Interview artiste • Rencontre avec Yannick Bouillault


Créateur en herbe depuis l’enfance, Yannick Bouillault délaisse son métier de chaudronnier pour se consacrer exclusivement à la sculpture en 2016. Passionné par la matière brute, il nous présente un univers teinté de graphisme, entre abstractions géométriques, bustes d’acier et figures minimalistes. Rencontre avec un sculpteur qui n’a pas fini de nous surprendre !

yannick-bouillault-portrait-0

Portrait de Yannick Bouillault entouré de ses œuvres / Photo : DR

Yannick Bouillault en quelques mots…

Animé par la transformation des matériaux et le jeu des matières, Yannick Bouillault se présente comme un interprète et non comme un artiste. Son passé de chaudronnier l’amène à concevoir l’expression de la sculpture de façon très singulière. Parfois, des touches de couleurs s’immiscent dans sa production : infimes et délicates, elles ne font que rehausser toute la subtilité d’un travail minutieux, fruit de plusieurs années passées en atelier.

K. Comment êtes-vous devenu sculpteur ?

C’est la transformation de différentes matières, le métal, le bois, la pierre, les différents ouvrages, quelquefois complexes que j’ai pu réaliser durant des années, en partie dans ma carrière de chaudronnier. Tout ceci m’a permis d’ouvrir une nouvelle brèche, celle des choses simples… Mais nous sommes tous sculpteurs d’une certaine façon, admirez le travail réalisé par une personne qui vient d’effectuer de belles plantations, un cuisinier qui réalise une belle assiette, que sais-je encore, les exemples sont infinis !

Une œuvre commence toujours par un voyage extraordinaire : la pensée.

Yannick Bouillault

bouillault

Parcours de création de la sculpture Les retombées acides

K. Comment se déroule une séance de travail ?

Je n’ai pas de règles précises ! C’est en fonction de chaque sculpture. En général, l’idée me conduit directement à l’atelier, mais une esquisse ou un dessin est nécessaire pour obtenir les lignes parfaites. Il arrive que les œuvres soient corrigées pendant leur création, avec des améliorations et surtout des poétisationsContemplatif, adepte ou médiateur de l’humanisme moderne, certaines de mes idées se métamorphosent avec l’action et la réaction de la nature, je viens inlassablement puiser dans cette source extrêmement riche et féconde ! Mes influences sont plutôt intellectuelles, je me sens inspiré par les pensées entre autres de Thalès de Milet, Aristote, Henri Bergson ou encore Nietzsche.

yannick-bouillault-1

Yannick Bouillault en atelier

K. Vous travaillez aussi bien des abstractions géométriques que des courbes féminines. Quel intérêt portez-vous à ces sujets ?

Mon abstraction géométrique commence parfois par une idée très complexe qui aboutit souvent au minimalisme. Dans ce mouvement, associé à la couleur, j’espère donner à l’être la possibilité de trouver une part d’émotion. Le corps féminin permet d’obtenir beaucoup de courbes et formes différentes selon aussi l’angle de l’observateur. Le travail à l’atelier s’en trouve d’autant plus difficile mais captivant. Les travaux de chaudronnerie des œuvres comme Processus L43 ou Thalès de Niort ont été particulièrement éprouvants à réaliser. C’est une grande satisfaction lorsque celles-ci sont réussies !

K. Le métal est votre matériau principal, pour quelle raison le privilégier ?

C’est celui que je connais le mieux de par mon métier d’origine. Il y a plein de manières de le façonner : le tordre, le couper, le souder avec différents procédés mais aussi le rétreindre ou l’étirer. On peut également modifier ses caractéristiques primaires, c’est très intéressant et amusant.

Inscrivez-vous à la newsletter KAZoART

Vous souhaitez recevoir régulièrement les nouveaux articles et les actus de KAZoART ? Inscrivez-vous à notre newsletter !

15€ offerts pour toute nouvelle inscription.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>