Artiste français par excellence de la période post-impressionniste, Paul Cézanne est considéré comme le père de l’Art moderne. Aussi connu comme le « Maître d’Aix », le peintre a ouvert la voie au cubisme et au fauvisme. Mais il a bien failli ne jamais connaître un tel succès… Retour sur ce peintre novateur dans la Minute Arty !

Quand Cézanne inspire les artistes KAZoART

3 choses à savoir sur Paul Cézanne

Paul Cézanne, Autoportrait au turban blanc (1882)

1# Des études de droit pour plaire à ses parents

Paul Cézanne naît en 1839 à Aix-en-Provence dans une famille relativement aisée. Adolescent, il fréquente le même collège qu’Emilie Zola avec qui il se lie d’amitié. Le jeune Cézanne s’inscrit à des cours de dessin, pratique qu’il affectionne particulièrement mais qui n’est pas au goût de tout le monde…

Un diplôme de lettres en poche, il s’oriente ensuite vers le droit pour honorer la demande de son père. Bien sûr, ses désirs sont ailleurs. Paul Cézanne veut être artiste, peindre et vivre de sa peinture. Contre l’avis de ses parents, il abandonne cette voie pour se tourner vers ce qui le passionne le plus : l’Art. Mais tout ne se passe pas comme prévu..

2# Paul Cézanne : le mal aimé refusé des Salons de peinture

Cézanne, Le Vase bleu (1887)

1860, Cézanne part étudier la peinture à Paris. Or ses débuts sont loin d’être ceux espérés. Pour cause, il est refusé aux Beaux-Arts et rentre finalement à Aix. Quelques années plus tard, plus déterminé que jamais, le jeune artiste tente une nouvelle fois sa chance dans la capitale. C’est à cette période qu’il fait la rencontre de deux Impressionnistes que l’on connait bien : Monet et Renoir.

Cézanne peint alors ses premières toiles destinées à être exposées au public. L’un de ses exercices préférés demeure la nature morte. Malgré une confiance progressive et une expérience enrichie de rencontres, il essuie les refus au Salon de peinture de Paris. Ses toiles ne plaisent pas. Pire, elles scandalisent lors de la première exposition des Impressionnistes en 1874. Cézanne est perçu comme maladroit. La critique de l’époque définit même son travail comme l’œuvre d’un « fou agité atteint de délirium tremens ».

Cézanne, Les joueurs de cartes (1895)

Abattu par tant de véhémence, il cesse toute participation aux expositions du mouvement. Et dire qu’aujourd’hui ses toiles figurent parmi les plus chères au monde !

3# Amoureux de la montagne Sainte-Victoire

Après avoir pris ses distances avec ses amis de la capitale, et plus généralement de la ville en elle-même qui n’est pas prête à recevoir et exposer son travail, Cézanne passe le plus clair de son temps en Provence. A côté de ses portraits, ses natures mortes et ses nus, il y a son sujet phare : l’éminente Montagne Sainte-Victoire qui lui confère une popularité hors-norme aujourd’hui.

Cézanne, Montagne Sainte-Victoire (1904)

Il faut attendre une rétrospective en 1895 organisée par Ambroise Vollard, jeune marchand d’art de 27 ans, pour que les toiles de Cézanne connaissent un fort retentissement. Plus d’une centaine d’œuvres sont exposées : un tournant pour celui qui avait toujours été refusé jusqu’ici ! La touche Cézanne est alors révélée au grand jour. Il devient une source d’inspiration et d’anciens amis reprennent même contact avec lui.

Sujet de plus de 80 œuvres de Cézanne, la Montagne Sainte-Victoire est située à l’est d’Aix-en-Provence. Le 15 octobre 1906, alors qu’il peint face au massif, un orage de grande ampleur éclate. Parce qu’il a l’habitude de voir la montagne dans tous ses états, il persiste et ne s’affole pas. Il rentre trempé de sa séance de travail en plein air. Secoué par une fièvre carabinée, il s’éteint une semaine plus tard des suites d’une pneumonie.

Un jour il a dit

Une œuvre d’art qui n’a pas commencé dans l’émotion n’est pas de l’art.

Paul Cézanne

Ses plus grandes œuvres

Paul Cézanne, La Montagne Sainte-Victoire (1897)
Cézanne, La corbeille de pommes (vers 1893)
Cézanne, Les Grandes Baigneuses (1898)
Cézanne, Une moderne Olympia (1874)
Paul Cézanne, Le Garçon au gilet rouge (1889)
Paul Cézanne, Pyramide de crânes (1900)

Quand Cézanne inspire les artistes KAZoART