Spécial #PickYourART: Focus sur Laurent Allory 1


Avant de le retrouver début décembre pour l’exposition #PickYourART organisée par KAZoART, nous avons voulu vous en dire plus sur Laurent Allory, cet artiste dont l’univers subtil oscille entre photographie et peinture, autour du thème de la rencontre. C’est avec une généreuse simplicité que Laurent Allory nous a ouvert les portes de ses œuvres qui donnent à la ville un caractère envoûtant.

 RETROUVEZ LA GALERIE EN LIGNE DE LAURENT ALLORY

Laurent Allory sur Tour Rose pour KAZoART

Laurent Allory sur Tour Rose

La bio et la démarche artistique de Laurent Allory

Laurent Allory est un enfant de la communication, dans laquelle il continue une carrière de directeur artistique. Le visuel occupe donc depuis toujours une place prédominante dans sa démarche en tant que professionnel comme en tant qu’artiste. La peinture abstraite et la photographie font depuis longtemps partie intégrante de sa vie, mais au départ, elles étaient deux moyens d’expression séparés qui coexistaient, chacune répondant à des besoins créatifs différents.

La peinture, arrivée première, est une passion avec laquelle il a renoué il y a quelques années, en sortant d’une exposition. Inspirées de ses voyages en Afrique ou en Europe, les nombreuses expositions auxquelles il a participé montrent une recherche graphique aux couleurs tranchées, où la matière joue un rôle important. L’acrylique et les enduits, mais aussi des collages glanés au fil des occasions donnent du relief à ses compositions colorées.

Plus tard, la photographie est devenue un outil d’expression nouveau attiré par le besoin de retenir les paysages de friches, les immeubles abandonnés, les chantiers, où il aime se promener aux heures où nul ne s’y aventure. Ces promenades dans les rues de Pékin ou de Bangkok, entre deux rendez-vous professionnels, étaient d’abord guidées par l’intérêt qu’il porte à l’architecture, notamment lorsqu’elle est source de dépaysement. Peu à peu, elles sont devenues l’occasion de rencontres urbaines insolites ou poétiques, où la peinture vient jouer un rôle de révélateur, une mise en lumière colorée et inspirante sur le réalisme de la photo, qui donne matière à réflexion, au sens propre comme au figuré.

New York 4 - Laurent Allory sur Kazoart

New York 4 – Laurent Allory

4 Questions de KAZoART à Laurent Allory

K : Laurent Allory, vos œuvres sont autant des photos que des peintures, comment travaillez-vous pour que les deux y trouvent leur place ?

Mes tableaux ne sont pas le fruit d’un projet anticipé. Je voyage beaucoup, et j’aime marcher tôt le matin ou tard le soir dans les villes où mon travail m’amène à rester, alors au fil de mes  ballades, je trouve des points de vue que j’ai envie de conserver et que je photographie. Je fais beaucoup de photos par rapport au nombre d’œuvres qui sont créées à la fin. Avant le tirage, je retravaille les photos que je voudrais peindre ensuite pour leur donner des effets de couleurs et de matière, sur photoshop. Après, je fais les tirages, j’en fais 3 par photos, et c’est là que je retravaille chacun avec de l’acrylique et, comme dans la dernière collection, avec de l’encre. Pour chaque tirage, je décide quelles sont les couleurs que je vais utiliser et où je vais utiliser chacune. Cependant, même si la technique est identique, les 3 tirages auront bien sûr des différences: la projection de peinture ou d’encre peut ne pas se répandre de la même façon, par exemple… C’est un peu le jeu des 7 erreurs, mais finalement, chaque œuvre est unique.

Wall 6 - Laurent Allory sur KAZoART

Wall 6 – Laurent Allory

K : Comment se concilient votre travail de directeur artistique en agence de communication et votre travail créatif en tant qu’artiste ?

En fait, il n’y a aucune opposition entre les deux, bien au contraire, je peux dire que les deux s’alimentent. Bien souvent, lorsque je travaille sur un visuel pour un de nos clients, en utilisant de nouvelles matières ou de nouveaux rendus sur photoshop, je me dis que cela pourrait constituer un élément intéressant pour une prochaine oeuvre, même si parfois, je ne sais pas encore laquelle. Mon travail professionnel élargit en permanence mon travail artistique. Ne serait-ce que par les voyages qu’il m’impose! A l’inverse, il pourrait tout à fait arriver qu’en travaillant sur une création, j’en retire une technique ou une idée pour une production professionnelle, mais ça ne s’est pas encore produit!

La Tour Rose - Laurent Allory sur KAZoART

La Tour Rose – Laurent Allory

K : Vous voyagez beaucoup, notamment en Afrique et en Asie. Comment pourriez-vous qualifier l’influence de ces cultures sur votre travail et votre inspiration ?

Les voyages sont très importants car ils sont à la source de mes tableaux. Lorsque je suis à l’étranger, j’aime me promener dans les rues, mais aussi dans les zones un peu abandonnées. J’aime beaucoup l’architecture, et lorsque je vois un mur, une forme qui me plaît, je prends une photo. Souvent, justement, à Pékin ou à Bangkok, ou dans les rues de Montréal, ce qui attire le plus mon regard, ce sont les points de vue architecturaux qu’on ne pourrait pas trouver en France. Je pense par exemple à cette photo d’un petit garçon qui court le long d’un mur recouvert de papier peint extérieur rouge. On ne voit pas ça en France. Ce que je recherche, c’est de créer une impression de voyage et de dépaysement juste en regardant mes photos. En Asie, j’ai commencé à photographier aussi des personnes qui m’inspiraient particulièrement par ce qu’elles dégageaient ou par la situation dans laquelle elles se trouvaient. Elles sont souvent d’autant plus spontanées dans leur attitude qu’elles ne se savent pas prises en photo. La photo est un moyen de capter les instants et l’exotisme que le voyage apporte.

Wall 1 - Laurent Allory sur KAZoART

Wall 1 – Laurent Allory

K : La ville est très présente dans vos œuvres, mais souvent comme un espace de solitude, où l’on est seul. Que voulez-vous représenter ?

Quand je marche en ville, c’est souvent la nuit, ou très tôt le matin: aux heures où je ne travaille pas. La ville est très calme à ce moment-là et que j’aille dans des quartiers un peu abandonnés ou au centre ville, je ne croise pas grand monde. Même quand je photographie une personne, j’aime qu’elle soit seule, car je trouve que c’est plus graphique. Pour l’équilibre de la photo, je préfère que les personnes soient juste un élément parmi les autres. C’est aussi pour cela que mes photos représentent des instants statiques, même lorsqu’on suppose qu’il y a du mouvement autour. Sur mes photos, j’aime bien saisir un moment cocasse et insolite, comme par exemple la dame endormie sur un banc au milieu de la rue passante. C’est l’immobilité de cette femme imperturbable qui m’a séduit et que je veux offrir dans le tableau.

Wall10 Laurent Allory sur KAZoART

Wall10 – Laurent Allory

Inscrivez-vous à la newsletter KAZoART

Vous souhaitez recevoir régulièrement les nouveaux articles et les actus de KAZoART ? Inscrivez-vous à notre newsletter !

15€ offerts pour toute nouvelle inscription.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Commentaire sur “Spécial #PickYourART: Focus sur Laurent Allory

  • Ford PAUL

    j’ apprécie particulièrement New York 4 et Wal 2 je trouve qu’elles dégagent quelque chose…Mais je ne comprendre pas précisément le rôle de la peinture dans son travail. Il y a une sorte de décalage. Je pense qu’il existe deux « réalités » la première est la réalité du sujet pris en photo. La seconde est la peinture qui est une matière réel qui se superpose à la photographie.