Marcel Duchamp et le Ready-Made


« C’est fini la peinture, qui ferait mieux que cette hélice ? » proclame Marcel Duchamp au premier salon de l’aéronautique. Terminée la contemplation esthétique, terminés le bon et le mauvais goût. En cette année 1909, l’auteur du très célèbre urinoir annonçait déjà les fondements de ce qu’il appellera le « ready-made ». Retour sur la naissance d’un procédé essentiel de l’art contemporain…

Le ready-Made, du « n’importe quoi » ?

Prenez un ou plusieurs objets manufacturés. Vous pouvez les agencer ou les assembler à votre guise. Signez et placez votre production dans un musée. Vous avez créé un ready-made ! Marcel Duchamp avoue lui-même utiliser « n’importe quoi, aussi Beau ou Laid que ça soit ». Le ready-made existe simplement, il n’est pas là pour être contemplé. La seule chose qui change, c’est la signature qui l’élève au rang d’œuvre d’art.

Roue à bicyclette de Marcel Duchamp

Marcel Duchamp, Roue à bicyclette, 1913 / Yann Caradec, FLICKR, CC BY-SA 2.0

Fontaine : un emblème de la sculpture moderne

Marcel Duchamp crée son premier ready-made en 1913. Il s’agit d’une « Roue de bicyclette » tournant simplement sur un tabouret. La simplicité d’exécution n’est pourtant rien à côté de la provocation de « Fontaine » créée quatre ans plus tard. Pour l’œuvre originale, il retourne un urinoir en porcelaine et le signe à la peinture noire. Richard Mutt, ou Richard « Le Cabôt » est le nom d’artiste qu’il s’inventa pour l’occasion. Cet objet usuel deviendra scandaleux une fois exposé dans un musée de New-York. L’artiste touche au statut de l’œuvre d’art, à celui de l’artiste, mais aussi au regard du public. Ce sont des siècles d’histoire de l’art remis en question avec cette « madone des toilettes », ce « bouddha de la salle de bain » ! L’événement eut des retentissements historiques, entraînant des générations d’arts modernes avec lui, inspirant encore les artistes contemporains d’aujourd’hui…

Duchamp at the Fountain

Duchamp at the Fountain / Salim Virji / FLICKR / CC BY-SA 2.0

Fontaine de Marcel Duchamp

Marcel Duchamp, Fontaine, 1917, porcelaine, Marcel Duchamp [Public domain], via Wikimedia Commons

« Peut-on faire des oeuvres qui ne soient pas d’art »?

Marcel Duchamp est artiste, mais veut devenir joueur d’échec. Il expose, mais se demande si l’on « peut faire des oeuvres qui ne soient pas d’art? ». En 1926, il défend son ami Constantin Brâncusi lors d’un procès historique…

« Bird in space » (Oiseau dans l’espace) est une sculpture en bronze poli d’un mètre et trente-cinq centimètres. Sa forme fuselée et épurée évoque celle d’une plume. Lorsque l’objet arrive au port de New-York, les douaniers lui refusent l’accès au territoire en tant qu’œuvre d’art. Une question fondamentale se pose alors : la sculpture de Brâncusi est-elle une oeuvre d’art ? Mais, qu’est-ce que l’art ?

Depuis l’Antiquité, l’art imite la nature grâce aux précieux savoir-faire des artistes. La législation américaine se basait sur ce principe pour mettre l’œuvre de Brâncusi en procès. Sa sculpture aspire l’espace, elle est suggestive et mystérieuse. Son aspect est proche d’un objet industriel, peut-être même manufacturé. D’autant qu’il en existait plusieurs exemplaires. Malgré les suspicions du juge, l’artiste a réussi à justifier les longues heures de travail pour l’élaboration de sa sculpture. Il démontre par là qu’une oeuvre épurée peut être le fruit de longues heures de travail, que l’aspect n’est pas toujours représentatif du processus de création.

Bird in space de Constantin Brâncusi

Bird in space, Constantin Brâncusi, 1926, 1,35 mètre, bronze / PROArt Poskanzer, FLICKR, CC BY 2.0

Ce jour-là, le juge détient le pouvoir de redéfinir une œuvre d’art. A l’issue de nombreux débats, le verdict tombe : désormais, l’artiste peut transgresser les règles s’il exprime sa personnalité à travers sa création. L’abstraction trouvait ses lettres de noblesse, au même titre que le ready-made. Cette affaire illustre un point essentiel de l’art moderne, elle représente une étape pionnière de l’art du XX ème siècle. Depuis ce jour et au-delà des frontières, l’artiste est libre de choisir son oeuvre.

L’art moderne, l’art contemporain ont souvent été discutés, car le concept supplante parfois le processus de création. Or, l’art est représentatif de l’époque dans laquelle il naît, il est à la fois le fruit du passé et un futur en devenir. Il se transforme au fil du temps. Le définir l’inscrit dans le temps, car à cet instant, il n’est déjà plus ce qu’il était.

Inscrivez-vous à la newsletter KAZoART

Vous souhaitez recevoir régulièrement les nouveaux articles et les actus de KAZoART ? Inscrivez-vous à notre newsletter !

15€ offerts pour toute nouvelle inscription.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>