Success Story : Emilie Moysson


« Success Story » retrace le parcours d’artistes de KAZoART qui ont connu une belle percée sur le marché de l’art. Focus cette semaine sur Emilie Moysson, photographe d’origine bordelaise qui a fait ses armes à Paris. Portraitiste de formation, elle a réalisé des séances photo de grandes figures du cinéma, de la mode et du journalisme. Elle développe en parallèle une recherche artistique portée sur le sensible, la création numérique, la superposition d’images comme une vraie quête du beau. Retour sur une artiste complète qui a véritablement su imprimer sa patte !

autoportrait3

Portrait d’Emilie Moysson / DR

Une portraitiste engagée

C’est en 2001 qu’Emilie Moysson obtient un diplôme en photographie – prise de vue à l’École des Gobelins à Paris. Originaire du Sud-Ouest, elle poursuit dans la voie des arts avec pour objectif de se perfectionner auprès de portraitistes, dont les photographes de mode, mais également d’approfondir ses connaissances concernant l’utilisation de la lumière et notamment dans les natures mortes.

Sa nouvelle carrière de portraitiste la conduit à rencontrer de grandes personnalités du monde de l’art parmi lesquelles les réalisateurs Spike Lee, Mathieu Kassovitz, John Malkovitch, mais aussi Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud pour le dossier de presse du film Persepolis. Des musiciens, des acteurs et des journalistes ont également croisé la route de cette portraitiste amoureuse de son objectif. Emilie Moysson collabore par ailleurs avec des magazines d’art, de musique, de mode et côtoie régulièrement des créateurs.

emilie-moysson-kazoart-2

Séance de prises de vue, installation et voyage à Kyoto / DR

Repérer avant de créer

Avant chaque prise de vue se pose la question de l’histoire à raconter. Que dire, comment et pourquoi ? Emilie Moysson s’attache toujours à ce que ses photos véhiculent une idée et traduisent un concept. Lorsque la réflexion sur la préparation de la future prise de vue s’instaure, la photographe s’attache à définir quel outil va lui permettre de capter l’instant.

Appareil argentique, numérique ou Polaroïd, tout est possible pour cette artiste qui se plaît à travailler ses images lors de la prise de vue. Pour la série itsSOquiet (voir image ci-dessous), Emilie Moysson a reshooté en numérique et en argentique des impressions argentiques d’après négatif. La photographe remet en scène ces tirages par l’ajout de sources lumineuses, de gélatines de couleur, par des procédés de surimpressions, d’incrustations de peinture ou de matière. Il n’y a pas eu de retouche à l’ordinateur mais bien deux séries photographiées en deux temps : l’image finale est une seconde photo d’une première photo mise en scène. Tous les effets sont réalisés au moment de la prise de vue et non en postproduction, ce qui explique ainsi l’apparition de brillances ou d’irrégularités sur les formes découpées et posées sur le tirage.

selectionSurBandeDeLecture

Série « itsSOquiet », d’Emilie Moysson / DR

Ses portraits de mode reposent sur un principe semblable. Une réflexion sur le sujet, la portée d’un message, mais aussi sur le lieu qui reste à définir. La photographe repère, définit, évalue la potentialité de chaque lieu. Quel moment, quelle pose permettront de raconter le mieux le modèle ou les créations des designers ? Pour choisir un sujet, c’est une question de variabilité. Le moment, la période, les histoires à raconter, celles de sa vie qu’elle laisse entrevoir en filigrane à travers ses clichés. Surtout, faire décrocher le spectateur de sa réalité, à l’aspirer un instant vers une « quatrième dimension du refuge ».

Nara1

Séance photo par Emilie Moysson / DR

Il semble fort compliqué aujourd’hui de proposer un concept nouveau, jamais pensé.
C’est pour cela qu’il faut donner beaucoup de soi, proposer une sensibilité unique,
se lancer dans chaque nouvelle série de tout son être.

Emilie Moysson

En parallèle de ses diverses créations pour la mode et le cinéma, Emilie Moysson développe un travail artistique plus personnel et intime, à travers lequel elle retranscrit l’émotion d’une nature morte, comme synonyme d’une beauté retravaillée. Au détour de ses voyages, elle transporte le regard vers des lieux bienveillants, où elle se perd parfois à la seule découverte. L’artiste investit chacune de ses séries d’une grande sensibilité, elle y apporte du sens sans pour autant écarter le rêve, le merveilleux et l’enchantement.

Un parcours prometteur et riche de rencontres

Les séances de photo, ce sont aussi des rencontres notables, la découverte de personnalités attachantes, parfois un peu cinglées, à la classe folle, des familles parfaitement uniques, des designers géniaux, des vieux copains qui se laissent prendre en photo sur le roof-top d’un nouveau restaurant à Hong Kong, tout autant de souvenirs qui éveillent la sensibilité d’Emilie Moysson et la hissent vers des contrées plus profondes, plus intimes.

emilie-moysson-kazoart-1

Œuvres d’Emilie Moysson et Portrait à Hong Kong / DR

On fait de l’Art parce qu’on en a envie, parce qu’on en a besoin,
mais la finalité du processus est de trouver celui, celle
qui comprendra, ressentira et s’appropriera notre oeuvre.
C’est cet échange qui procure un sentiment si merveilleux qu’il efface tous les doutes !

Emilie Moysson

En 2019, Emilie Moysson exposera sa série « Dis-moi la Fleur » à Paris et à Bordeaux. Elle participera également à une exposition collective dans la capitale et surtout, se laissera embarquer vers de nouvelles aventures personnelles et photographiques, de quoi enrichir une galerie déjà engageante et prometteuse !

Ses œuvres en vente sur KAZoART

Antonin Anzil, NapuleAntonin Anzil, 16 squares

are-you-hoping-for-a-miracle-02

Wagamama playground - 04

Its.so.quiet...sh'sh' - 04

dis-moi-la-fleur-12

Inscrivez-vous à la newsletter KAZoART

Vous souhaitez recevoir régulièrement les nouveaux articles et les actus de KAZoART ? Inscrivez-vous à notre newsletter !

15€ offerts pour toute nouvelle inscription.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>