Observatrice attentive de la nature, Myriam Ghilan investit la toile dans un geste libre et une volonté de faire écho aux merveilles qui l’entourent. Artiste peintre franco-marocaine, elle puise dans ses racines toute la richesse culturelle millénaire à laquelle elle rend hommage dans ses créations. Sa particularité ? Incruster des  minuscules perles de verre multicolores pour donner chaleur et relief à ses toiles, qui nous plongent dans un univers chatoyant. Rencontre avec une jeune artiste peintre et poète amoureuse de la matière !

portrait-myriam-ghilan
Portrait de Myriam Ghilan / Photo ©Myriam Ghilan

Myriam Ghilan en quelques mots…

Une peinture lumineuse et incrustée de perles de verre rendent authentique et bien reconnaissable l’univers de Myriam Ghilan. Inspirée par la culture marocaine, elle puise dans ses origines toute la volupté et la chaleur de ces terres qu’elle affectionne tant. Son Œuvre est à la fois très terrienne et profondément aérienne, entre figuratif et art abstrait. L’atmosphère festive et rayonnante de l’Amérique latine n’est jamais loin, comme les profondeurs des mers et la richesse des récifs coralliens.

K. D’où vient votre vocation d’artiste ?

Née le 5 Juin à Guebwiller en Alsace, j’ai grandi au Maroc et y suis restée jusqu’à mes 18 ans. Après mon baccalauréat, j’ai pris le chemin des écoles de commerces à Paris, jusqu’à l’obtention d’un master en marketing des métiers de luxe. Mais c’est dans l’art, ma véritable passion, que je décide de poursuivre. Je suis artiste depuis toujours et je crée sous toutes les formes avec les moyens disponibles et les objets qui m’entourent. En grandissant, j’ai expérimenté plusieurs disciplines telles que la peinture sur soie et bois, la poterie, mais aussi la broderie, le tissage de tapis en laine et en perles, la gravure sur verre et sur bois.

Deep (1)
Myriam Ghilan, Deep (huile sur toile)

K. Comment se déroulent vos séances de travail ?

Très souvent, je travaille la nuit au calme. C’est là que je suis la plus productive. Je commence par ranger mon matériel, j’aime travailler dans une ambiance épurée, comme une nouvelle page blanche. Je prépare mes peintures, les perles et mon plateau de pinces. Je porte mon masque et mes lunettes qui me protègent des colles fortes et je m’installe enfin pour un petit break de méditation et d’inspiration avant de commencer.

J’ai une passion pour la culture africaine et l’Amérique latine.
Les défilés brésiliens, les costumes en plumes et en perles m’ont toujours inspirée.

Myriam Ghilan

myriam-ghilan-creation
Myriam Ghilan en train de travailler / ©Myriam Ghilan

Les peintures abstraites traduisent un état complètement libre et sans aucune règle, contrairement aux peintures figuratives qui nécessitent un plan établi à l’avance. Le dessin, les couleurs, les mesures… Il y a plusieurs étapes fondamentales pour la pose de mes perles. Je crée également des bustes de femme que j’habille de cuir, velours, soie et strass. Du découpage du cuir, à la pose des strass et au collage, c’est également un travail qui nécessite une réflexion préalable.

K. Quelles sont vos influences et inspirations artistiques ?  

C’est avant tout la nature qui rythme mon imagination, ainsi que mes voyages. De la petite feuille verte d’un arbre aux somptueuses grottes de cristal, je suis fascinée par tout ce que nous offre la nature. J’idéalise dans mes peintures des océans purs et des terres saines. J’ai une passion pour les cultures africaine et latine. Les défilés brésiliens, les costumes en plumes et en perles m’ont toujours inspirée, j’aime également les tissus colorés et leurs motifs.

Oasis (diptyque) (1)
Myriam Ghilan, Oasis (diptyque, acrylique sur toile)

Quant aux artistes qui m’inspirent, il y a Frida Kahlo, rebelle et forte, dont 55 œuvres sur 143 sont des autoportraits, Yayoi Kusama, qui m’interpelle par son travail sur les motifs. Dali, par son art complètement marginal, David Hockey pour ses couleurs acidulées et son atmosphère toujours gaie… ce que j’essaie de faire car je n’aime pas les peintures déprimantes. Il y a aussi The Kaplan Twins, deux jumelles américaines de Los Angeles qui se représentent en peinture par la pratique du body-painting. Le couturier Olivier Rousteing m’inspire également avec broderie Lunéville, les tissus et les coupes près du corps.

La vida es un carnaval
Myriam Ghilan, La vida es un carnaval (acrylique sur toile)

K. Comment vous est venue l’idée d’incruster des perles à la surface de vos toiles ?

J’ai toujours eu une fascination pour les perles jusqu’au jour où je me suis lassée de faire des colliers et bracelets. J’ai recherché d’autres manières de les intégrer à mes créations. Véritable adepte de la broderie Lunéville, des robes perlées, c’est de là qu’est venue l’inspiration de vêtir de perles les femmes que je peins. Les perles donnent de la vie à mes peintures par leur relief, leurs couleurs et l’aspect différent de jour et de nuit, en fonction de l’éclairage. De l’abstrait au figuratif, les perles me permettent de donner à mes oeuvres une signature unique.

myriam-ghilan-creation-2
Myriam Ghilan en train de travailler la pose de perles / ©Myriam Ghilan

K. La culture orientale est très prégnante dans vos œuvres. Qu’est-ce qui vous anime autant dans cette recherche picturale ?

Je dirais que c’est un mélange de la culture orientale et occidentale. Les perles et les couleurs peuvent faire référence au Maroc et au Brésil. J’ai une passion pour la samba et leurs costumes uniques ! Les corps dénudés au rythme de la musique, mais aussi les cristaux et minéraux qui s’y trouvent. Les tenues traditionnelles du monde m’inspirent : le kimono japonais, le sari indien, les broderies péruviennes, le shweshwe africain, les cholitas boliviennes, les costumes et parures égyptiennes ainsi que toutes les différentes techniques de couture ou broderie de motifs et couleurs.