Toulouse-Lautrec : le portraitiste des cabarets


Toutes les semaines, découvrez les petites histoires, anecdotes et secrets des plus grands artistes de l’Histoire de l’Art ! KAZoART vous emmène faire un tour dans les vies de nos peintres et sculpteurs préférés. Aujourd’hui, c’est le peintre Henri de Toulouse-Lautrec qui est à l’honneur. Apprenez-en plus sur ses scènes de cabarets et ses portraits de femmes, devenus témoins de la Belle Époque parisienne…

Toulouse-Lautrec, un artiste à part

Henri de Toulouse-Lautrec (1864-1901), fameux peintre, dessinateur et lithographe de la fin du XIXe a eu une vie courte et plutôt originale. Né dans une famille noble du sud de la France, celui qui passera toute son existence avec une lourde maladie des os (qui limitera sa taille à 1m52), fut un artiste de talent, précurseur de l’expressionnisme et extrêmement prolixe. Toulouse-Lautrec était un personnage loufoque, connu comme ayant beaucoup d’humour et d’autodérision : jouant de son handicap, il se fit notamment photographier de nombreuses fois dans des déguisements comiques.

Henri de Toulouse-Lautrec

Henri de Toulouse-Lautrec

Dans les cabarets parisiens

Grand amateur d’absinthe, Toulouse-Lautrec habitait à Montmartre. Il est d’ailleurs aujourd’hui une des icônes de la Belle Époque et du Paris populaire des cabarets comme le Moulin Rouge ou les Folies Bergères. Il passait beaucoup de temps dans ces cabarets et dans les théâtres, fréquentant aussi les maisons closes ; il était ainsi bien connu des prostituées qui en avaient fait leur mascotte ! Le peintre passait donc beaucoup de temps à observer ce monde à part qui l’inspirera toute sa vie. Il en fut un témoin sensible, sans concession. Il a reproduit de nombreux sujets de ce milieu marginal : les prostituées s’habillant, accueillant des clients, ou bien des scènes de danse, des représentations de cancan…

toulouse-lautrec kazoart

Henri de Toulouse-Lautrec, Bal au Moulin Rouge, 1890, Phildalphia Museum of Art

Un observateur sans concession

Il réalisa ainsi de nombreux portraits des femmes en vue, notamment d’Yvette Guilbert (chanteuse) et Louise Weber (danseuse de cancan alors plus connue sous son pseudonyme, la Goulue). Toulouse-Lautrec dessinait aussi les prostituées, qui furent pour lui ses modèles. Qu’elles soient observées travaillant ou lors de leurs moments de détente, Toulouse-Lautrec porta un regard honnête et non moralisateur sur ce milieu à part. Les corps sont banalisés, et il parvenait ainsi à mettre de côté tout aspect érotique ou pornographique…

Toulouse-Lautrec kazoart

Henri de Toulouse-Lautrec, Le sofa, vers 1894-96, MET

Il est en effet un des seuls peintres de l’époque à avoir autant travaillé sur ce sujet et avoir même osé le peindre, Degas, par exemple, représentait des danseuses, et Manet des fêtes populaires, mais aucun autre peintre ne passa autant sa vie en immersion dans le monde de Montmartre. Il sut faire passer ces femmes à la postérité, qu’elles soient danseuses, prostituées ou comédiennes….

 Toulouse-Lautrec kazoart

Henri de Toulouse-Lautrec, Augusta, 1890, Musées d’Harvard

En écho sur KAZoARTNicholas Coss

Sur KAZoART, les portraits de Nicholas Coss nous rappellent ceux de Toulouse-Lautrec.

Nicholas Coss, Encre, fusain et pastel gras, 2016

Nicholas Coss, Encre, fusain et pastel gras, 2016

Inscrivez-vous à la newsletter KAZoART

Vous souhaitez recevoir régulièrement les nouveaux articles et les actus de KAZoART ? Inscrivez-vous à notre newsletter !

15€ offerts pour toute nouvelle inscription.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>