Make Art, Not War : les artistes contre la violence 1


Là où les mots manquent pour exprimer des sentiments douloureux et complexes face à des actes qu’on ne peut pas comprendre, l’art s’érige souvent en rempart pour nous offrir à la fois un exutoire et une ouverture vers l’espoir et l’humanité qui résident en nous. On pourrait intituler ce manifeste humaniste et fraternel des artistes contre la violence « Make Art, Not War ». KAZoART vous présente ici quelques artistes qui en réponse à des actes innommables ont mis leur talent au service de la paix.

Les artistes contre la violence au XXème siècle

#1 Frida Kahlo: « Le Congrès pour la Paix des Peuples » 1952

Congreso de los pueblos por la paz - Frida Kahlo - Hermione tumblr

Congreso de los pueblos por la paz – Frida Kahlo – Hermione tumblr

En 1952, Frida Kahlo, fatiguée et droguée par les anti-douleurs peignait du fond de son lit. Son coup de pinceau avait alors perdu un peu de son acuité, mais c’est avec son cœur qu’elle répondit à l’appel lancé aux artistes pour le Congrès des peuples pour la paix qui devait se tenir en décembre de la même année à Vienne, organisé par le Parti Communiste et dont Jean-Paul Sartre fit le discours d’ouverture. Cette oeuvre représente un thème récurrent chez Frida Kahlo, mais qui prend ici un tour particulier, celui de la lutte entre le jour et la nuit, l’obscurité et la lumière. La colombe de la paix, posée sur l’arbre aux branches chargées de fruits est un symbole universel et les lettres qui forment le titre de la peinture semblent faire partie des racines puisant l’énergie du sol.

#2 Pablo Picasso: « Le(s) visage(s) de la Paix » 1950-1955

Le visage de la paix - Picasso - Pastis Bloguez

Le visage de la paix – Picasso – Pastis Bloguez

Entre 1948 et 1954, Picasso, installé à Vallauris avec Françoise Gilot et leurs deux enfants, Claude et Paloma, décide de faire d’une petite chapelle du XIIème siècle de la commune un « sanctuaire de la Paix ». C’est dans ce cadre que naîtront les dessins préparatoires du « Visage de la paix ». Il en existe une trentaine, qui mettent tous en scène un visage ouvert et légèrement souriant entouré d’une colombe de la paix. L’intérieur même de la chapelle en contient un grand exemplaire. Picasso à cette époque se remettait du traumatisme de la Seconde Guerre Mondiale et de la Guerre Civile en Espagne, mais il souffrait d’entendre que de nouveaux massacres se perpétuaient en Corée.

#3 Marc Chagall : « Vitrail pour la Paix » 1974-1976

Vitrail pour la paix - Chagall - Site Alérions

Vitrail pour la paix – Chagall – Site Alérions

Artiste juif d’origine biélorusse, Marc Chagall a traversé dans la douleur les conflits qui ont bouleversé l’Europe tout au long du XXème siècle. Pourtant, son art reste le plus souvent, loin des atrocités, une ode poétique à la vie, à l’amour et la paix, comme ce vitrail de la Chapelle des Cordonniers de Sarrebourg en témoigne. Les dessins faits par l’artiste ont été réalisés dans l’atelier de maître verrier Simon-Marq. Chagall a voulu mettre dans cette oeuvre toute la tendresse et l’humanité qu’il voit dans le monde et que les couleurs tendres et vives viennent soutenir et renforcer. D’un arbre de vie jaillissant du cœur de la ville, Adam et Ève au milieu du paradis terrestre sont entourés d’un message de paix transmis à la fois par l’amour des peuples et les symboles de l’Ancien et du Nouveau Testament.

#4 Carl Fredrik Reuterswärd : « Le revolver noué » ou « Non-violence » 1980

Le revolver noué- Reuterswärd- depuis le blog de l'étendard

Le revolver noué- Reuterswärd- depuis le blog de l’étendard

Sculpteur d’origine suédoise, Carl Fredrik Reuterswärd est tellement bouleversé par le caractère absurde de la mort de son ami John Lennon en décembre 1980 et par les actes de violence aveugle qui ensanglantent le monde un peu partout qu’il lance un projet intitulé « Non-violence ». Cette oeuvre est le fruit de plusieurs ébauches, mais dès le début, l’idée du revolver noué et inutilisable lui semble cruciale. Aujourd’hui, il existe trois originaux de l’oeuvre, une en Suède, une devant le siège des Nation Unies à New York et une au siège de la Commission Européenne au Luxembourg. La sculpture et ses emplacements affirment explicitement la mission pacifiste qui l’accompagne.

#5 Fernando Botero : « L’oiseau de la paix » 1995

L'oiseau - Botero - depuis le site Wings are Wide

L’oiseau – Botero – depuis le site Wings are Wide

Fernando Botero est un artiste peintre et sculpteur colombien originaire de Medellin. Après avoir quitté sa ville natale pour faire connaître son art à travers le monde, il offre une sculpture d’oiseau, symbole de la paix et de la stabilité, à la municipalité qui le met en évidence sur la place publique. Le 10 juin 1995, la sculpture est détruite dans un terrible attentat qui fait 28 morts et 217 blessés. Botero, horrifié, décide alors de laisser en place cet oiseau détruit, au nom de « l’imbécillité et de la criminalité » et d’en déposer un nouveau à côté, renouvelant le symbole de la paix pour cette ville qui l’a vu naître.

#6 Banksy: « La Petite Fille et le Soldat » 2005

Le Soldat et la Petite Fille - Banksy - (c) Frédéric Joignot

Le Soldat et la Petite Fille – Banksy – (c) Frédéric Joignot

On sait peu de choses sur Banksy, le célèbre mais mystérieux street artiste anglais auteur de ce graffiti fait au pochoir en 2005 sur un mur de la petite ville de Béthléem, en Cisjordanie. Pacifiste et facétieux, il fascine aujourd’hui le monde entier, se rendant sur des lieux symboliques pour dénoncer par ses œuvres impertinentes toute forme de violence, institutionnelle ou non. Ses bombes à lui sont pleines de peinture et les deux personnages stéréotypés de cette oeuvre offrent plusieurs lignes de lecture et de réflexion: cette petite fille représente-elle l’innocence victorieuse ou perdue? Lassitude face à l’oppression injuste ou annonce de nouvelles générations de violence? Banksy nous conduit à interroger notre monde complexe et à dépasser les apparences. Peut-être que de cette réflexion naîtront des idées novatrices et salutaires! Ses œuvres nous poussent du moins à l’espérer.

Et chez KAZoART

Dans une carrière d’artiste, comme pour tout le monde, la confrontation à des moments difficile est inévitable, qu’ils soient personnels ou inspirés par le contexte dans lequel on vit. Après les attentats du 13 novembre à Paris, les artistes de KAZoART ont partagé des œuvres pour manifester leur soutien aux victimes. Voici par ailleurs quelques réponses apportées par nos artistes sur KAZoART pour aider chacun à retrouver au fond de lui la paix troublée.

Antony Pulli

Peace - Antony Pulli

Peace – Antony Pulli

Nathalie Dumontier

Les maux s'effacent - Nathalie Dumontier

Les maux s’effacent – Nathalie Dumontier

Olivier Morel

Bouddha bleu + nuages bleus - Olivier Morel

Bouddha bleu + nuages bleus – Olivier Morel

Sylvia Baldeva

Recueillement - Sylvia Baldeva

Recueillement – Sylvia Baldeva

Inscrivez-vous à la newsletter KAZoART

Vous souhaitez recevoir régulièrement les nouveaux articles et les actus de KAZoART ? Inscrivez-vous à notre newsletter !

15€ offerts pour toute nouvelle inscription.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Commentaire sur “Make Art, Not War : les artistes contre la violence

  • Ford PAUL

    Un bel article simple et intéressant comme j’aime. Je connaissais pas l’engagement de Frida Kahlo pour la paix.
    Mais c’est bien L’oeuvre ou plutôt l’histoire de  » l’oiseau de la paix » de Fernando Botero qui m’a touché. En voyant
    l’image des deux sculptures on ne comprends pas toute suite et c’est en lisant le paragraphe qui suit que tout prend sens.