Interview artiste • Rencontre avec Philippe Buil


Sculpteur du bronze et de l’acier, Philippe Buil nous a ouvert les portes de son atelier à Saint-Étienne et nous présente son univers et ce qui l’a conduit à choisir la voie des Arts. C’est aussi un sculpteur ingénieux fortement inspiré par l’Art gréco-romain qui a su mettre au point sa propre technique. KAZoART revient sur une rencontre sculptivante !

Philippe Buil Pose feuilles or Pf

Philippe Buil en quelques mots

Dans son atelier à Saint-Étienne, Philippe Buil crée tel un alchimiste. Il réunit avec ingéniosité la noblesse du bronze et la puissance de l’acier pour donner vie à des corps, qu’ils soient humains ou non. Cet artiste français puise ses inspirations dans la mythologie gréco-romaine, délivrant des œuvres uniques en leur genre. C’est la quête de l’intime et d’une sensualité sur fond de naturalisme qui permet à Philippe Buil d’exceller dans cet art qui est le sien.

K. D’où vient votre vocation en tant qu’artiste sculpteur ?

Depuis tout petit, je côtoie la sculpture, car ma mère sculptait le verre et que je la regardais faire, et l’aidais de temps en temps. Ensuite ma vie professionnelle s’est orientée vers le travail des métaux (Aciérie, fonderie, métallerie, coutellerie, …). En parallèle, je sculptais pour mon plaisir personnel et pour mes amis. Il y a quelques années, l’appel de la sculpture a été le plus fort, et j’ai quitté mon travail pour devenir sculpteur professionnel.

Philippe Buil - Sculptures Bronze Acier Or

K. Comment se déroule une séance de travail ?

La première étape se passe dans ma tête. J’imagine la sculpture, ses formes, ses couleurs, son équilibre… Je la refais virtuellement des milliers de fois, puis elle s’impose. Je commence par faire un modèle, soit en plâtre, soit en bois. Si je pars d’un modèle vivant, je recouvre le corps de mon modèle de bandes de plâtre que je laisse ensuite sécher. Vient ensuite la fabrication du moule en sable (sable de fonderie) : je fais une empreinte de mon modèle dans le moule.

philippe-buil

Je fais alors fondre au goutte à goutte le métal et je gère l’espacement des gouttes pour créer ma dentelle. A ce moment-là, j’alterne l’acier et le bronze pour créer les nuances de couleurs que j’ai imaginées. Quand je suis satisfait de ma fonte, je brosse longuement la sculpture pour retrouver les couleurs et les lumières. Je signe chaque sculpture et je grave l’année de fabrication et le numéro d’enregistrement, pour assurer le suivi dans mon catalogue. La dernière étape est le vernissage, pour que les couleurs ne s’altèrent pas avec le temps.

J’ai mis au point ma propre technique qui consiste
à créer une dentelle de métal en le faisant fondre au goutte à goutte.

K. Quelles sont vos influences et inspirations artistiques ?

Je m’inspire principalement de deux courants artistiques : Le gréco-romain, et les Grands Maîtres dont Giacometti. Le gréco-romain pour les corps, et notamment les bustes, parce que c’est notre histoire. Les Grands Maîtres, parce que quand on aime l’art, on parcourt les musées et en tant que sculpteur, je suis obligatoirement influencé.

Les bustes et les animaux sont deux sujets que j’affectionne particulièrement et qui me permettent de les décliner de façons différentes à chaque fois, au gré de mes inspirations et de mes humeurs.

K. Quel est votre rapport au matériau et lequel privilégiez-vous ?

EXPOSI~1

Mes deux métaux préférés sont le Bronze et l’Acier. Si je dois faire une comparaison avec les chevaux : le bronze est le cheval de travail (docile, tranquille, noble) et l’acier est le jeune camarguais (fougueux, sauvage, joueur). Mon passé professionnel dans l’univers des métaux m’a permis de les connaître parfaitement et de savoir les travailler avec plaisir.

K. Pouvez-vous nous en dire plus sur la technique que vous avez créée ?

philippe-buil-1

Je recherchais une façon de recréer la transparence du verre (que j’avais appris à maîtriser avec ma mère) avec le métal. Je me suis alors rapproché des fondeurs d’art, mais leur méthode ne permettait pas d’obtenir ce que je recherchais. J’ai alors mis au point ma propre technique qui consiste à créer une dentelle de métal en le faisant fondre au goutte à goutte. Cette technique me permet de revisiter les modèles classiques gréco-romains en garantissant à mes clients l’unicité de chaque œuvre, il m’est effectivement impossible de refaire à l’identique une sculpture, les gouttes ayant leur espace de liberté.

Inscrivez-vous à la newsletter KAZoART

Vous souhaitez recevoir régulièrement les nouveaux articles et les actus de KAZoART ? Inscrivez-vous à notre newsletter !

15€ offerts pour toute nouvelle inscription.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>