Nos oeuvres à vendre par catégorie

Aucun produit

Livraison gratuite ! Livraison
0 $ Total

Commander

Oeuvre ajoutée avec succès dans votre panier
Quantité
Total
Il y a 0 œuvres dans votre panier. Il y a une œuvre dans votre panier.
0 $
Continuer mes achats Commander

Nicolas Desbons

L’acier pour sublimer le corps de la Femme

Formé au design industriel, Nicolas Desbons jongle entre la serrurerie et ferronnerie, et sa propre passion : la sculpture de l’acier. En effet, lorsqu’il travaille la matière, cet artiste sculpteur éveille la souplesse des corps et tente de créer des silhouettes féminines élégantes et pleines de charme. Rencontre.

K. Bonjour Nicolas, merci d’avoir accepté de répondre à nos questions ! Nous avons une première question pour commencer… Comment en êtes-vous arrivé à travailler la matière ?

Depuis toujours je navigue dans les sphères artistiques. Écoles préparatoires puis études au California College for Arts and Craft à San Francisco au début des années 1990.

À l’époque je me vouais à la photographie puis j’ai rapidement découvert la céramique qui m’a complètement absorbé (et je n’ai jamais cessé). Seulement à l’époque, mes parents avaient posé leur veto. J’ai donc démarré des études en design industriel. J’ai effectué tout le cursus en m’intéressant systématiquement à la matière : bijouterie, menuiserie, fonderie et sculpture sur acier.

Nous y voilà, une classe, un professeur artiste sculpteur et une matière nouvelle totalement compatible avec mon état d’esprit ! Cela a été un choc dont, 30 ans plus tard, je ne suis toujours pas remis.

Nicolas Desbons en atelier / ©Nicolas Desbons

La matière, le matériau sont restés et j’en ai exploré tous les recoins du moins autant que possible. Ma formation en design m’a apporté une méthodologie pour mes projets, au début plus orientés vers le mobilier et le luminaire. La sculpture n’est arrivée que plus tard, au cours des années 2000.

K. Vous définissez-vous comme designer métal ou comme artiste ?

Je n’aime pas trop les cases, même si en France on s’y réfère beaucoup. Je continue de cultiver ma diversité en naviguant de la sculpture aux objets du quotidien car la matière me le permet. En effet, l’acier à cela de versatile qu’il s’applique à beaucoup de domaines.

K. La sculpture requiert elle plus de lâcher-prise que de contrôle ?

L’approche du matériau présuppose du contrôle et de l’attention car l’utilisation des machines est constante. Mais avec l’expérience, le lâcher-prise s’opère et il est plus facile de se mettre en phase en étant en prise directe avec la matière.

Nicolas Desbons en atelier / ©Nicolas Desbons

K. Dans quel lieu et quelle ambiance créez-vous ?

Le lieu de la création, c’est l’atelier, et l’atelier, c’est l’écorce de l’artiste et celui-ci se trouve au centre. Les ambiances sont variées mais toujours en musique, en l’accordant à la réalisation du moment. Ce n’est pas la même chose quand je forge et quand je patine.

Nicolas Desbons en atelier / ©Nicolas Desbons

K. Quelles sont les étapes de création d’une sculpture ? Quel rapport entretenez-vous avec le corps de la femme ?

Mon travail d’empreintes est réalisé avec des personnes du quotidien. C’est d’abord une rencontre puis une mise à nue. Il y a ensuite la performance du moulage car c’est une épreuve difficile tant pour le modèle que pour l’artiste et il est primordial qu’elle se passe bien car sinon la sculpture s’en ressent.

Nicolas Desbons en atelier / ©Nicolas Desbons

C’est une rencontre avec des femmes qui n’en finit pas. L’étude du corps des femmes pourrait se résumer à la richesse de leurs courbes, ce qui pour un sculpteur est extrêmement intéressant, mais ce n’est pas assez. Il y a aussi naturellement la quête du désir.

Ensuite c’est une autre histoire car elle se passe dans l’atelier, dans le monde de l’acier, du bazar des machines, des chutes dans des caisses, beaucoup de petits morceaux d’acier partout.

Un temps au bord du volcan

Sculpture métal (30 x 85 cm)

« Le lieu de la création, c’est l’atelier, et l’atelier, c’est l’écorce de l’artiste et celui-ci se trouve au centre. »

La chute d’Hercules

Sculpture métal (38 x 76 cm)

K. Qu’est-ce que le savoir-faire pour vous ?

Le savoir-faire c’est la somme des expériences en lien avec la matière telle qu’elle soit.

K. De quelle sculpture êtes-vous le plus fier ?

Je n’ai pas de fierté particulière avec mes sculptures. J’aime beaucoup les dernières généralement. En ce moment je suis dans les bronzes alors celles-ci, je dirais.

Nicolas Desbons en atelier / ©Nicolas Desbons

K. Si vous deviez partager un moment avec un artiste de référence lequel serait-il ?

Brancusi et personne d’autre. Pour l’humanité de la personne. Pour la qualité de son travail. Pour son rapport à l’atelier, la lumière et l’emplacement quasi religieux des formes les unes avec les autres.

K. Quels sont vos projets pour la suite ?

Pour la suite… Un changement d’échelle, sans doute ?

La galerie de Nicolas Desbons

The girl in blue

Sculpture bronze (80 x 53 cm)

Swing

Sculpture métal (56 x 76 cm)

Marion

Sculpture métal (37 x 85 cm)