Interview artiste • Rencontre avec Gérard Lartigue


Cette semaine, KAZoART est allé à la rencontre de Gérard Lartigue, sculpteur et dessinateur, et vous invite à pousser les portes de son atelier… Cet artiste à l’esthétique proche de celle de Rodin, imagine et façonne portraits et corps, explore les volumes dans l’argile, le plâtre, la pierre, ou même sur le papier. Découverte de l’univers d’un sculpteur expressif à l’œuvre vivante !

 

Voir la galerie de Gérard Lartigue

Gérard Lartigue (C) Anne-Lise Chupin Jegun

Gérard Lartigue (C) Anne-Lise Chupin Jegun

Gérard Lartigue en quelques mots…

Le sculpteur et la matière : une histoire sans cesse renouvelée au fil des siècles. Près de Toulouse, Gérard Lartigue créé bustes et nus dans son atelier qu’il partage avec sa compagne écrivaine, Juliette Marne. D’abord peintre, cet artiste devenu sculpteur donne vie à l’argile, le bois, la pierre, cherchant dans la matière l’expressivité du modèle, la subtilité d’une moue ou l’étincelle dans un regard. Le corps humain est ainsi support et but de ses recherches artistiques, sublimé dans toutes ses imperfections. A la manière de Rodin, il explore les volumes, la structure même du corps, cherche à observer la nature humaine sous toutes ses facettes. Ses œuvres, nus ou portraits, tantôt empruntes de sensualité ou de mélancolie, dégagent toujours une puissante sensibilité, marquée par une volonté certaine d’insuffler du vivant dans la matière inerte…

 

K. Parlez-nous un peu de votre parcours…

Pour quelqu’un qui a appris à effacer son histoire, c’est difficile de parler de parcours. Pourquoi effacer son histoire ? Pour une plus grande liberté : plus on est cerné par les chiffres (âge, département de naissance, etc.) et par les dates ou les lieux géographiques, plus on doit continuer à vivre comme le monde nous le dicte. Moins on s’accroche à son histoire, moins on doit répondre aux attentes extérieures.
Cela dit, je peux résumer mon parcours ainsi : j’ai commencé par des études d’ingénieur ! Fils d’un père ingénieur qui souhaitait me laisser les rênes de son entreprise, c’était le chemin idéal. J’ai vite compris que ma voie était complètement autre. J’ai fait les beaux-arts. Vingt ans en tant que peintre m’ont amené à voyager et à exposer au Mexique, aux États-Unis, en Suède… En France, à Paris, Grenoble, Lyon.
Puis j’ai découvert la sculpture et j’ai abandonné les pinceaux. J’entrevoyais déjà dans ma peinture comment la matière prenait place : mes toiles se chargeaient de plus en plus d’huile et d’encaustique.
Avec la sculpture, j’ai compris qu’il me fallait arriver à donner vie à la matière en travaillant autour du corps humain.

DSC04093

Gérard Lartigue et son modèle

K. Quelles sont vos inspirations et références ?

Parmi les artistes qui m’ont inspiré, Auguste Rodin occupe une place importante. Sa recherche de vérité à partir des volumes qu’on devine à la surface des corps m’a toujours poussé à mieux comprendre la profondeur de la matière. En peinture : Baselitz, Schiele, Tapiès, Miquel Barceló… Entre la peinture et la sculpture : Anselm Kiefer. Parmi les courants, l’expressionnisme allemand, le « néoexpressionnisme », est un mouvement qui me semble toujours d’actualité. L’art comme moyen d’expression au travers de la matière, en faisant appel surtout à nos instincts, à notre partie moins rationnelle.
Pour ce qui est des œuvres, je ne me lasserai jamais des « Prisonniers » de Michel-Ange où l’on apprécie déjà la lutte entre la matière et l’expression de l’artiste grâce aux zones laissées inachevées. Ou dans un registre bien différent : les portraits en peinture de Giacometti, ou les tableaux de Basquiat.

DSC08149

K. Quel est le processus de création d’une de vos œuvres ?

D’abord le dessin : je dois m’imprégner des lignes du modèle en face de moi en le dessinant rapidement pour capter ses mouvements internes, les fameux « volumes sous la surface ». Les creux, les vides, les tensions. Puis je prends de l’argile et avec des gestes rapides, j’essaie d’attraper la forme générale. Je dois mémoriser avec mes mains chaque centimètre du modèle. Les jours suivants, je travaille seul : je cherche la cohérence dans l’expression, dans la composition, dans les différentes textures. Sans perdre la richesse des gestes initiaux.
Je laisse ensuite sécher la pièce pendant une dizaine de jours avant de la cuire. Enfin, je la patine pour récupérer la beauté de la surface de la terre, qui se perd souvent dans l’aspect un peu opaque de la céramique naturelle. Parfois j’utilise de l’encaustique, ce qui rejoint mon métier premier : la peinture. Comme dans le buste que j’ai réalisé de Johnny Hallyday.

Bustes dans l'atelier de Gérard Lartigue

Bustes dans l’atelier de Gérard Lartigue

K. Quel est votre rapport au matériau et lequel préférez-vous travailler ?

Dans chaque matériau, je trouve une forme d’expression différente : l’argile est manipulable, docile, mais capricieuse (on doit faire attention aux mouvements lents de la terre humide, qui continuent souvent à évoluer après ceux que les mains du sculpteur réalisent) ; le bois est tiède, agréable au toucher, facile à découper, mais il faut bien comprendre sa structure pour mieux s’approprier les formes qu’on veut lui imprimer.
Avec le bronze, toute une équipe doit travailler aux côtés du sculpteur pour réaliser l’œuvre. Je sculpte l’œuvre en terre puis j’interviens à différentes étapes (retouche de la cire, patine du bronze…). J’ai la chance de travailler avec une fonderie de haute qualité artistique : la Fonderie de Bronze Lauragaise.
La pierre : en ce moment, c’est le matériau qui m’attire le plus. On perce les couches de sédimentation formées pendant des millions d’années. Malgré sa dureté, la pierre est docile : elle n’impose pas de structure particulière. Sa nature homogène nous laisse une grande liberté. D’ailleurs, les outils modernes nous permettent de mieux la maîtriser ; je pense souvent à la quantité d’œuvres que Michel-Ange aurait pu réaliser grâce à eux, à notre époque.

DSC06964

Gérard Lartigue sculptant

K. Pourquoi choisir de traiter le corps humain avant tout ?

Le corps humain est notre lien le plus direct avec la nature. C’est la partie de la « réalité » que nous maîtrisons le mieux. L’explorer est une façon de mieux comprendre la nature. Il nous donne un accès à la vérité dont Rodin parlait. La beauté est une émanation de cette compréhension.

K. Comment voyez-vous et pensez-vous l’équilibre entre réalisme et expressivité dans vos œuvres ?

C’est une bonne question puisqu’elle touche le centre de ma recherche : l’expression « pure » me semble fragile ; elle doit s’ancrer dans un cadre connu pour prendre plus de force. On part toujours d’une réalité. Même les peintres abstraits partent de la matière, qui est réelle (une toile et de l’huile par exemple). Je crois que c’est la matière qui nous donne de l’existence sur Terre. Partir du réalisme est une métaphore de notre matérialité. L’expressivité prend alors toute sa signification. Les variations infinitésimales des traits d’un buste, par exemple celui de Michel Houellebecq, donnent à son visage une expression qui fait référence à des élément de toute notre société : la décadence, le manque d’amour, la lutte individuelle dans la solitude…

Voir la galerie de Gérard Lartigue

Inscrivez-vous à la newsletter KAZoART

Vous souhaitez recevoir régulièrement les nouveaux articles et les actus de KAZoART ? Inscrivez-vous à notre newsletter !

15€ offerts pour toute nouvelle inscription.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>