À la fois féministe et audacieuse, l’artiste contemporaine française ORLAN a choisi de lutter contre la tyrannie de la beauté. Elle questionne la place rétrograde dans laquelle la société enferme les femmes et propose une redéfinition du Beau. KAZoART revient sur une artiste protéiforme extraordinaire !

ORLAN : 3 choses à savoir

1# Une artiste protéiforme en dehors des normes

Née à Saint Etienne en 1947, l’artiste contemporaine française ORLAN, de son vrai nom Mireille Suzanne Francette Porte, vit aujourd’hui entre Paris, New York et Los Angeles, au gré de ses expérimentations.

Portrait d'ORLAN / ©Claude Truong-Ngoc
Portrait d’ORLAN / ©Claude Truong-Ngoc

Pour s’exprimer, cette artiste plurielle pratique aussi bien la peinture, la sculpture, la photographie, la vidéo, que les installations, les performances, les biotechnologies et l’art corporel.

Son objectif ? Sortir des rangs, jouer la carte de la différence. Rien n’est pire pour elle que la normalisation. Elle ne cesse de se réinventer.

Son pseudo s’écrit d’ailleurs en lettres capitales, c’est une précision qui lui importe.

En 1964, elle produit sa première œuvre photographique, « ORLAN accouche d’elle-même », lors d’une performance qui marque le lancement de sa carrière !

2# Une artiste féministe et subversive

Féministe dans l’âme, ORLAN mène depuis les années 1960 un combat contre les violences faites aux corps des femmes. Elle lutte notamment contre les stéréotypes dans lesquels la société les confine.

Ainsi, ses œuvres lui permettent de dénoncer les pressions sociales exercées sur celles que l’on accable constamment, surtout sur leur apparence.

ORLAN, Installation Le Baiser de l'Artiste à la FIAC (Paris, 1976)
ORLAN, Installation Le Baiser de l’Artiste à la FIAC, Paris, 1976

En 1976, elle réalise lors de la FIAC (Foire Internationale d’Art Contemporain), une performance intitulée « Le baiser de l’artiste ».

Elle y propose pour 5 francs de donner un baiser aux hommes ou aux femmes le désirant. Elle harangue les visiteurs, choque et dérange. Censurée, l’artiste est même renvoyée de l’école où elle enseigne.

Un texte évocateur accompagne cette démarche artistique : « Au pied de la croix, deux femmes, Marie et Marie-Madeleine », deux rôles auxquels l’artiste contemporaine a toujours refusé de se soumettre.

3# Son corps comme médium

De 1990 à 1993, l’artiste va plus loin dans la provocation. En effet, son corps devient un véritable support d’expérimentations et d’expression artistique.

Elle met en scène 7 opérations de chirurgie esthétique pour transformer son visage. Elle se fait poser des implants de silicone protubérants au-dessus de ses arcades sourcilières.

7e opération de chirurgie esthétique d'ORLAN, New York, 1993 / © ORLAN
7e opération de chirurgie esthétique d’ORLAN, New York, 1993 / ©ORLAN

ORLAN s’oppose aux standards de beauté. Elle n’est pas contre la pratique de la chirurgie esthétique mais déplore qu’elle serve une quête de normalisation.

Ses « opérations-performances » extrêmes démontrent sa volonté de refaire son image pour créer de nouvelles images. L’artiste s’attaque ainsi au masque de l’inné en remodelant son propre corps. Elle devient alors une œuvre d’art à part entière.

Alors que retient-on d’ORLAN ? Sa détermination à bousculer tous les codes, y compris ceux de la chirurgie esthétique. Elle se prend à témoin pour défaire la morale et la place de la femme dans la société.

Chaque opération correspondait à une esthétique volontairement différente, avec l’idée qu’il y a autant de pressions sur le corps des œuvres d’art qu’il n’y en a sur le corps tout court. L’art doit bousculer nos a priori, bouleverser nos pensées, il est hors normes, il est hors la loi.*

ORLAN
Self hybridations, ORLAN, 2005
Self hybridations, ORLAN, 2005

Entre 2000 et 2008, elle occupe tour à tour le rôle d’une Amérindienne, d’une Africaine et d’une Colombienne. Dans sa série Self-hybridization, elle joue avec son apparence, prouvant une fois de plus son originalité sans limite, ce qui n’est pas sans rappeler l’artiste Cindy Sherman et ses personnages pleins de fantaisie.

* Article « Entretien avec ORLAN » mené par la psychanalyste Brigitte Hatat, membre de l’École de Psychanalyse du Forum des Champs lacanien (hébergé sur le site de revues Cairn).

Les Femmes Artistes sont à l'honneur sur KAZoART !