Nicolas Poussin : un peintre en boîte 1


Toutes les semaines, découvrez les petites histoires, anecdotes et secrets des plus grands artistes de l’Histoire de l’Art ! KAZoART vous emmène faire un tour dans les vies de nos peintres et sculpteurs préférés. Aujourd’hui, découvrez comment le peintre très classique Nicolas Poussin utilisait une technique pas si classique pour construire ses plus grandes compositions !

Nicolas Poussin, un peintre classique emblématique

Né en France en 1594, Nicolas Poussin quitte rapidement sa Normandie natale, contre l’avis de sa famille, pour aller étudier la peinture à Paris. Il s’exile ensuite à Rome à partir de 1624, où il passe une grande partie de sa vie et a beaucoup de succès. Il sera tout de même choisit comme peintre du roi entre 1640 et 1642, revenant ainsi brièvement en France.

Il est surtout connu pour ses scènes d’Histoire mythologiques. Il est d’abord très théâtral, et représente beaucoup de scène construites, il se tourne ensuite vers le paysage à la fin de sa vie. Il cherche à atteindre la perfection mythologique, par le dessin et la couleur, mais aussi en insufflant des réflexions philosophiques et morales dans ses tableaux. Nicolas Poussin est définitivement un des plus illustres représentants de la peinture classique du XVIIe siècle et son influence fut considérable sur les peintres des siècles suivants.

nicolas poussin

Nicolas Poussin, L’inspiration du poète, 1629-30, Musée du Louvre

Un processus de création à part

D’après un témoignage de son ami le peintre Antoine Leblond de Latour, Nicolas Poussin utilisait une boîte optique afin de préparer l’organisation de son futur tableau, particulièrement pour les grandes compositions avec beaucoup de personnages. Mais avant toute chose, Poussin réfléchissait et mûrissait son tableau un certain temps, puis exécutait un dessin global, un « brouillon ». Contrairement à ses contemporains, il ne réalisait aucune étude, c’est-à-dire aucune préparation des détails des corps ou des objets.

Nicolas Poussin, L’enlèvement des Sabines, Musée du Louvre, 1637-38

La peinture mise en boîte

C’est ensuite qu’il utilisait cette fameuse « boîte optique ». Poussin confectionnait des petits « mannequins » en cire représentant les personnages de la scène qu’il souhaitait peindre ; il les habillait de toile pour figurer les draperies et les disposait à l’intérieur d’une boîte, sur plusieurs plans. L’intérieur de la boîte comportait des glissières dans lesquelles il pouvait introduire différents fonds (architecture, paysage…), selon sa convenance. Poussin se plaçait ensuite devant cette boîte, regardait par la lentille et commençait à dessiner ce qu’il voyait, en bougeant éventuellement au fur et mesure les personnages, jouant avec les effets lumineux en actionnant les ouvertures latérales.

Il pouvait ainsi créer une scène entière et organiser précisément les éléments et les protagonistes, de la même manière qu’un metteur en scène au théâtre. Une façon bien originale (et unique) de procéder !

En écho sur KAZoART Igor Bitman

Sur KAZoART, les œuvres d’Igor Bitman nous rappellent le style classique et maîtrisé de Nicolas Poussin. Igor Bitman a d’ailleurs repris deux figures de femmes de l’œuvre Bacchanales de Poussin pour sa composition Bacchantes… saurez-vous retrouver lesquelles ?

Igor Bitman, Bacchantes

nicolas poussin

Nicolas Poussin, Bacchanales, 1624, Musée du Prado

Inscrivez-vous à la newsletter KAZoART

Vous souhaitez recevoir régulièrement les nouveaux articles et les actus de KAZoART ? Inscrivez-vous à notre newsletter !

15€ offerts pour toute nouvelle inscription.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Commentaire sur “Nicolas Poussin : un peintre en boîte