Nos oeuvres à vendre par catégorie

Aucun produit

Livraison gratuite ! Livraison
0 $ Total

Commander

Oeuvre ajoutée avec succès dans votre panier
Quantité
Total
Il y a 0 œuvres dans votre panier. Il y a une œuvre dans votre panier.
0 $
Continuer mes achats Commander
Papa Mesk interview Street Art

Papa Mesk

Figure du Street Art en France depuis 30 ans

Graffeur français et membre fondateur de l’Underground Tribal Painterz, Papa Mesk est une figure emblématique de la scène urbaine depuis les années 1980. Sa palette ultra colorée renforce ses accumulations de tags qui sont sa véritable signature. Revenons sur le parcours couronné de succès et ponctués de beaux projets de Papa Mesk !

K. Bonjour Papa Mesk, nous sommes ravis de pouvoir faire plus ample connaissance avec vous ! Comment est née votre passion pour l’Art urbain ?

Papa Mesk interview Street Art

Mes premiers pas dans le graffiti ont débuté dès 1985 avec l’apparition des premiers tags et graffiti sur les murs de Paris. Mon frère “PICT” prenait beaucoup de photos des pochoirs et graffiti à l’époque. Nous avons aussitôt partagé cette passion et avons commencé nous-mêmes à en créer en 1986.

K. Membre fondateur de l’UTP Crew, pouvez-vous revenir sur l’histoire de ce collectif et dans quelle mesure il a contribué au développement de votre style ?

Les « Underground Tribal Painterz » sont nés d’une association de graffeurs, tels que PICT, Vatos, Ranx, Hem, Number6, Move, Reas, … Chacun d’eux avait un style unique et cela a naturellement influencé le mien par la suite. Notre association a vu le jour en 1989 afin de répondre à nos premières commandes de fresques.

K. Comment se déroule une séance de création sur toile ? Par quoi commencez-vous ?

J’aime commencer mes toiles à l’instinct, sans plan prédéfini, sans croquer. J’aime cette totale liberté d’expression. Le tracé unique est très cher à mes yeux. Les erreurs font bien souvent partie de la composition finale, voire seront mises en valeur. C’est ma liberté du geste. 

30 yearz ina di business… n°1

Technique mixte (45 x 60 cm)

De la rue aux galeries… !

Technique mixte (45 x 63 cm)

Je débute à la bombe ou au marqueur avec des encres de différentes couleurs. Au cours d’une deuxième séance, j’ajoute tout un tas de détails avec des Posca fins.

K. À quel moment estimez-vous qu’une œuvre est terminée ?

Une œuvre n’est finalement jamais terminée. Il m’arrive de reprendre des toiles que j’ai faites il y a 20 ans pour les faire évoluer. Mon regard a changé. Lorsque j’ai déménagé mon atelier, j’ai redécouvert d’anciennes toiles que je stockais. Les apposer avec mes nouvelles toiles m’a donné envie de les retravailler, les remettre au goût du jour.

K. Comment avez-vous vécu le passage des murs à la toile ?

Papa Mesk interview Street Art

J’ai mis du temps à m’adapter à ces nouveaux formats, environ un à deux ans avant de pouvoir prétendre à une vraie maîtrise de ces nouveaux supports. C’était presque plus dur de créer en petit et plus détaillé qu’à l’échelle humaine avec de larges aplats de couleurs sur des murs de deux mètres de hauteur. Car le graffiti a été initialement pensé pour être vu en grand, avec des traits larges, épais. La transition vers la toile n’a pas été simple !

K. On trouve aussi de petits objets entièrement recouverts de graffitis dans votre galerie : trains, bus, bombes de peinture et même un éventail japonais. Comment les choisissez-vous ?

J’ai toujours aimé travailler sur les petits véhicules urbains de type camion, train, bus, etc. Ces objets miniatures sont à mes yeux le support idéal pour faire du graffiti car leur symbolique de la rue est forte. Utiliser des figurines représentant le mobilier urbain est quelque chose que j’adore. C’est une belle façon de faire rentrer l’Art de la rue chez soi. 

Spray 2 multi mesk

Sculpture métal (7 x 20 cm)

We bring colorz!

Sculpture métal (23 x 6 cm)

R.A.T.P. : respect all true painterz ! n°2

Sculpture métal (19 x 3 cm)

Black & colorz spray

Sculpture métal (7 x 20 cm)

Ces petits objets qui viennent de la rue comme les panneaux de circulation, de signalisation, … permettent de faire écho à l’univers authentique de la rue et de l’exporter en galerie ou dans son salon.

K. Quel message souhaitez-vous véhiculer à travers votre Œuvre ?

Mon premier message est la positivité. Créer, faire du graffiti pour moi, c’est comme offrir des fleurs aux gens. Cela permet de découvrir d’autres horizons. Nous donnons un peu à respirer aux spectateurs avec l’envie de partager de la joie !

Papa Mesk interview Street Art
Fresque de Papa Mesk et Pict à Val-de-Fontenay (94)
Plateau Urbain / La Grange (15 x 6 mètres)
©Papa Mesk

Les premiers graffiti sont apparus pour combattre la grisaille des murs et le béton. Nous souhaitions amener de la couleur dans les rues, les villes, les cités. Nous voulions montrer qu’on était là.

Parfois, il peut y avoir des messages plus politiques : je fais actuellement une série où je détourne des logos connus pour créer des mots avec, qui sont en contradiction avec ce qu’ils veulent refléter.

Souvent, depuis plus de 20 ans, je pratique des ateliers avec les enfants dans les cités. J’essaie de faire ce travail de transmission. J’interviens dans des écoles, je mène des ateliers, j’explique les techniques du graffiti, son histoire, le Street Art. Certains sont devenus graffeurs, graphistes.

Papa Mesk, c’est plus de 30 ans de carrière dans le graffiti

Papa Mesk interview Street Art
Commanditaire : Mairie de Fontenay / Dimensions : 13 x 3,5 m / Rue Jean Zay / Val-de-Fontenay, 2018

2019 :

– Réalisation d’une fresque pour BNP sur l’autoroute A86 à Val de Fontenay (120 m sur 2 mètres de haut)

– Multiples fresques réalisées dans les quartiers avec les jeunes

– Lancement d’une collection de coussins en collaboration avec ArtPilo

2018 : Inauguration de la chambre « 308 Papa Mesk » au Mercure Hôtel de Val-de-Fontenay

Chambre 308 de l’hôtel Mercure (Val-de-Fontenay) décorée par Papa Mesk / ©Papa Mesk

2007 à 2009 : Textureur Mappeur 3D pour Mac Guff Ligne pour les films : « Moi Moche et Méchant » de Pierre Coffin & Chris Meledandri, « Chasseur de Dragon » de Guillaume Ivernel, Lighter pour la série « Pat et Stan » de Pierre Coffin.

1999 : Création d’une fresque pour l’espace Marcel Landowski à Boulogne.

1989 à 1993 : Créations et réalisations de trois fresques pour la municipalité de Fontenay-sous-bois.

La galerie de Papa Mesk

Multi mesk n°25

Technique mixte (54 x 81 cm)

Red wild computarized

Technique mixte (75 x 100 cm)

Empire state of mind…!

Technique mixte (60 x 80 cm)

Avis clients