Nos oeuvres à vendre par catégorie

Aucun produit

Livraison gratuite ! Livraison
0 $ Total

Commander

Oeuvre ajoutée avec succès dans votre panier
Quantité
Total
Il y a 0 œuvres dans votre panier. Il y a une œuvre dans votre panier.
0 $
Continuer mes achats Commander
150 $ offerts dès 1 200 $*
ARTLOVER150

L’Art en musique

Pour beaucoup de nos Artistes, la musique revêt une importance toute particulière. Peintres, sculpteurs ou dessinateurs, certains artistes entretiennent un rapport intime et viscéral avec le quatrième Art. 

Qu’ils créent en étant bercés par la musique ou qu’ils aient réalisé des performances artistiques lors de concerts, ils se livrent à nous pour une immersion totale dans leur monde plein d’enchantement !

Rencontre avec : Stéphane Cattaneo, Lepeudry et Albedo.

Et découvrez notre nouvelle sélection Art & Musique !

Stéphane Cattaneo

Amoureux du jazz depuis de nombreuses années, Stéphane Cattaneo crée en étroite collaboration avec des musiciens. Dans son univers aussi bien graphique que lyrique, les formes dansent avec les couleurs… un résultat énergisant !

Totem

Peinture acrylique (175 x 75 cm)

Quelle place la musique tient dans votre démarche artistique ?

La musique tient énormément de place dans ma pratique de la peinture abstraite. On pourrait même dire qu’elle en est constitutive (j’en écoute d’ailleurs tout le temps et partout). J’ai développé dans mon geste un vocabulaire qui s’y apparente beaucoup, en utilisant des motifs que je répète, des combinaisons que je rythme et qui s’apparente à des phrases musicales.

Quelle est la musique qui vous transcende le plus lorsque vous créez ?

Le jazz en premier lieu, notamment en vertu de la capacité des musiciens à improviser des versions différentes d’un même thème, qui s’apparente beaucoup à ma propre démarche ; mais aussi la musique traditionnelle dite « celtique », la musique folk anglo-saxonne, la musique baroque

En fait, il faut distinguer celle qui inspire directement le geste de peindre de celle qui me place dans une atmosphère propice à la création. D’une manière générale, j’ai cessé d’improviser sur du jazz dans mon atelier, parce que je préfère pratiquer cet exercice sur scène.

Pouvez-vous nous partager quelques titres de chansons qui vous accompagnent régulièrement en atelier ou qui sont l’inspiration directe d’une ou plusieurs œuvres ?

Toute la discographie du chanteur écossais Alasdair Roberts par exemple, celle du saxophoniste alto Paul Desmond (notamment ses enregistrements avec Jim Hall) ; JFDR et Samaris qui sont deux groupes d’électro folk islandais, le Poème Harmonique, collectif de Vincent Dumestre grâce auquel j’ai découvert des joyaux rares de la musique baroque.

Pouvez-vous nous raconter une expérience de création d’œuvre(s) sur scène avec des musiciens ou lors de performances musicales ?

En 2016, j’étais au Mexique, invité par l’Alliance Française pour réaliser une fresque murale et des performances en concert avec le duo Vincent Peirani – Émile Parisien. Ce soir-là, on jouait dans le très beau théâtre de Texcoco, et j’étais en pleine confiance. Trop en confiance : j’ai mal préparé mes couleurs, disposées dans des pots à proximité de la toile sur laquelle j’entamais mon improvisation. 

Je me suis rendu compte au premier coup de pinceau qu’elles n’allaient pas « sortir », elles n’accrochaient pas sur le support pour une raison que j’ignore, et comble de malheur je n’en avais pas préparé une quantité suffisante pour compenser la faiblesse de leur pouvoir couvrant. Le concert a débuté devant des centaines de spectateurs et j’étais coincé. Alors j’ai délayé, économisé mes gestes. J’ai fait quelque chose de plus aéré, moins dense en revenant souvent sur le même motif, en une exubérance feinte.

À la fin du concert j’étais hyper déprimé, persuadé que tout le monde avait constaté ma faillite… mais non ! Personne n’avait rien vu et tout le monde m’a félicité ! Par un jeu diplomatique dont les rouages m’échappent, cette toile est désormais accrochée au ministère des sports de l’État de Mexico. La tradition veut désormais que les athlètes sélectionnés pour les jeux olympiques se fassent photographier devant…

La galerie de Stéphane Cattaneo

Nuit chez Bob

Peinture acrylique (80 x 100 cm)

Fleur de coronave

Peinture acrylique (55 x 70 cm)

L’amour en ce jardin

Peinture acrylique (80 x 100 cm)

Lepeudry

Lepeudry est un amoureux de la nature, de l’abstraction et des couleurs. Quelques silhouettes agrémentent ses toiles, pointe d’humanité avec une certaine étrangeté dans les formes. La précision et la finesse de ses couches de couleur ne sont pas sans rappeler le mouvement impressionniste.

Orage bleu

Peinture acrylique (42 x 30 cm)

Quelle place la musique tient dans votre démarche artistique ?

La musique classique pour piano, voilà mon carburant mental ! Sans elle, je ne peux pas entamer de processus créatif. Je suis mélomane depuis longtemps, mes goûts vont du baroque jusqu’au moderne, de Haendel à Prokofiev. Avec six heures de musique en moyenne par jour, cela fait partie de mon âme, c’est un refuge dans lequel mes peines s’apaisent.

Regarder des pianistes jouer des sonates de 30 minutes me donne de la force. Créer est un combat permanent, il faut oser, et surtout se lâcher. La feuille, la toile, est blanche et silencieuse, elle me nargue… il faut lui donner de la vie. Le piano me libère et me désinhibe pour me lancer.

Je tiens toujours à ce que mes compositions soient en mouvement, que mes traits de crayon soient musicaux. Si le silence régnait dans la pièce, ce serait angoissant. Je me mets toujours assis, surélevé par rapport à la feuille de papier, sur ma table basse, ainsi mes mouvements sont justes et vifs. 

Quelle est la musique qui vous transcende le plus lorsque vous créez ?

C’est surtout la musique classique baroque. Bach me donne une stabilité émotionnelle quand je dessine. Chez Bach, Haydn et Scarlatti la cadence est souvent hypnotique. Les concerto pour piano et orchestre de la période romantique m’inspirent aussi : Chopin, Schumann, Scriabine, Beethoven, Liszt, Rachmaninov…

La musique soigne une maladie qui me ronge (bipolaire, TDHA, dépression). C’est un médicament naturel, qui aide mon cerveau sans cesse en ébullition à se calmer, pour être concentré et surtout patient. Car là se trouve la clé d’un certain bonheur, la satisfaction du travail bien fait. Un artiste est avant tout un artisan. Quand j’ai le sourire en regardant une de mes œuvres achevée, c’est comme si j’entendais quelques petits applaudissements. 

Pouvez-vous nous partager quelques titres de chansons qui vous accompagnent régulièrement en atelier ou qui sont l’inspiration directe d’une ou plusieurs œuvres ?

Bach : 6 partitas par la pianiste Martha Argerich.

Bach : Les variations Goldberg par le pianiste Glenn Gould.

Scarlatti : Sonates par la pianiste Martha Argerich.

La galerie de Lepeudry

Petit ruisseau orange

Peinture acrylique (42 x 30 cm)

Structure 1

Peinture à l’huile (73 x 100 cm)

La belle histoire de Claude Lelouch

Technique mixte (42 x 30 cm)

Albedo

S’ouvrir à de nouveaux espaces : telle est la quête inépuisable d’Albedo. Une peinture où le mouvement est maître à bord, porté par une dynamique picturale et musicale chère à l’artiste.

Carbon

Peinture acrylique (140 x 70 cm)

Quelle place la musique tient dans votre démarche artistique ?

C’est la musique qui me provoque une image mentale des tableaux. Je ne peux pas peindre sans musique. Dès que je mets la musique, je bascule. Mon cerveau reçoit des images. C’est comme ça depuis tout petit. La musique a toujours eu cet effet-là. Je vais aller chercher des musiques et des artistes que je ne connais pas qui vont provoquer d’autres images.

Mon répertoire musical est particulièrement vaste. Au bout d’un moment, quand j’ai épuisé les images mentales d’un disque, il faut que j’aille sur un autre disque. C’est la nouveauté qui va provoquer d’autres images puisque je ne veux jamais refaire la même chose. Je fonctionne aussi bien avec des cassettes, des CD, des 33 tours, du streaming.

Il y a généralement trois tableaux en parallèle. Ce sont des cycles de deux heures le matin et deux heures l’après-midi. Je produits vite et beaucoup avec plus de 200 toiles en stock.

Quelle est la musique qui vous transcende le plus lorsque vous créez ?

Je passe mon temps à chercher de nouvelles influences musicales. Cela peut être du New Age, de la techno, des musiques électroniques, et tant d’autres encore. Par exemple le DJ Molécule, le musicien Aphex Twin ou encore Murcof et Vanessa Wagner.

Je vais chercher des sons disruptifs qui créent un environnement sonore que je n’ai jamais entendu ailleurs. Même au niveau de la technique, je vais utiliser des supports différents, des outils et des couleurs différentes. Je peins vite, donc j’ai la capacité d’essayer, de rejeter.

Parfois sur un même tableau, il y a plusieurs tentatives, plusieurs couches de peintures ! Plus vous peignez, plus vous en faites, plus vous prenez de risques et devenez meilleur. C’est mon process de création globale.

Pouvez-vous nous partager quelques titres de chansons qui vous accompagnent régulièrement en atelier ou qui sont l’inspiration directe d’une ou plusieurs œuvres ?

Mon pseudo d’artiste provient directement d’un nom d’album : Albedo du compositeur grec Vangelis. Il y a aussi un fort rapport à l’astronomie dans ma démarche. Et parce que je sélectionne scrupuleusement mes musiques, ce n’est pas possible de perdre le contrôle ou d’imaginer créer pendant que d’autres musiciens jouent sur scène. La création est pour moi un espace intime où je m’enferme à huis clos.

Les titres de mes œuvres réfèrent à l’astronomie, aux planètes, aux particules quantiques. Tout est maîtrisé, tout est une suite logique.

La galerie d’ALBEDO

Explosion

Peinture acrylique (140 x 74 cm)

India spirit

Peinture acrylique (140 x 67 cm)

Tibet

Peinture acrylique (140 x 72 cm)

Avis clients