrez un aperçu du travail de Fabienne Monestier

K. Quelles sont vos influences et inspirations artistiques ?

Influences très classiques et innombrables ! Le clair obscur dramatique de Caravaggio, les Impressionnistes pour la lumière et la couleur, la peinture moderne et l’abstraction lyrique pour le geste, l’énergie, la spontanéité. Actuellement, je regarde beaucoup la peinture contemporaine figurative anglo-saxonne qui allie une science des valeurs, des couleurs et de la gestualité : la figuration naît de touches abstraites. Du grand art.

Fabienne-Monestier-220

K. La nature, les paysages, les portraits ou encore le nu sont des thèmes récurrents dans votre travail. Comment choisissez-vous vos thématiques ?

Les  envies de sujets surgissent en même tant que des envies de formes ou de couleurs, ou d’effets, ou d’atmosphères. Je fais des images de sujets qui me parlent à un moment donné. A première vue, ça parait évident, voire simpliste, mais ça ne l’est vraiment pas ! Cela pose, en réalité, la question de la pensée de l’acte créatif, de la réflexion (« la pittura e cosa mentale » disait Maestro Da Vinci), de l’intelligence créative, de la maîtrise de la main, de l’éducation de l’œil.

Fabienne Monestier

J’ai fait mes études d’arts plastiques à l’ESAD d’Orléans (ex I.A.V.). Les enseignants nous rabâchaient (à juste titre) les bases de cette interrogation : Que veux-tu faire ? Comment le faire ? Pourquoi le faire ? J’ai appris qu’il n’y a pas de mauvais sujet. L’important est la façon de le faire, la personnalité que l’on travaille toute sa vie à laisser apparaître, dans la maîtrise et la souplesse. Souvent, on me demande : « Mais quelle est cette variété de fleurs ? » et je réponds invariablement : « Ce sont des fleurs… »

Comme en chant lyrique, que je pratique aussi professionnellement, il y a la dimension de « sous-titrage » du texte, de l’image, de l’info. Comment je pense ce que je suis en train de peindre, chanter, dire ? Quels éléments psychiques sous-jacents j’apporte pour nourrir ma création ? L’art est une activité humaine. Le cerveau est l’outil principal.

K. Comment caractériseriez-vous votre Œuvre en quelques mots ?

Une gourmandise de techniques et de sujets. Une recherche constante de la lumière et de la pureté des couleurs. Une expression plastique qui veut tendre vers plus de spontanéité, de liberté du geste.

Fabienne Monestier-5

 

Inscrivez-vous à la newsletter KAZoART

Vous souhaitez recevoir régulièrement les nouveaux articles et les actus de KAZoART ? Inscrivez-vous à notre newsletter !

15€ offerts pour toute nouvelle inscription.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>