Plastic Jesus : un street artiste engagé


En cette période estivale, KAZoART vous dévoile des histoires drôles, légères ou polémiques d’hier et d’aujourd’hui à travers ses Art’necdotes hebdomadaires. Les artistes n’hésitent pas à s’engager et à commenter l’actualité. C’est le cas de Plastic Jesus, un street artiste de Los Angeles, qui a tourné en dérision une fameuse proposition de Donald Trump par le biais de l’art.

L’Art’necdote du Jour #23 • Plastic Jesus

Avec la tenue des primaires des élections américaines, les street artistes n’ont pas manqué d’humour et se sont amusés à caricaturer les candidats à la Maison Blanche. Républicains et démocrates les ont ainsi inspirés avec leurs caractères affirmés, leurs propositions parfois décalées et décriées, et leurs propos outranciers. Hillary Clinton, Bernie Sanders et Donald Trump sont devenus de véritables icônes pour ces artistes au sens critique aiguisé !

Hillary Clinton et Donald Trump

Hillary Clinton et Donald Trump par Hansky à Manhattan

Plastic Jesus contre Donald Trump

Le street artiste californien Plastic Jesus s’est particulièrement fait remarquer par son fort engagement « anti-Trump » lors des primaires. Il a tout d’abord détourné les panneaux de stationnement à Chicago, Washington, New York et Los Angeles provoquant ainsi un engouement médiatique, en y ajoutant des panneaux d’interdiction de stationner indiquant « No Trump anytime » [Interdit à Trump à toute heure] en remplacement de l’habituel « No standing anytime » [Interdit de stationner à toute heure].

Panneaux réalisés par Plastic Jesus

Panneaux réalisés par Plastic Jesus

Lors de l’annonce de l’investiture de Donald Trump pour les républicains, le 19 juillet dernier, Plastic Jesus s’est illustré en construisant un mur miniature autour de l’étoile de Donald Trump sur le célèbre « Walk of Fame » à Hollywood, qui immortalise les personnalités et stars américaines. Il a recouvert ces murs avec des panneaux « Restez dehors » ainsi que des fils barbelés, soulignant ainsi la dangerosité du personnage.

Un buzz relayé sur Twitter

Le street artiste a d’ailleurs surenchéri sur les réseaux sociaux en postant une photographie de son œuvre accompagné d’un commentaire sarcastique : « I built and paid for this wall myself. No Mexican money. »  [J’ai construit et payé ce mur moi-même. Sans argent mexicain].

 

Le mur construit autour de l'étoile de Donald Trump par Plastic Jesus

Le mur construit autour de l’étoile de Donald Trump par Plastic Jesus

 

En écho sur KAZoARTLe Zoultar

Sur KAZoART, le Zoultar s’engage aussi à travers ses œuvres artistiques tout comme les street artistes américains.

Devotion

Dévotion – Le Zoultar – Encre (50 x 40)

 

Inscrivez-vous à la newsletter KAZoART

Vous souhaitez recevoir régulièrement les nouveaux articles et les actus de KAZoART ? Inscrivez-vous à notre newsletter !

15€ offerts pour toute nouvelle inscription.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>