Spécial #PickYourART: Focus sur Claire Moog


Dans le cadre de l’exposition #PickYourART qui aura lieu du 3 au 13 décembre au Patio Opéra, KAZoART vous présente chaque semaine l’un des quatre artistes sélectionnés. Cette semaine, c’est avec Claire Moog que vous allez faire plus ample connaissance, une artiste dont l’apparente douceur cache un univers puissant, coloré et pétillant.

RETROUVEZ LA GALERIE EN LIGNE DE CLAIRE MOOG

Claire Moog peignant

Claire Moog peignant

Bio et démarche artistique de Claire Moog

Artiste de la région parisienne, c’est dans la banlieue sud de Paris que Claire Moog a établi son atelier, où elle a développé en autodidacte un art à son image: coloré et profond. Depuis 2010, elle présente régulièrement ses œuvres dans des expositions, donnant toujours la priorité aux démarches de démocratisation de l’art, une mission qui lui tient à cœur.

Plusieurs supports lui sont nécessaires pour exprimer sa créativité, chacun complétant l’autre. En effet, la peinture à l’huile a toujours occupé une place importante pour Claire Moog, mais la linogravure est venue ensuite apporter une touche différente, lui permettant à la fois d’expérimenter de nouvelles facettes de son art et d’alimenter son inspiration de peintre.

Aujourd’hui, ces deux arts se conjuguent pour donner son identité à cette artiste riche en contrastes, qui n’hésite pas, d’ailleurs, à explorer aussi le domaine de la vidéo pour donner une dimension supplémentaire à sa recherche artistique, lorsqu’il s’agit de mettre en mouvement les accessoires qui lui sont chers et qu’elle aime représenter sur ses linogravures.

C’est avec beaucoup de plaisir que nous avons posé à Claire Moog 4 questions auxquelles elle a répondu avec une chaleureuse envie de partager et d’expliquer son travail, et une pétillante touche d’humour.

L'homme à l'obus, Claire Moog

L’homme à l’obus, Claire Moog

4 questions de KAZoART à Claire Moog

K : En tant qu’artiste peintre, Claire Moog, quelles sont vos techniques et votre organisation et comment se font vos choix en matière de motifs et de couleurs ? Autrement dit, quelles sont vos sources d’inspiration ?

Dans la mesure où je travaille mes toiles avec de la peinture à l’huile, très longue à sécher (on parle d’ailleurs de siccativation et non de séchage), je travaille toujours sur 2 ou 3 toiles en même temps. Cela me permet d’en avoir à des stades de création différents, et comme ça, lorsque l’une est en train de sécher, je peux travailler sur une autre. Pour rester concentrée pendant une séance, c’est très important.

En effet, je peins par passages successifs. Sur mes toiles, il n’y a pas de mélanges: chaque couleur est posée pure sur la toile, avec un couteau. A chaque étape de création d’une toile, c’est toujours avec des outils tranchants dont j’utilise la lame que je travaille. Si je procède comme ça, c’est parce que j’aime voir sur mes toiles le choc des couleurs. Elles se rencontrent grâce à ces couches superposées, très nettes, et par les gestes que je fais ensuite avec la lame pour retirer de la matière et faire apparaître la couleur du dessous, sous forme de lignes ou d’ondulations.

Plus que tout, quand je peins, ce sont la couleur et le geste qui m’inspirent et me guident. Pour que peindre soit un plaisir, j’ai besoin d’apprécier chaque geste et d’envisager chaque nouvelle toile comme un espace de liberté qui m’appartient, un territoire, dont je vais faire quelque chose qui me correspond et me ressemble. C’est quand je sens que j’ai atteint ce résultat que je peux considérer que la toile est terminée.

Esthésie 27, Claire Moog

Esthésie 27, Claire Moog

K : Lorsque vous faites des linogravures, quelles sont vos techniques et votre organisation et comment se font vos choix en matière de motifs et de couleurs ? Autrement dit, quelles sont vos sources d’inspiration ?

La linogravure répond à une technique bien différente. Tout d’abord, il faut graver sur une plaque de linoléum (un mélange souple de liège et d’huile de lin) le dessin que l’on souhaite représenter. C’est ce qu’on appelle la gravure en taille d’épargne: il s’agit se creuser soit les traits soit le fond, pour faire apparaître l’image finale en positif ou en négatif. En général, je fais le dessin sur la plaque avant de commencer à creuser avec la gouge, l’outil tranchant qui permet de graver dans le linoléum. Il faut faire attention parce que non seulement on peut se blesser, mais en plus il n’y a pas de droit à l’erreur.

J’avais déjà fait de la linogravure quand j’étais enfant, puis j’en ai refait plus tard avec une illustratrice, Joëlle Jolivet. En fait, j’apprécie beaucoup la légèreté de cette technique: nul besoin de presse ou d’outils difficiles à manier. Une fois la matrice prête, un simple petit rouleau japonais me suffit pour tirer les reproductions que je souhaite. Les plaques sont légères et il est tout à fait possible d’en assembler plusieurs, comme Dürer pour faire une gravure plus grande.

J’ai pu faire plusieurs séries, comme Stockings, où je me représente munie d’un accessoire féminin que j’aime beaucoup, les chaussures à talon. C’est une recherche sur le corps humain, un zoom sur la féminité. Les écorchés, une autre série, est aussi une interrogation sur le corps, à travers le prisme de la science. En voyant les gravures didactiques du Moyen-Age et de la Renaissance sur l’anatomie, qui mettent en scène des corps écorchés représentés par de vrais artistes qui y ont mis le style et l’esthétique de leur époque, j’ai voulu faire ressortir à mon tour ce que je trouvais de fascinant et d’ironique dans ces représentations de corps stylisés avec leurs entrailles sorties. En passant, c’est aussi une interrogation très sérieuse sur la relation entre le corps et l’âme: où est-elle dans ces corps ouverts?

Claire Moog réalisant une série de linogravures

K : Vos peintures sont abstraites et vos linogravures figuratives. Quelle relation entretiennent dans votre démarche artistique ces deux modes d’expression ?

Il y a une alternance permanente entre les deux car le figuratif des linogravures donne plus de liberté à l’abstraction des peintures. Le figuratif me permet d’exprimer des réflexions concrètes, comme dans la série des « écorchés », où les motifs floraux qui entourent les entrailles donnent un touche d’humour décalé à l’image. Le choix des couleurs est primordial pour les deux. J’aime travailler avec la couleur rouge, et en général, j’alterne toujours les linogravures en rouge et en noir. Le rouge est presque toujours présent dans mes toiles. La couleur donne plus de force quand elle est unique, je trouve. C’est une recherche qui s’alimente au fil de mes créations.

Ecorchés n° 1 bis, Claire Moog

Écorchés n°1 bis, Claire Moog

K : Dans vos linogravures comme dans vos peintures, on voit s’exprimer une grande féminité, quelle place a-t-elle dans votre travail créatif ?

Dans la série de linogravures Stockings, j’explore explicitement cette féminité en représentant des jambes de femme, les miennes, munies de cet accessoire on ne peut plus féminin que sont les chaussures à talon. Je trouve qu’elles en disent beaucoup sur la sensualité et la sexualité qui sont dégagées par la féminité et constituent tout à la fois un pouvoir et un plaisir. D’une manière générale, il est vrai que la linogravure a quelque chose de maternel: on appelle matrice la plaque de linoléum gravée destinée à « reproduire » une série.

La peinture aussi est une source d’inspiration féminine. Si l’on pense aux toiles auxquelles j’ai donné le donné le nom de Lady Macbeth par exemple : j’avais peint ces toiles en vacances, dans une grange, et lorsque j’ai voulu les rapporter chez moi, le rouge n’était pas sec et je m’en suis mis partout. Chaque geste que je faisais pour me nettoyer ne faisait qu’empirer la situation. Je pensais en riant à cette citation de Lady Macbeth, rongée par le remord des crimes qui lui salissent les mains: « Quoi, ces mains ne seront-elles jamais propres? » (Sc. 1 Act V). Shakespeare a su mêler à la perfection l’humour et le tragique. C’est du sanglant qui ne fait pas peur, et c’est une référence que j’ai souvent à l’esprit quand je travaille.

Stockings n°10, Claire Moog

Stockings n°10, Claire Moog

Inscrivez-vous à la newsletter KAZoART

Vous souhaitez recevoir régulièrement les nouveaux articles et les actus de KAZoART ? Inscrivez-vous à notre newsletter !

15€ offerts pour toute nouvelle inscription.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>