Surtout connu pour être le théoricien du mouvement Nabi, Maurice Denis est avant tout un des artistes peintres et décorateurs les plus sollicités de sa génération. Peintre catholique et spirituel, Maurice Denis crée des œuvres au symbolisme fort, aux lignes décoratives envoûtantes et aux couleurs assumées ! KAZoART vous propose de découvrir le parcours de cet artiste prolifique, ainsi que ses peintures religieuses, imaginaires et allégoriques !

Son parcours

Né en 1870 en Normandie, le peintre Maurice Denis s’installe très tôt dans la capitale pour se former. Après des études au Lycée Condorcet, il se forme comme de nombreux artistes en copiant les œuvres des grands maîtres au musée du Louvre.

Maurice Denis, Autoportrait devant le Prieuré, 1921
Maurice Denis, Autoportrait devant le Prieuré, 1921 

Dans les grandes salles du Louvre, il découvre notamment les œuvres de Fra Angelico. Il développe une fascination pour la peinture de la Renaissance italienne et surtout religieuse.

À la fin des années 1880, il étudie en même temps à l’École des Beaux-Arts de Paris ainsi qu’à l’Académie Julian. Jugeant l’École des Beaux-Arts trop institutionnelle et académique, il décide finalement de se consacrer uniquement à l’Académie Julian.

Paul Sérusier, Le Talisman, l'Aven au Bois d'Amour, 1888
Paul Sérusier, Le Talisman, l’Aven au Bois d’Amour, 1888

C’est à cette occasion qu’il se lie d’amitié avec plusieurs artistes peintres, dont Paul Sérusier, Pierre Bonnard et Édouard Vuillard. Paul Sérusier lui offre d’ailleurs sa célèbre œuvre Le Talisman, qu’il conservera toute sa vie comme une relique. Il retiendra surtout de cette toile la leçon de l’utilisation des couleurs !

Maurice Denis, Mystère catholique, 1889
Maurice Denis, Mystère catholique, 1889 

À seulement 21 ans, Maurice Denis expose pour la première fois au Salon des Indépendants en 1891. Il y présente son tableau intitulé Mystère Catholique, œuvre énigmatique qui lui permet d’être remarqué par ses contemporains !

3 choses à savoir sur Maurice Denis

#1 La Religion et le Symbolisme au cœur de son œuvre 

Peintre catholique, Maurice Denis cherche à moderniser la peinture religieuse. Ses œuvres sont empreintes d’un grand symbolisme et d’une spiritualité indéniable.

Maurice Denis est très influencé par l’art italien de la Renaissance. De ses premières rencontres avec les œuvres des maîtres italiens au musée du Louvre, à ses nombreux voyages en Italie, l’artiste s’est laissé séduire par toute l’iconologie et la symbolique des œuvres chrétiennes de la Renaissance.

Maurice Denis, Bethsabée devant le bassin du Prieuré, 1918
Maurice Denis, Bethsabée devant le bassin du Prieuré, 1918

Durant toute sa carrière, l’artiste produit des scènes religieuses, allégoriques et mythologiques. De plus, nombreuses de ses toiles nous évoquent l’influence de Pierre Puvis de Chavannes, considéré comme l’initiateur du mouvement du symbolisme.

Maurice Denis est surtout un des artistes décorateurs les plus sollicités de sa génération. En 1907, l’artiste répond notamment à une commande de Ivan Morozov, collectionneur d’art russe, connu pour avoir été le mécène d’artistes de renom tels que Claude Monet, Henri Matisse et Auguste Renoir.

Maurice Denis, L'Histoire de Psyché, panneau 5, Jupiter en Présence des Dieux, 1908
L’Histoire de Psyché, panneau 5, Jupiter en Présence des Dieux, 1908
Maurice Denis, L'Histoire de Psyché, panneau 2, Zéphyr transporte Psyché dans une île de désir, 1908
L’Histoire de Psyché, panneau 2, Zéphyr transporte Psyché dans une île de désir, 1908

Maurice Denis réalise pour la salle de musique du Palais Morozov à Moscou une série de treize panneaux décoratifs mythologiques sur le mythe grec de Psyché

Cette série de L’Histoire de Psyché peut nous évoquer l’Art nouveau. Nous pouvons également apprécier l’influence du symboliste Pierre Puvis de Chavannes, notamment au travers des figures et du dessin précis qui cerne les aplats de couleurs pastels. 

#2 Le théoricien du mouvement Nabi

Si vous connaissez déjà Maurice Denis, vous l’associez certainement avec le mouvement Nabi ! Car en effet, cet artiste aux multiples facettes est aussi l’initiateur et le théoricien du mouvement ! 

Lorsqu’il rencontre Édouard Vuillard et Paul Sérusier à l’Académie Julian en 1888, les trois artistes réalisent qu’ils partagent la même volonté : celle de s’émanciper de l’art académique

Maurice Denis, Portrait de Sérusier, 1918
Maurice Denis, Portrait de Sérusier, 1918
Édouard Vuillard, Autoportrait octogonal, 1980
Édouard Vuillard, Autoportrait octogonal, 1980

Ce groupe de jeunes artistes français se donne le nom de « Nabis », que l’on traduit par « prophètes » en hébreu. Ce courant, qui durera un peu plus d’une décennie, cherche à abolir la limite qui sépare les arts décoratifs de la peinture traditionnelle. Ces artistes souhaitent également retrouver les origines d’une peinture pure, après un impressionnisme qu’ils ont jugé trop superficiel.

Ces artistes abordent également une sémantique mystique qui les rapproche du symbolisme. Ils souhaitent évoquer dans leurs œuvres une spiritualité essentielle, une intimité universelle et primitive.

Maurice Denis, L'échelle dans le feuillage, 1892
Maurice Denis, L’échelle dans le feuillage, 1892

Membre indispensable au groupe, surnommé par ses acolytes de « Nabi aux belles icônes », Maurice Denis est très impliqué dans les débats artistiques de l’époque. Il marque le courant Nabi en étant le théoricien de l’esthétique du mouvement !

Il écrit un texte emblématique qui deviendra le manifeste des Nabis 

« Se rappeler qu’un tableau, avant d’être un cheval de bataille, une femme nue ou une quelconque anecdote, est essentiellement une surface plane recouverte de couleurs en un certain ordre assemblé. »

Maurice Denis, dans la revue Art et Critique, 1890

#3 Fondateur d’Académie et d’ateliers

Maurice Denis est également à l’origine de la fondation de l’Académie Ranson à Paris. Fondée en 1908 par le peintre Nabi Paul-Élie Ranson, cette Académie rassemble plusieurs artistes nabis qui y enseignent l’art.

Très rapidement, Paul-Elie Ranson se retrouve dans une situation financière délicate, et a une santé de plus en plus fragile. Maurice Denis lui vient alors en aide pour la fondation de l’Académie, et donne bénévolement des cours au sein de l’établissement. Il y enseigne de 1908 à 1921 !

Tamara De Lempicka, Portrait de Marjorie Ferry, 1932
Tamara De Lempicka, Portrait de Marjorie Ferry, 1932

Le « nabi aux belles icônes » a notamment été le professeur de la non moins célèbre Tamara de Lempicka, artiste peintre représentative du mouvement Art déco !

« C’est un centre très vivant d’expansion et de vulgarisation de nos théories »

Maurice Denis

En 1919, Maurice Denis fonde les Ateliers d’art sacré. Il y forme une toute nouvelle génération d’artistes peintres autour de la volonté de favoriser la production d’œuvres d’art sacrées modernes. Les artistes de cet atelier partagent l’envie de se séparer de toute forme d’académisme, et promeuvent un renouveau de l’art chrétien !

Maurice Denis, Saintes Femmes au Tombeau (matin de Pâques), 1894
Maurice Denis, Saintes Femmes au Tombeau (Matinée de Pâques), 1894

« Je proscris l’Académisme parce qu’il sacrifie l’émotion à la convention et à l’artifice, parce qu’il est théâtral ou fade. […] Je proscris le réalisme parce que c’est de la prose et que je veux de “la musique avant toute chose”, et de la poésie. Enfin, je prêcherai la Beauté. La Beauté est un attribut de la Divinité. »

Maurice Denis

Les artistes KAZoART et les icônes sacrées